En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

L'OCDE s'inquiète d'un risque de "stagnation à long terme" de l'économie mondiale

| AFP | 292 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, lors d'un forum de l'organisation, le 21 mai 2019 à Paris
Le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, lors d'un forum de l'organisation, le 21 mai 2019 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

L'économie mondiale ne devrait finalement pas se ressaisir l'an prochain ni de manière franche en 2021, toujours refroidie par les tensions commerciales, le Brexit et le ralentissement chinois, et face à ces risques, sans doute appelés à durer, l'OCDE appelle les Etats à réagir vite.

Contrairement à ce qu'elle indiquait encore en septembre, l'institution internationale basée à Paris a estimé jeudi que la croissance de l'économie mondiale n'atteindrait pas 3% l'an prochain, mais devrait rester sur le rythme de 2,9% déjà attendu pour cette année.

"Nous sommes dans une période inquiétante. Et les responsables politiques devraient être inquiets", a prévenu sans ambages la chef économiste de l'OCDE Laurence Boone lors d'une conférence de presse.

Car même si l'organisation anticipe une légère reprise en 2021 avec une progression de 3% du PIB mondial, "ces taux de croissance sont les plus bas depuis la crise financière", note-t-elle pointant la menace d'un "risque de stagnation à long terme".

Prévisions de croissance de l'OCDE
Prévisions de croissance de l'OCDE ( / AFP )

En cause, "des changements structurels non pris en compte (par les Etats) plus qu'un éventuel choc cyclique", développe l'OCDE dans son rapport détaillé sur les perspectives économiques mondiales à horizon 2021, citant la numérisation de l'économie, le changement climatique, et un nouvel ordre géopolitique et du commerce mondial depuis la fin des années 1990, marqué par un renforcement des barrières commerciales.

"En l'absence de politique claire en ce qui concerne ces quatre sujets, l'incertitude continuera de peser lourd, pénalisant les perspectives de croissance", insiste-t-elle.

A cela s'ajoute aussi la profonde évolution de l'économie chinoise, moins tournée vers l'export de biens manufacturés et plus sur les services et son marché interne, qui va moins contribuer à la croissance du commerce mondial.

"Ce serait une erreur politique de considérer ces changements comme des facteurs temporaires qui pourraient être traités par la politique monétaire ou fiscale: ils sont structurels", prévient l'institution, tout en reconnaissant que l'action des banques centrales, avec en particulier la baisse des taux d'intérêt, a soutenu l'économie mondiale ces dernières années.

"c'est le moment" d'agir

Si le tableau est noir, tout n'est pas perdu, selon Mme Boone. "Il y a beaucoup de choses que les gouvernements peuvent faire (...) et c'est le moment", a-t-elle affirmé.

La chef économiste de l'OCDE, Laurence Boone, lors du forum de l'organisation à Paris, le 21 mai 2019
La chef économiste de l'OCDE, Laurence Boone, lors du forum de l'organisation à Paris, le 21 mai 2019 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Comme elle le fait depuis plusieurs mois, à l'image d'autres institutions internationales, l'OCDE a notamment pointé le "déséquilibre" entre politiques monétaires et budgétaires, et a réitéré son appel à voir plus de pays mener des politiques "incitatives" pour stimuler l'investissement de long terme en profitant des taux bas.

Cela pourrait notamment passer par la création de fonds nationaux d'investissements, avance l'organisation, à l'image de celui de 50 milliards d'euros qu'envisagent de lancer les Pays-Bas début 2020.

Elle appelle aussi les pays à aplanir leurs différends commerciaux. Les mesures respectives prises cette année par les Etats-Unis et la Chine devraient réduire de 0,3 à 0,4 point la croissance mondiale en 2020, et entre 0,2 et 0,3 point en 2021.

Les économies américaines et chinoises, les deux premières mondiales, vont évidemment en pâtir, avec une croissance attendue à 2,3% cette année, puis à 2% en 2020 et 2021 aux Etats-Unis, malgré les mesures de soutien prises au niveau fédéral. Côté chinois, le ralentissement se poursuit avec une progression du PIB attendue à 6,2% cette année, avant de passer sous la barre des 6% l'an prochain (5,7%) et en 2021 (5,5%).

La zone euro est aussi pénalisée par les tensions entre les deux géants mondiaux, auxquelles s'ajoutent le Brexit. Ainsi, si la France va continuer de résister avec une croissance attendue à 1,2% en 2020 (sans changement) et 2021, après 1,3% cette année, l'économie allemande devrait ralentir plus que prévu l'an prochain avant de repartir en 2021.

Parmi les émergents, la situation devrait être encore plus critique en Argentine, avec une récession de 3% cette année, avant de s'améliorer un peu en 2020 et un retour prévu à la croissance en 2021.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...