5 517.66 PTS
+0.42 %
5 517.5
+0.41 %
SBF 120 PTS
4 412.49
+0.40 %
DAX PTS
13 411.53
+0.98 %
Dowjones PTS
26 017.81
-0.37 %
6 811.38
+0.00 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'intelligence artificielle, nerf de la guerre des smartphones

| AFP | 204 | 5 par 1 internautes
Richard Yu, un des responsables de Huawei, présente le nouveau smartphone de la marque, le Mate 10, à  Munich le 16 octobre 2017
Richard Yu, un des responsables de Huawei, présente le nouveau smartphone de la marque, le Mate 10, à Munich le 16 octobre 2017 ( Christof STACHE / AFP )

Les géants du smartphone, Samsung, Apple et maintenant Huawei, s'affrontent désormais à coups d'investissements colossaux dans l'intelligence artificielle, à un rythme que leurs concurrents peuvent difficilement suivre.

De l'extérieur, pas grand chose ne distingue le Mate 10 de Huawei, dévoilé lundi à Munich (Allemagne), de l'iPhone X d'Apple ou du Galaxy S8 de Samsung: un écran couvrant toute la face supérieure de l'appareil, un double capteur photo et de robustes batteries.

Mais c'est sous le capot que se joue la bataille entre l'américain Apple et les groupes coréen et chinois venus bousculer sa suprématie, dans de minuscules processeurs célébrés en grande pompe par les fabricants.

En présentant le mois dernier son iPhone X lors d'une rutilante cérémonie, Apple se targuait ainsi de pouvoir déverrouiller l'appareil par reconnaissance faciale de son utilisateur.

Lundi, Huawei répliquait en laissant son Mate 10 traduire plusieurs langues, opter pour le meilleur mode photo en distinguant seul un plat d'un bouquet ou d'un animal, ou même organiser des dossiers.

- Bataille financière -

Derrière ces nouvelles possibilités se cache une aptitude commune de la machine à "apprendre" en brassant des montagnes de données, sans qu'un programmateur ne lui enseigne par exemple à reconnaître un visage.

Pour Richard Yu, patron de la branche grand public de Huawei,
Pour Richard Yu, patron de la branche grand public de Huawei, "l'intelligence artificielle n'est plus un concept théorique mais quelque chose qui s'entremêle avec notre vie quotidienne" ( FREDERIC J. BROWN / AFP/Archives )

"L'intelligence artificielle n'est plus un concept théorique mais quelque chose qui s'entremêle avec notre vie quotidienne", a souligné lundi Richard Yu, un des responsables de Huawei, alors que le groupe affirme avoir soumis 100 millions de photos à sa caméra pour l'entraîner.

En 2016, le géant chinois affirme avoir dépensé 76,4 milliards de yuans (11,6 milliards de dollars) en recherche-développement, un effort considérable rendu possible par sa position de force dans les infrastructures télécoms.

Samsung affiche de son côté 14.800 milliards de won de dépenses de recherche sur la même période (13,1 milliards de dollars), quand Apple naviguait dans des eaux comparables en déboursant un peu plus de 10 milliards de dollars.

"Aux côtés de Samsung et Apple, les capacités technologiques croissantes de Huawei menacent de placer hors de portée la capacité de s'imposer sur le marché" de firmes plus petites, constate Ian Fogg, spécialiste du secteur à l'institut de recherche IHS Markit.

- 'Ecosystème ouvert' -

Si spectaculaire soit-elle, cette course aux investissements n'est cependant qu'un aspect de la rivalité qui s'installe: il reviendra aux développeurs d'applications d'exploiter les possibilités créées par l'intelligence artificielle pour inventer de nouveaux usages.

Et dans ce domaine, Apple, Samsung et Huawei ne luttent pas avec les mêmes armes, le premier ayant fait un choix aux antipodes de ses deux concurrents asiatiques.

L'iPhone X d'Apple présenté au siège de la société à  Cupertino, en Californie, le 12 septembre 2017
L'iPhone X d'Apple présenté au siège de la société à Cupertino, en Californie, le 12 septembre 2017 ( Josh Edelson / AFP/Archives )

Apple contrôle étroitement l'usage fait de ses appareils, depuis le matériel jusqu'aux applications, fixant aux développeurs un cahier des charges précis quand ils travaillent pour l'iPhone.

Samsung et Huawei, à l'inverse, utilisent le système d'exploitation Android de Google, commun à des milliers d'appareils différents et moins favorable à une programmation sur mesure.

"Nous essayons de créer un écosystème ouvert", plaide auprès de l'AFP Richard Yu, le patron de la branche grand public de Huawei.

Le défi pour le groupe de Shenzhen, plus engagé que Samsung sur la voie de l'intelligence artificielle, "va être de maximiser l'emploi de ses capacités", étant donné "qu'il ne contrôle pas les systèmes qu'utilisent ses téléphones", souligne Ian Fogg, d'IHS Markit.

Les développeurs d'applications Android pourraient ainsi choisir de bouder les possibilités offertes par le Mate 10 puisqu'ils peuvent aussi travailler sur de nombreux autres modèles.

Conscient du danger, Huawei a rendu son téléphone compatible avec les boîtes à outils développées par Facebook et Google pour faciliter l'appropriation de l'intelligence artificielle par les développeurs.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Le calendrier s'étoffe (un peu)...

Publié le 19/01/2018

PSA annonce que sa politique de l’emploi pour l’année 2018 (DAEC) vient d’être approuvée par le Comité Central d’Entreprise du groupe. Ainsi, cinq organisations syndicales sur six (CFDT,…

Publié le 19/01/2018

Schlumberger a fortement creusé sa perte nette au quatrième trimestre, à plus de 2 milliards de dollars contre 204 millions un an plus tôt. Elle intègre notamment des dépréciations des actifs…

Publié le 19/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/01/2018

L'analyste valorise le dossier 110 euros...

CONTENUS SPONSORISÉS