En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 827.14 PTS
-0.55 %
4 820.5
-0.53 %
SBF 120 PTS
3 837.14
-0.53 %
DAX PTS
10 845.34
-0.19 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.133
+0.22 %

Emploi: ralentissement confirmé au 1er trimestre, selon l'Insee

| AFP | 242 | Aucun vote sur cette news
La France a enregistré un douzième trimestre consécutif de créations nettes d'emplois salariés, avec 48.800 nouveaux postes (+0,2%) au 1er trimestre, annonce l'Insee
La France a enregistré un douzième trimestre consécutif de créations nettes d'emplois salariés, avec 48.800 nouveaux postes (+0,2%) au 1er trimestre, annonce l'Insee ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

La France a enregistré un douzième trimestre consécutif de créations nettes d'emplois salariés, avec 48.800 nouveaux postes (+0,2%) au 1er trimestre, a annoncé mardi l'Insee.

Ce chiffre marque toutefois un ralentissement de la progression de l'indicateur, qui avait comptabilisé plus de 100.000 créations nettes d'emplois au précédent trimestre.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a reconnu des "signaux d'attention", lors des Rendez-vous de Grenelle organisés par son ministère. Mais elle a estimé que "la conjoncture du marché du travail rest(ait) bonne début 2018 malgré un contexte incertain", qualifiant les créations d'emploi de "dynamiques".

Dans le détail, l'Insee a recensé 47.700 créations dans le privé (+0,2%) et 1.100 dans le public (+0,0%).

Pour la Fonction publique, cette quasi stabilisation intervient après deux trimestres de destructions de postes, qui étaient notamment attribuées à la forte baisse du nombre de contrats aidés décidée à l'été 2017 par le gouvernement d'Edouard Philippe.

Public et privé confondus, l'emploi est toujours dans le vert sur un an: la France a créé 288.200 emplois salariés (+1,2%) au cours des 12 derniers mois, pour atteindre un record de 25,17 millions de postes. L'indicateur est également à un plus haut historique dans le seul secteur privé, avec 19,38 millions de postes (+301.200 postes, +1,6% sur un an).

Sur le seul 1er trimestre, les services marchands (+34.600, +0,3%) sont restés la principale locomotive de l'emploi privé. L'intérim (+4.500, +0,5%), la construction (+3.600, +0,3%) et l'agriculture (+3.000, +1,0%) ont aussi créé des postes.

Si l'intérim a atteint un nouveau record d'effectifs, avec 818.000 postes, le secteur de l'emploi temporaire est en nette décélération, après avoir créé en moyenne 30.000 postes par trimestres au cours des six trimestres précédents.

La construction, de son côté, est bien orientée pour le cinquième trimestre d'affilée. Auparavant, les chantiers avaient connu huit années, entre fin 2008 et fin 2016, pendant lesquelles ils avaient perdu plus de 200.000 postes.

Les services non marchands (+3.900, +0,0%) et l'industrie (-800, -0,0%) ont vu, quant à eux, leurs effectifs stagner au 1er trimestre. Les usines ont détruit près d'un million d'emplois depuis début 2001.

En un an, les tendances sont les mêmes que sur le trimestre pour l'emploi tertiaire marchand (+162.300, +1,4%), l'intérim (+90.200, +12,4%), la construction (+25.600, +1,9%), l'agriculture (+3.300, +1,1%), dans le vert. Les services non marchands sont stables sur l'année (+1.200, +0,0%) comme sur le trimestre.

En revanche, l'industrie, qui a stagné sur le trimestre, est en légère hausse sur un an (+5.600, +0,2%).

Les créations d'emplois modérées du 1er trimestre coïncident avec un ralentissement de la croissance (+0,2%), "beaucoup plus marqué qu'on ne l'attendait", selon le directeur de l'Insee Jean-Luc Tavernier, qui participait aux Rendez-vous de Grenelle.

Il a toutefois estimé que "l'emploi n'est pas en danger" pour les prochains trimestres.

Sur le 1er trimestre, le taux de chômage mesuré par l'Insee est remonté de 0,2 point, à 9,2 en France entière, après une baisse spectaculaire fin 2017.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…

Publié le 17/12/2018

SMCPSMCP est pour le moins malmené en matinée à Paris, en retrait de près de 10% à 13,4 euros...

Publié le 17/12/2018

Le choix de l'indépendance...

Publié le 17/12/2018

Désormais plus forte baisse de l’indice SBF 120, Ingenico Group chute de 6,24% à 53,80 euros après avoir décidé de ne pas donner suite aux approches préliminaires dont il a fait l'objet en vue…