5 372.38 PTS
+0.08 %
5 371.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 288.39
+0.13 %
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 457.64
+0.04 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le mémo Google oppose adversaires du sexisme et partisans de la liberté d'expression

| AFP | 340 | Aucun vote sur cette news
Un ingénieur de Google qui avait publié un blog affirmant que la faible présence des femmes dans le secteur technologique s'expliquait par des facteurs
Un ingénieur de Google qui avait publié un blog affirmant que la faible présence des femmes dans le secteur technologique s'expliquait par des facteurs "biologiques" a été renvoyé lundi par le géant de l'internet, affirment les médias américains. ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le licenciement d'un ingénieur de Google auteur d'un mémo jugé sexiste attise les accusations de discrimination portées contre les grands noms de la Silicon Valley tout en se doublant d'un débat sur la liberté d'expression.

Dans un "manifeste" publié sous forme de mémo interne, James Damore affirme notamment que les "différences biologiques" sont un facteur important expliquant la faible représentation des femmes dans le secteur de la technologie aux Etats-Unis. Cette affirmation a aussitôt provoqué une levée de boucliers accusant le salarié de Google de sexisme et de véhiculer des stéréotypes.

James Damore a indiqué lundi soir dans un courrier au site d'informations d'extrême-droite Breitbart qu'il avait été renvoyé à la suite de la publication de ce blog et que cette décision portait atteinte à sa liberté d'expression.

Le PDG de Google, Sundar Pichai, sans commenter directement sur le cas Damore, a affirmé pour sa part que les employés du géant de l'internet avaient le droit de faire part de leurs opinions mais que le mémo avait franchi "les limites en avançant des stéréotypes de genre nuisibles sur notre lieu de travail".

"Suggérer qu'un groupe de nos collègues a des traits qui les rend biologiquement moins adaptées à ce travail est offensant", a-t-il ajouté dans un courriel au personnel dont l'AFP a obtenu copie.

Cette dernière affaire s'ajoute à une longue liste d'accusations de discrimination sur la base du genre portées contre les entreprises de la Silicon Valley.

Mais le renvoi de Damore porte aussi maintenant le débat sur le terrain de la liberté d'expression. "Très triste que #JamesDamore soit renvoyé par @Google pour n'avoir que résumé les sciences du comportement. C'est scandaleux et immoral", a notamment affirmé un internaute sur Twitter.

- Politiquement correct -

La décision de licencier l'ingénieur en a instantanément fait un héros de l'extrême-droite et de ceux qui estiment que le "politiquement correct" va trop loin.

Breitbart a ainsi commencé à publier ce que le site présente comme une série d'entretiens avec des "rebelles de Google" qui affirment que l'entreprise étouffe les opinions avec lesquelles elle n'est pas d'accord.

"La chasse aux sorcières est un problème culturel connu chez Google", affirme ainsi un salarié identifié sous le seul nom de "Hal". "Beaucoup d'activistes passent des journées entières à se livrer à une guerre culturelle et ne font rien d'autre", ajoute-t-il.

Le mémo de dix pages de James Damore, d'abord publié par le site spécialisé Gizmodo puis ensuite sur un autre, Motherboard, affirme que Google fait taire tous ceux qui ne sont pas d'accord avec la politique officielle, créant une "chambre d'écho idéologique".

Actuellement, 69% des employés de Google sont masculins, une proportion qui grimpe à 80% quand ne sont pris en compte que les emplois technologiques, selon les derniers chiffres fournis par l'entreprise.

Chez Facebook, en 2016, seulement 27% des cadres dirigeants étaient des femmes et, dans le cas d'Apple, 30% de l'ensemble des employés.

Roger Kay, qui dirige le cabinet de consultants Endpoint Technologies Associates, estime que le cas de James Damore n'est pas lié à la liberté d'expression et que Google a le droit de ne garder que les employés qui partagent les valeurs de l'entreprise. "Ils ne le mettent pas en prison, il n'est pas inculpé", souligne-t-il. "Son texte était odieux et ils ont absolument le droit de le renvoyer si cela permet de défendre les valeurs" de l'entreprise.

"Même s'il y a une grande indignation au sein des employés de Google et d'autres dans l'industrie technologique concernant le blog, il y en a aussi un certain nombre qui l'ont bien accueilli", souligne Jan Dawson de Jackdaw Research dans un blog.

"En dépit de l'effort général effectué pour promouvoir la diversité au sein des entreprises technologiques, il y a toujours une bonne partie des employés qui partagent ces opinions et qui voudraient les exprimer plus librement", ajoute-t-il.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Orège a annoncé ses comptes pour le 1er semestre 2017 clos fin juin...

Publié le 20/10/2017

                                               Communiqué de Presse   Voisins le Bretonneux, le 17 octobre 2017   Activité…

Publié le 20/10/2017

Paypal évolue sur ses plus hauts depuis son entrée en Bourse en juillet 2015. L’action du spécialiste du paiement en ligne progresse de 4,89% à 70,58 dollars à la faveur d’une performance…

Publié le 20/10/2017

  DESCRIPTIF PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS AUTORISE PAR L'ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DES ACTIONNAIRES DU 27 JUIN 2017   Paris, le 20 octobre 2017   Conformément aux…

Publié le 20/10/2017

WORLDLINELe spécialiste des systèmes de paiements publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.source : AOF

CONTENUS SPONSORISÉS