5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'industrie automobile japonaise en quête d'un nouveau souffle

| AFP | 152 | Aucun vote sur cette news
Le multisegment Nissan IMx EV est exposé au Tokyo Motor Show, le salon automobile japonais, à Tokyo? le 25 octobre 2017
Le multisegment Nissan IMx EV est exposé au Tokyo Motor Show, le salon automobile japonais, à Tokyo? le 25 octobre 2017 ( TOSHIFUMI KITAMURA / AFP )

Heurtée par des scandales à répétition, toujours plus concurrencée sur ses segments phare et parfois en retard sur le 100% électrique, l'industrie automobile japonaise paraît en déclin, mais sa capacité à rebondir ne doit pas être sous-estimée, selon des analystes.

Les 14 constructeurs de l'archipel tenteront de prouver qu'ils restent à la pointe de l'innovation dans leur fief du Tokyo Motor Show (TMS), le salon automobile japonais, qui ouvre au public vendredi jusqu'au 5 novembre, après deux journées pour la presse.

Pour Nissan cependant, le climat aurait pu être meilleur. L'allié de Renault et Mitsubishi est touché par un scandale de certifications de ses véhicules destinés au marché japonais, qui vient de le forcer à suspendre la production de ces véhicules dans le pays.

Il a aussi rappelé plus d'un million d'unités déjà commercialisées au Japon dans le cadre de cette affaire.

Occupé à gérer cette crise, le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, a renoncé à présider le TMS en se mettant temporairement en retrait de sa fonction de patron de l'association des constructeurs japonais (Jama).

- La fin d'un âge d'or -

Au scandale de Nissan se sont ajoutés les déboires du sidérurgiste Kobe Steel, qui a embelli les caractéristiques techniques de nombreux de ses produits, dont de l'acier et de l'aluminium destinés au secteur automobile.

En juin dernier, l'équipementier automobile japonais Takata a déposé le bilan
En juin dernier, l'équipementier automobile japonais Takata a déposé le bilan ( KAZUHIRO NOGI / AFP/Archives )

Et en juin, l'équipementier automobile japonais Takata a déposé le bilan, emporté par le scandale de ses airbags défectueux, responsables d'au moins 17 décès et de rappels massifs de véhicules dans le monde.

"L'âge d'or des constructeurs automobiles japonais est terminé" et leurs scandales à répétition "ont profondément ébranlé leur réputation de qualité", assène Ferdinand Dudenhöffer, directeur du centre de recherche automobile allemand CAR, interrogé par l'AFP.

Alors que le marché automobile japonais est en déclin en raison du vieillissement démographique accéléré dans le pays, les constructeurs nippons sont aussi "bousculés" par une plus forte concurrence à l'étranger, selon Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem.

"Les Japonais ont toujours été bien positionnés sur les SUV (4x4 de loisir, NDLR) et le segment premium (...). Mais ces créneaux sont devenus des tendances de fond, beaucoup de constructeurs les y ont rejoints, voire dépassés, comme les Allemands dans le haut de gamme", explique M. Neuvy à l'AFP.

"Ils ne sont pas assez innovants et trop concentrés sur la culture et la hiérarchie japonaises (...). Depuis la technologique hybride de Toyota lancée il y a 20 ans, il n'y a rien eu de vraiment remarquable" venu des constructeurs nippons, tâcle encore M. Dudenhöffer.

"Excepté Nissan, il leur manque des véhicules électriques fonctionnant sur batteries, un segment devenant extrêmement crucial en Chine, le plus important marché automobile mondial", relève-t-il.

Outre Nissan et Mitsubishi, d'autres constructeurs nippons, du géant Toyota à Honda en passant par Suzuki, se lancent désormais dans des projets 100% électriques. Mais de nombreux constructeurs étrangers, de l'américain Tesla aux allemands Daimler, BMW et Volkswagen, en passant par les français Renault et PSA, misent déjà dessus depuis des années.

- Capacité d'adaptation -

Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota lors d'un conférence de presse lors du Tokyo Motor Show, le salon automobile japonais, à Tokyo le 25 octobre 2017
Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota lors d'un conférence de presse lors du Tokyo Motor Show, le salon automobile japonais, à Tokyo le 25 octobre 2017 ( Toshifumi KITAMURA / AFP )

"Nous n'avons aucun doute que le 100% électrique va aussi être une solution clé dans un futur proche", a déclaré mercredi au TMS Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota, qui multiplie les initiatives dans le domaine, comme dernièrement en annonçant une coentreprise dédiée avec ses compatriotes Mazda et Denso.

"Les constructeurs japonais sont toujours concentrés sur des voitures hybrides, mais leur potentiel technologique devrait être compétitif dans le 100% électrique" également, estime Satoru Takada, analyste chez TIW, société japonaise d'études et d'investissement.

"Les dernières années ont probablement donné à tort l'impression que l'innovation technologique avait quitté l'archipel. Mais le salon de Tokyo correspond avant tout aux besoins des consommateurs locaux", rappelle à l'AFP Guillaume Crunelle, du cabinet de conseil Deloitte.

"S'il est clair que l'innovation n'est plus l'apanage des seuls constructeurs japonais, il ne faut pas sous-estimer leurs investissements en recherche-développement réalisés et leur capacité d'adaptation", ajoute M. Crunelle.

"L'avantage compétitif historique des constructeurs japonais, et de Toyota en particulier, a toujours résidé dans l'excellence opérationnelle. Les compétiteurs étrangers ont fortement progressé mais les Japonais restent toujours une référence", selon lui.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS