En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 894.15 PTS
-0.31 %
4 887.5
-0.29 %
SBF 120 PTS
3 890.74
-0.28 %
DAX PTS
10 896.74
-0.30 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.137
+0.04 %

L'ex-champion de la construction navale grecque au bord de la liquidation

| AFP | 759 | Aucun vote sur cette news
Des bateaux sur le port du Pirée à Athènes, le 4 février 2016
Des bateaux sur le port du Pirée à Athènes, le 4 février 2016 ( ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives )

Plombé par près de 700 millions d'euros d'aides d'Etat à rembourser, Hellenic Shipyards, fleuron de la construction navale grecque, est menacé de liquidation et sera fixé sur son sort cette semaine.

Le gouvernement grec a demandé en novembre son placement sous "gestion spéciale", procédure récente de règlement accéléré du sort des entreprises endettées. La décision est attendue dans les prochains jours.

HSY appartient depuis 2010 au groupe de construction navale Privinvest de l'homme d'affaires franco-libanais Iskandar Safa, et se trouve "depuis 2011 dans l'incapacité générale et permanente de payer ses dettes", relève l'assignation.

Les 650 employés restants travaillent au ralenti sur le site de Skaramangas, près d'Athènes, dont un terrain accueille désormais un camp de réfugiés.

Plus de la moitié de la dette de HSY est constituée d'aides d’Etat reçues de 1997 à 2002, dont la Commission européenne exige depuis 2008 le remboursement à la Grèce : 661,9 millions d'euros intérêts compris.

HSY a déjà connu bien des avatars: fondé en 1939 par la marine grecque, détruit par les bombardements alliés en 1944, au faîte de sa gloire après son rachat en 1957 par l'armateur Stavros Niarchos, ruiné en 1985 par la crise pétrolière, nationalisé, puis re-privatisé et cédé en 2002 au consortium allemand HDW/Ferrostaal, avant que HDW soit racheté par ThyssenKrupp en 2005.

Au début des années 2000, le gouvernement lui commande six sous-marins de type 214, à construire en partenariat avec HDW et Ferrostaal. La Grèce, qui se méfie de la Turquie, est l'un des rares pays à consacrer plus de 2% de son PIB à sa défense, comme préconisé par l'OTAN.

Akis Tsohatzopoulos, ex ministre de la Défense grec, arrive pour l'ouverture de son procès à Athènes, le 22 avril 2013
Akis Tsohatzopoulos, ex ministre de la Défense grec, arrive pour l'ouverture de son procès à Athènes, le 22 avril 2013 ( ANGELIKI PANAGIOTOU / AFP )

Le secteur se caractérise aussi à l'époque par l'arrosage à grande échelle des politiciens grecs par les industriels allemands. Ministre de la Défense socialiste de 1996 à 2001, Akis Tsohatzopoulos purge actuellement une peine de 20 ans pour corruption.

A partir de 2006, les relations se dégradent entre HDW/ThyssenKrupp et l'Etat, qui relève des malfaçons sur les sous-marins en construction, et fait traîner les paiements.

- 'S'asseoir et discuter' -

Dans ce contexte, l'arrivée de M. Safa fin 2010 déclenche "l'euphorie", assure Privinvest. D'autant que la Commission semble accepter une alternative au remboursement des aides d'Etat: abandon par HSY des activités civiles pendant 15 ans, et vente d'actifs dont le dock 5, joyau du chantier.

Mais M. Safa déchante lorsque la Commission interdit à HSY toute ré-acquisition ultérieure du précieux dock, et laisse planer le doute sur la possibilité, vitale pour HSY, de travailler pour les marines étrangères.

Aujourd'hui, HSY n'ayant jamais vendu le dock, la Commission attend toujours le remboursement des aides d'Etat.

Et la Grèce est menacée de sanctions par la Cour de justice européenne pour non-exécution de la décision de la Commission.

Quant au chantier, en raison aussi de la crise économique, il n'a enregistré aucune nouvelle commande depuis 2011, et c'est la marine grecque qui a dirigé les travaux de construction ou de modernisation de quatre sous-marins ces dernières années.

Dans un mail à l'AFP, le ministre de l'Economie Stergios Pitsiorlas accuse M. Safa d'avoir "abandonné HSY depuis 2011", et d'être "le principal responsable" du non-remboursement des aides d'Etat.

Mais l'homme d'affaires a saisi de son côté deux tribunaux arbitraux, faisant condamner la Grèce fin septembre par la Chambre de Commerce internationale (CCI) à payer à HSY environ 200 millions d'euros d'arriérés, décision que la Grèce conteste.

Le port du Pirée à Athènes est exploité par le chinois Cosco
Le port du Pirée à Athènes est exploité par le chinois Cosco ( ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives )

La CCI a ordonné aussi la mise en chantier des deux derniers des six sous-marins commandés. C'est l'opportunité pour le gouvernement "de s'asseoir et de discuter" avec M. Safa, avance son avocate, Me Eliana Paschalides, "au lieu d'une mise sous gestion spéciale qui ne résoudra rien". "Il y aurait des clients pour ces sous-marins", assure-t-elle à l'AFP.

Si la gestion spéciale est prononcée, le nom du chinois Cosco circule comme possible acquéreur, puisqu'il exploite déjà le port voisin du Pirée. "L'Etat grec pratiquera des appels d'offres transparents", élude M. Pitsiorlas.

Quant aux employés de HSY, à en croire Sotiris Poulikoyannis, président du syndicat de la métallurgie Triena : "tout ce qu'ils veulent, c'est garder leur boulot et toucher les arriérés".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Nissan prévoirait de rapatrier plus d'un milliard de dollars en espèces de sa filiale chinoise, selon les informations de Bloomberg. Le constructeur japonais chercherait ainsi à renforcer sa…

Publié le 13/12/2018

Europcar Mobility Group a renouvelé pour deux ans son partenariat commercial avec la société chinoise Shouqi, filiale de Beijing Tourism Group. Ainsi, les clients de Shouqi ont accès aux services…

Publié le 13/12/2018

Mandat de gestion de la trésorerie pan-Européenne...

Publié le 13/12/2018

Le français Plastic Omnium et l’allemand Brose lancent un projet innovant de co-développement de portes automobiles. Ainsi, des experts en ingénierie et en design de chaque groupe, installés…

Publié le 13/12/2018

Paris, 13 Décembre 2018 Atos, leader international de la transformation digitale, est reconnu leader des services IoT (Internet des Objets) par Forrester, à l'occasion de la…