5 386.83 PTS
-0.23 %
5 404.00
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 295.28
-0.19 %
DAX PTS
13 123.65
-0.23 %
Dowjones PTS
24 380.30
+0.21 %
6 391.21
+0.74 %
Nikkei PTS
22 938.73
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'Etat va prêter 1,7 milliard d'euros pour le financement du CDG Express

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
Le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale le 15 novembre 2017
Le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Assemblée nationale le 15 novembre 2017 ( Martin BUREAU / AFP )

L'Etat va prêter 1,7 milliard d'euros, à partir de 2019, au concessionnaire de la construction de la liaison ferroviaire directe entre Roissy et Paris, appelé Charles-de-Gaulle-Express (CDG Express), a annoncé jeudi le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Assemblée.

Charles-de-Gaulle Express doit relier à l'horizon fin 2023 directement Paris (Gare de l’Est) au terminal 2 de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle en 20 minutes et pour 24 euros.

Les premiers tirages sur la dette par le concessionnaire, un consortium qui réunit Aéroports de Paris (ADP), SNCF Réseau et la Caisse des dépôts (CDC), n'interviendront qu'en 2019, pour un montant estimé à 295 millions d'euros, selon l'amendement du gouvernement au projet de budget 2018 voté par l'Assemblée jeudi.

"Il est indispensable d'accélérer la réalisation de cette infrastructure dans la perspective des Jeux olympiques de 2024 et de sécuriser son financement", a justifié Bruno Le Maire.

"Ce financement sera moins coûteux et plus rapide pour construire le CDG Express" qu'en passant par les banques, a-t-il dit.

Le principe d'une taxe appliquée aux passagers de Roissy -hors correspondance- est par ailleurs prévu, mais elle ne sera perçue qu'à compter de la mise en service de CDG Express.

La ligne ferroviaire CDG Express compte des détracteurs. Ils trouvent le projet "dispendieux" et "à contre-courant des besoins de transport au quotidien". Ils ont déposé fin mai une requête en annulation de la déclaration d'utilité publique devant le Conseil d'Etat.

L'association, qui défend des alternatives, juge aussi l'argument des JO "démagogique". Ils arguent que le RER B desservira les sites olympiques, et non cette "desserte de riches" qui risque d'accentuer "la ségrégation territoriale", selon Didier le Reste, conseiller de Paris et ex-patron de la CGT-Cheminots.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2017

Une offre en numéraire au prix de 46 euros par action  Paris, 11 décembre 2017  Atos [Euronext Paris : ATO], leader international de la transformation digitale, annonce avoir…

Publié le 11/12/2017

    Communiqué de presse Source : Sanofi (EURONEXT: SAN) (NYSE: SNY) La FDA approuve l'insuline lispro injectable Admelog® de Sanofi…

Publié le 11/12/2017

Suite à l'émission du rapport du commissaire aux apports et à la signature du traité d'apport, Horizontal Softaware apporte des précisions sur les modalités de l'acquisition de Formaeva,…

Publié le 11/12/2017

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 11/12/2017

Le partenariat vise à accélérer le développement du produit Quantib ND en s'appuyant sur Myrian Studio

CONTENUS SPONSORISÉS