Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 169.41 PTS
+0.06 %
6 190.50
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 860.69
-0.01 %
DAX PTS
15 234.16
+0.21 %
Dow Jones PTS
33 800.60
+0.89 %
13 845.06
+0.63 %
1.190
-0.01 %

L'espoir s'amenuise pour la création d'un premier syndicat Amazon aux Etats-Unis

| AFP | 351 | 3.50 par 6 internautes
Nikema Williams, membre de la Chambre des réprésentants et Stuart Appelbaum, président du syndicat RWDSU, lors d'une visite dans un entrepôt Amazon, à Birmingham, dans l'Alambama, le 5 mars 2021
Nikema Williams, membre de la Chambre des réprésentants et Stuart Appelbaum, président du syndicat RWDSU, lors d'une visite dans un entrepôt Amazon, à Birmingham, dans l'Alambama, le 5 mars 2021 ( Megan Varner / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Les syndicalistes semblaient se préparer à une défaite jeudi soir après la première journée de décompte des voix pour ou contre la création d'un syndicat dans un entrepôt Amazon dans l'Alabama, qui serait une première aux Etats-Unis.

Le géant du commerce en ligne, qui a fait campagne contre le mouvement de syndicalisation, avait une large longueur d'avance avec 1.100 "non" contre seulement 463 "oui" comptabilisés.

Un peu plus de 5.800 employés étaient appelés à se prononcer, et 3.215 bulletins ont été reçus. Le vote sera remporté par la majorité simple des bulletins exprimés, soit 1.608 voix.

"Notre système est cassé et Amazon en a largement profité", a déclaré Stuart Appelbaum, le président du RWDSU, le syndicat de la distribution que des employés de l'entrepôt de Bessemer veulent rejoindre. "Nous appellerons l'agence fédérale du droit du travail à demander des comptes à Amazon sur son comportement illégal et choquant pendant la campagne", a-t-il ajouté.

( Elijah Nouvelage / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le mouvement de Bessemer a pris une dimension nationale. Il a vu s'opposer les soutiens aux employés syndicalistes - des artistes, des parlementaires démocrates et républicains, et même le président Joe Biden - et Amazon, le deuxième employeur américain dont les affaires ont prospéré pendant la pandémie.

Le groupe de Seattle et le RWDSU se sont affrontés en ligne. Sur le terrain, Amazon a fait valoir ses arguments contre la syndicalisation à coup de textos, d'affiches et de réunions d'information hebdomadaires dans l'entrepôt depuis des mois, tandis que les syndicalistes démarchaient les employés à l'entrée de l'entrepôt jour et nuit.

"Ne vous y méprenez pas; cela reste un moment important pour les travailleurs. Leurs voix seront entendues", a insisté Stuart Appelbaum.

Les salariés pro-syndicats se plaignent de cadences infernales, du manque de temps pour aller aux toilettes ou pour manger, du manque de protections en matière de sécurité (notamment contre le Covid-19) et de salaires insuffisants par rapport au travail demandé.

De son côté, Amazon se défend en rappelant que les salaires démarrent à 15 dollars de l'heure (plus du double du salaire minimum dans l'Alabama) et qu'il fournit des avantages sociaux, comme la couverture santé. Le groupe assure que ses employés disposent des pauses nécessaires.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 3.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2021

Tessi a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 412,6 ME, en baisse de 2,3% à périmètre constant proforma...

Publié le 09/04/2021

GeNeuro a fait le point vendredi soir sur sa situation financière pour le premier trimestre 2021. A fin mars, la trésorerie du groupe s’élevait à 4,8 millions d’euros. « Le montant total…

Publié le 09/04/2021

Carmat a émis une deuxième tranche de 650 000 bons de souscription d'actions (BSA) dans le cadre de la ligne de financement en fonds propres Kepler Cheuvreux. Le 27 septembre 2018, la medtech a mis…

Publié le 09/04/2021

New Port, la société de cadres présidée par Alain Dinin, a cédé aujourd'hui 1,2 millions d'actions Nexity, soit 2,14% du capital, ce qui ramène ainsi sa participation au capital de Nexity à…

Publié le 09/04/2021

Bigben Interactive a annoncé la mise en place d'un nantissement au bénéfice des porteurs d'obligations échangeables en actions de la société Nacon tel que prévu lors de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne