En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 426.50
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.16 %
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 075.73
+0.05 %
7 366.46
+0.12 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

L'épargne en ligne, un marché encore embryonnaire

| AFP | 641 | Aucun vote sur cette news
Fortuneo appartient aux banques en ligne qui proposent depuis des années 2000 une alternative à l'éventail offert par les établissements traditionnels
Fortuneo appartient aux banques en ligne qui proposent depuis des années 2000 une alternative à l'éventail offert par les établissements traditionnels ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Placer son argent via internet ? Alors que la révolution numérique change le paysage de la banque au quotidien, les Français restent très timides à franchir le pas de l'épargne en ligne malgré une offre qui s'étoffe.

"C'est un marché difficile", dit à l'AFP Gregory Guermonprez, directeur pour la France de Fortuneo, selon qui "il y a un certain conservatisme".

Aux côtés d'acteurs comme Boursorama, Fortuneo appartient aux banques en ligne qui proposent depuis les années 2000 une alternative à l'éventail offert par les établissements traditionnels, bien qu'elles aient pour l'essentiel été rachetées par ces derniers.

Leur offre de banque de détail connaît un relatif succès - Boursorama, filiale de Société Générale, affiche plus d'un million de clients - et se trouve encore plus exposée depuis le lancement en novembre d'un concurrent de poids avec Orange Bank.

Mais le volet consacré à l'épargne peine à se développer, alors même que les arguments de vente sont semblables: facilité de la gestion en ligne et, surtout, frais réduits.

Le groupe de télécoms Orange a lancé officiellement sa banque mobile en novembre 2017
Le groupe de télécoms Orange a lancé officiellement sa banque mobile en novembre 2017 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Selon M. Guermonprez, dont le groupe appartient au Crédit Mutuel Arkea, les encours d'assurance vie sur internet représentent une vingtaine de milliards d'euros en France, une goutte d'eau par rapport aux plus de 1.600 milliards totaux de ce placement, l'un des plus populaires auprès des Français.

Il évoque un "paradoxe": les consommateurs changent de forfait téléphonique pour quelques euros d'économies mais se posent très peu la question pour l'épargne alors qu'ils pourraient, selon lui, gagner des centaines voire des milliers d'euros en moindres frais.

Selon une étude, sur plus de 1.500 personnes interrogées qui épargnent de l'argent, seul un quart connaît vraiment l'épargne en ligne
Selon une étude, sur plus de 1.500 personnes interrogées qui épargnent de l'argent, seul un quart connaît vraiment l'épargne en ligne ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Où est le blocage ? "Le seul gros problème, c'est que l'épargne en ligne n'est pas connue", estime Hugues Magron, associé au cabinet Deloitte.

Selon une étude publiée la semaine dernière par Deloitte, sur plus de 1.500 personnes interrogées qui épargnent de l'argent, seul un quart connait vraiment l'épargne en ligne.

"C'est faible", a commenté lors d'une conférence M. Magron tout en notant une forte "intention de souscription": une fois ces offres présentées, beaucoup d'épargnants se disent intéressés.

Plus encore que pour les banques en ligne, le déficit de notoriété est un handicap important pour une catégorie d'acteurs apparus ces dernières années : des start-ups qui proposent des plateformes indépendantes d'épargne sur internet.

- Tesla comme modèle -

Deloitte estime à une trentaine le nombre de ces "fintech" et c'est en partenariat avec l'une, l'agrégateur d'épargne WeSave, que le cabinet a réalisé son étude. Parmi ces nouveaux groupes figurent des noms comme Yomoni, Linxea, Nalo.

Se faire connaître, "c'est très, très dur (...) sur un marché qui est naissant", avoue à l'AFP Guillaume Piard, cofondateur et PDG de Nalo, qui compte une dizaine d'employés.

Par contraste avec "l'offre classique", catégorie dans laquelle il met même les banques en ligne comme Fortuneo, M. Piard promet une gestion "sur mesure" en fonction des projets individuels, sur le modèle de ce qui se fait dans la banque privée pour les très fortunés.

Nalo, dont le contrat d'assurance vie est géré par la compagnie traditionnelle Generali, utilise, comme d'autres start-up, les "robot-conseillers": ces systèmes automatisés de gestion se basant sur l'intelligence artificielle.

Les robot-conseillers, "ça ne va pas remplacer la gestion de fortune, mais sur l'épargne de masse, c'est un super outil", abonde Céline Bonis, spécialiste des fintech au cabinet de recrutement Heidrick & Struggles.

Reste que Nalo, dont le PDG assure répondre à un "défi de société" en démocratisant l'épargne, compte plutôt attirer des clients fortunés dans un premier temps, même si le ticket d'entrée n'est qu'à 1.000 euros.

"Si on fait du travail sur les gros patrimoines, c'est tout bénéfice: on a plus d'encours et ça fait boule de neige", dit M. Piard, évoquant le modèle du constructeur américain de véhicules électriques Tesla: d'abord des voitures de luxe puis une relative démocratisation des prix.

"Une jeune boîte, à vouloir faire du grand public immédiatement, elle se suicide", insiste-t-il.

D'autres, comme M. Magron, restent sceptiques quant à la capacité de ces groupes à séduire directement des clients et voient leur avenir dans une collaboration avec des compagnies traditionnelles qui ont peu numérisé l'assurance vie par rapport aux assurances automobile ou habitation.

"Les acteurs traditionnels font appel aux structures qui ont innové pour intégrer leurs technologies dans les leurs", conclut-il.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

  Lille, le 17 juillet 2018   Avis de mise à disposition du bilan semestriel 2018 du contrat de liquidité du Crédit Agricole Nord de France     La Caisse régionale du Crédit…

Publié le 17/07/2018

AUREA Groupe européen dédié à l'économie circulaire     Société anonyme au capital de 14 220 802,80 EUR Siège social : 3, Avenue Bertie Albrecht - 75008 Paris 562 122…

Publié le 17/07/2018

  UBISOFT® ANNONCE SON CHIFFRE D'AFFAIRES DU PREMIER TRIMESTRE 2018-19   Solide performance, portée par un back-catalogue en forte progression et par la poursuite de…

Publié le 17/07/2018

Rueil-Malmaison, le 17 juillet 2018 Grégoire Thibault est nommé directeur des relations investisseurs du groupe VINCI   VINCI annonce la nomination de Grégoire Thibault en…