En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 346.11 PTS
-0.77 %
5 357.00
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 298.42
-0.45 %
DAX PTS
12 502.14
-0.62 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 338.15
-0.79 %

Sanctionné par la justice à Lille, l'encadrement des loyers a du plomb dans l'aile

| AFP | 818 | Aucun vote sur cette news
Une vue aérienne de Lille, le 30 mars 2017
Une vue aérienne de Lille, le 30 mars 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Un nouveau coup a été porté au dispositif d'encadrement des loyers mis en place sous le quinquennat Hollande, et déjà limité à Paris et Lille, le tribunal administratif ayant annulé mardi cette réglementation dans la capitale des Flandres.

Destiné à protéger les locataires des abus de certains bailleurs, l'encadrement des loyers prévoit qu'à la signature d'un nouveau bail ou lors d'un renouvellement, le loyer d'un logement ne puisse dépasser de 20% un loyer de référence fixé par arrêté préfectoral (ni lui être inférieur de 30%).

Ce dispositif n'est appliqué que dans deux grandes municipalités de gauche: à Paris, depuis le 1er août 2015, et à Lille depuis le 1er février 2017, à la demande des deux maires, Anne Hidalgo et Martine Aubry.

A peine promulguée, la loi Alur du 24 mars 2014 votée à l'instigation de Cécile Duflot, alors ministre du Logement, avait vu son champ d'application restreint par le Premier ministre Manuel Valls aux "communes volontaires", et "à titre expérimental", alors que loi devait s'appliquer à 28 agglomérations. Une restriction que le Conseil d'Etat avait, en mars 2017, jugée illégale.

Saisi notamment par l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) du Nord, le tribunal administratif de Lille a estimé que l'encadrement des loyers, fixé par un arrêté du préfet du Nord, "ne pouvait pas être appliqué dans la seule commune de Lille" et aurait dû concerner "l'ensemble de l'agglomération lilloise", selon un communiqué de cette juridiction.

Pour le juge, "l'agglomération lilloise, qui comprend 59 communes, doit être regardée dans son ensemble comme constituant une +zone tendue+ pour l'application du dispositif de plafonnement", les textes prévoyant l'encadrement par "zone d'urbanisation" et non par commune. Un raisonnement qui pourrait peut-être aussi remettre en cause le dispositif créé à Paris, selon l'UNPI.

- Surprise -

La maire de Lille (PS) Martine Aubry à Lille, le 14 janvier 2016
La maire de Lille (PS) Martine Aubry à Lille, le 14 janvier 2016 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )

La socialiste Martine Aubry s'était beaucoup battue pour faire appliquer la loi Alur, avec l'appui de la ministre du Logement Emmanuelle Cosse. Conformément à ce texte, un observatoire des loyers avait été créé pour établir des loyers "de référence" par quartier.

Lille est "reconnue comme la troisième ville la plus chère de France" avec une hausse des loyers privés "de 70%" entre 2000 et 2012 (+50% en moyenne nationale), avaient expliqué les deux femmes dans un communiqué. Cela concernait "55.000 loyers", dont "14% plus élevés que le loyer de référence majoré", selon Audrey Linkenheld, responsable du dossier à la mairie de Lille.

"L'encadrement des loyers est une nécessité économique et sociale, qui a reçu avec la loi Alur un fondement juridique. Nous ne comprenons pas la décision du tribunal administratif, on ne s'attendait pas à cette décision", a déclaré mardi à l'AFP Mme Linkenheld.

Franche satisfaction, en revanche, à l'UNPI: "c'est un très grand jour pour nous, le résultat d'un combat mené depuis bientôt un an dans l'intérêt des propriétaires", a affirmé son président Jean-Pierre Berlinet, qualifiant l'encadrement d'"usine à gaz".

Pour sa part, la mairie de Paris continuera à appliquer le dispositif, a indiqué à l'AFP Ian Brossat, adjoint PCF au logement de Mme Hidalgo. "Nous sommes confiants et nous ne sommes pas inquiets", a ajouté l'élu en notant qu'au plan juridique, "pour l'instant, la Métropole du Grand Paris n'a pas la compétence du logement".

"Ce serait une folie de renoncer" au dispositif alors que depuis sa mise en place, des loyers qui "explosaient au cours des années précédentes, se sont stabilisés", a-t-il ajouté.

Selon la préfecture du Nord, le dossier est désormais dans les mains du cabinet du ministre du Logement, Jacques Mézard, qui devra décider de faire appel ou non.

Théoriquement, le préfet peut aussi prendre un nouvel arrêté soumettant toute l'agglomération lilloise à l'encadrement. "Encore faut-il que les communes s'entendent, ça m'étonnerait que le préfet ait leur aval", a commenté M. Berlinet.

Cette extension est en tout cas réclamée par l'association Bail à part, présidée par l'écologiste parisien Julien Bayou. L'association, qui a saisi précédemment le tribunal administratif de Paris, "espère" que celui-ci "suivra le raisonnement du tribunal de Lille" pour que "l'ensemble de l'agglomération parisienne puisse bénéficier de cette mesure de justice sociale".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 25/06/2018

Rim Farahat, une Saoudienne, prend le volant pour la première fois, en tant que conductrice pour une compagnie de VTC, le 24 juin 2018 à Ryad ( FAYEZ NURELDINE / AFP )Rim Farahat attend…

Publié le 25/06/2018

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé, la baisse des valeurs technologiques (Apple – 0,29 % à 184,92 dollars) ayant compensé les gains induits par l'accord de hausse de la production…

Publié le 25/06/2018

Abivax a nommé le Professeur Ian McGowan, M.D., Ph.D., en tant que président de son comité scientifique, dont il était jusqu'ici membre régulier, ainsi que l'intégration du professeur Juergen…

Publié le 25/06/2018

Orège annonce la vente d'une solution intégrée mobile SLG + Flosep à Wessex Water pour un montant d'environ 200 k£...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Artprice avait pris l'engagement lors de son A.G. le 30 juin 2017 de prendre la 1e place en matière d'information sur le Marché de l'Art sur les réseaux…

Publié le 25/06/2018

Air France KLM retombe de 2,4% à 7,5 euros en ce début de semaine alors que le choix du futur PDG de la compagnie franco-hollandaise fait énormément...

Publié le 25/06/2018

Archos annonce aujourd'hui un partenariat avec Tuya Smart, spécialiste des plateformes AI/IoT, et dévoile Archos Hello Connect. Il s’agit d’une application qui offre aux utilisateurs la…

Publié le 25/06/2018

Harvest vient de recevoir l’agrément de l’ACPR en tant que prestataire de service d’information sur les comptes dans le cadre de la réglementation DSP2. L’éditeur de logiciels sur le…

Publié le 25/06/2018

Prysmian, n°1 mondial du câble, chute de 5% à 22,09 euros après avoir abaissé sa guidance d'Ebitda annuel. Ce dernier, pour le seul périmètre Prysmian (c'est-à-dire sans prendre en compte…