En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 438.27 PTS
+0. %
4 368.00
-
SBF 120 PTS
3 492.60
-
DAX PTS
10 356.70
-
Dow Jones PTS
22 653.86
-0.12 %
8 049.31
+0. %

L'employeur pourra imposer une semaine de congés payés pendant le confinement

| AFP | 1107 | Aucun vote sur cette news
Pour faire face au coronavirus l'employeur pourra imposer la prise de congés payés pendant la période de confinement
Pour faire face au coronavirus l'employeur pourra imposer la prise de congés payés pendant la période de confinement ( DENIS CHARLET / AFP/Archives )

Le projet de loi d'urgence pour faire face au coronavirus prévoit que l'employeur pourra imposer la prise de congés payés pendant la période de confinement, le Sénat ayant limité la disposition à une semaine, ce que les députés ont confirmé vendredi soir en commission.

Selon le Code du travail, actuellement, sans accord collectif, l'employeur ne peut "modifier l'ordre et les dates de départ moins d'un mois avant la date prévue".

"Notre intention dans la loi, c'est de réduire ce délai, pour qu'on puisse s'adapter à la situation actuelle. C'est donc une disposition qui existe déjà dont on réduit les délais de mise en œuvre", a expliqué vendredi matin la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, sur BFMTV et RMC.

L'article 7 du projet de loi d'urgence sanitaire présenté par le gouvernement habilite celui-ci à "permettre à tout employeur d'imposer ou de modifier unilatéralement les dates de prise d'une partie des congés payés, des jours de réduction du temps de travail et des jours de repos affectés sur le compte épargne temps du salarié" en dérogeant "aux délais de prévenance et modalités d'utilisation" définis dans le Code du travail, les conventions et accords collectifs ainsi que le statut général de la fonction publique.

Le gouvernement pourrait donc, par ordonnance, permettre aux entreprises de fixer une partie des congés payés pendant la période de confinement.

Dans l'entourage de Muriel Pénicaud, on présentait cette mesure mercredi comme "un effort raisonnable" demandé aux salariés alors que l'Etat "met en place un plan exceptionnel pour sauver l'emploi et éviter les licenciements".

Dans les entreprises affectées par la crise, cette mesure "serait financièrement favorable aux salariés, qui ne subissent pas de perte de rémunération lorsqu'ils sont en congé, à la différence de l'activité partielle", selon Alain Milon, président (LR) de la commission des Affaires sociales du Sénat.

Mais, ajoute-t-il, "ces dérogations ne doivent pas permettre aux entreprises de requalifier unilatéralement en congés payés une période pendant laquelle les salariés sont contraints de rester chez eux (...) qui ne saurait être assimilée à des vacances".

Aussi, "dans un souci de proportionnalité", le sénateur a fait adopter un amendement limitant à six jours ouvrables "la durée des congés payés pouvant être imposés par l'employeur sans observer les délais de prévenance".

Cette disposition a été jugée "équilibrée" vendredi par la rapporteure du texte à l'Assemblée Marie Guévenoux (LREM), et a été validée lors de l'examen du texte en commission. Elle devra encore être confirmée samedi en séance, où la gauche entend revenir sur ce "signal pas opportun".

Selon le ministère du Travail, sont concernés les congés payés 2019/2020, ceux qui doivent donc être pris au 31 mai.

Le texte ne fixe cependant pas à ce stade de limite à l'imposition de prise de jours de RTT et de jours du compte épargne-temps.

L'habilitation permet aussi au gouvernement de "modifier les conditions d'acquisition de congés payés".

Le gouvernement n'a pas indiqué si cela visait les périodes de chômage partiel qui actuellement donnent droit à l'acquisition de congés payés.

Les syndicats se sont dits opposés à cette prise de jours de congé par simple décision unilatérale de l'employeur. La CFDT a revendiqué que seule la conclusion d'un accord collectif puisse autoriser de telles dérogations.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/04/2020

Pour sécuriser les demandes à venir, la société prévoit en coordination avec son partenaire chinois la mise en place d'une unité de production et d'assemblage à Strasbourg avec un objectif de…

Publié le 07/04/2020

Des discussions sont en cours entre Planet Media et plusieurs banques pour l'obtention d'un emprunt à des conditions préférentielles, garanti à 90% par Bpifrance...

Publié le 07/04/2020

La pandémie mondiale de COVID-19 continuant d'évoluer et face à l'incertitude de son impact, Inventiva ne peut prévoir l'ampleur des retards ou des répercussions sur ses essais cliniques, ni…

Publié le 07/04/2020

De nouvelles importantes commandes ont été enregistrées chez Bio-UV...

Publié le 07/04/2020

Dans une lettre à ses partenaires concernant l'impact de la pandémie COVID-19, AB Science indique...