5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'Autriche hostile à l'élargissement de la zone euro souhaitée par Juncker

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
Le chancelier social-démocrate Christian Kern à Graz (Autriche), le 7 septembre 2017
Le chancelier social-démocrate Christian Kern à Graz (Autriche), le 7 septembre 2017 ( HANS PUNZ / APA/AFP/Archives )

Les dirigeants autrichiens se sont déclarés jeudi hostiles au souhait du président de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker de voir un maximum de pays de l'UE rejoindre la zone euro, Vienne rappelant le précédent de la crise grecque.

"Je considère ce concept comme irréfléchi", a déclaré le chancelier social-démocrate Christian Kern, soulignant que la priorité européenne devait aller à la lutte contre la fraude fiscale et le dumping social, et relevant que les critères de Maastricht devaient être strictement respectés.

"Tant que tout cela n'est pas réglé, un élargissement de la zone euro n'a aucun sens car il ne ferait qu'augmenter les problèmes", a-t-il relevé au micro de la radio publique Ö1, évoquant "l'exemple-type de la Grèce".

Dans son discours annuel sur l'état de l'Union mercredi, M. Juncker avait rappelé que l'euro avait "vocation à devenir la monnaie unique de toute l'Union européenne" et proposé la création "d'un instrument d'adhésion, offrant une assistance de pré-adhésion technique et parfois financière".

Le ministre des Affaires étrangères conservateur Sebastian Kurz, donné large favori pour les législatives anticipées autrichiennes du 15 octobre, a lui aussi agité le spectre grec.

"La zone euro et l'espace Schengen sont ouverts à tous ceux qui remplissent les critères. Si ces critères ne sont pas remplis, rien n'est possible. Nous devons éviter qu'une situation à la grecque se reproduise", a-t-il souligné.

Heinz-Christian Strache, chef du principal parti d'opposition, la formation d'extrême droite FPÖ, a rappelé que certains pays de l'UE n'étaient pas désireux de rejoindre la zone euro. "Visiblement, on veut contraindre ceux qui n'en veulent pas", a-t-il estimé, accusant M. Juncker d'être un "centralisateur" qui "n'a rien appris du Brexit".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS