En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.02 PTS
+0.83 %
5 361.50
+1.07 %
SBF 120 PTS
4 290.51
+0.76 %
DAX PTS
12 237.17
+0.61 %
Dowjones PTS
25 568.30
+1.61 %
7 417.35
+0.85 %
1.137
+0.26 %

L'assurance emprunteur, discrète bataille entre banques et assurances

| AFP | 386 | Aucun vote sur cette news
Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF), à Paris le 9 mai 2010
Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF), à Paris le 9 mai 2010 ( MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives )

Convoitée de longue date par les assureurs, la possibilité pour les clients bancaires de renégocier chaque année leur assurance emprunteur entrera en vigueur début janvier, au grand dam des banques qui voient s'éloigner de juteuses recettes et mènent une farouche résistance contre le dispositif.

Principal reproche formulé par les bancassureurs, la nouvelle disposition concernera aussi bien les nouveaux contrats que ceux déjà existants, qui seront concernés de manière rétroactive.

Cela "bouleverse considérablement l'équilibre économique global des crédits immobiliers" en remettant en cause le principe "de mutualisation et de solidarité au sein des contrats", a dénoncé auprès l'AFP Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF).

Ce nouveau cadre met "en péril le système actuel d'assurance emprunteur, notamment dans le crédit immobilier qui fonctionne plutôt bien en France avec des taux bas, une accessibilité forte et une grande sécurité pour les emprunteurs et prêteurs", ajoute Mme Barbat-Layani.

Selon elle, cette évolution risque d'augmenter le coût du crédit pour les emprunteurs présentant les moins bons profils de risques, c'est-à-dire les plus âgés, les moins aisés ou ceux dont la santé est fragile.

Saisi durant l'été par la FBF et une poignée de grands groupes, le Conseil d'Etat s'est tourné début octobre vers le Conseil constitutionnel, qui dispose de trois mois pour évaluer le bien-fondé de cette mesure.

- Fortes marges -

"C'est de bonne guerre, on ferait pareil", s'amuse un assureur sous couvert d'anonymat, notant que les bancassureurs ne se sont pas privés pour prendre pied sur les marchés de l'assurance santé, habitation ou automobile lorsque ceux-ci ont été ouverts à la concurrence quelques années plus tôt.

L'enjeu est de taille: le montant des cotisations au titre des contrats d'assurance emprunteur a représenté une manne de 8,8 milliards d'euros en 2016, dont les trois quarts pour des crédits immobiliers, d'après la Fédération française de l'assurance.

Selon une étude récente du courtier Réassurez-moi, la marge moyenne réalisée par les banques sur les produits d'assurance emprunteur avoisine un taux de 40%, mais peut même aller jusqu'à 70% pour des emprunteurs jeunes et en bonne santé.

"Ce marché est un oligopole bancaire, étant donné que dans 88% des cas, cette assurance obligatoire est vendue par la banque elle-même", explique Antoine Fruchard, fondateur de Réassurez-moi.

"De longue date, nous avons identifié le fait que l'assurance emprunteur est un point d'insatisfaction fort pour nos clients, qui payent des prix bien trop élevés au regard des coûts du marché", renchérit auprès de l'AFP un assureur.

Depuis les lois Lagarde, votée en 2011, et Hamon, en 2014, les clients bancaires ont pourtant la possibilité de souscrire une assurance à meilleur marché en dehors de la banque auprès de laquelle ils empruntent, lors de la signature ou jusqu'à un an après. Dans les faits, peu de clients ont recours à cette possibilité.

- 2,8 milliards d'économies -

Voté en février, l'amendement Bourquin autorisera à partir du 1er janvier 2018 tous les emprunteurs, anciens ou nouveaux, à renégocier chaque année leur contrat d'assurance et ce pendant toute la durée d'un prêt immobilier.

"Il y a eu du lobbying d'un certain nombre d'assureurs qui veulent récupérer une partie des contrats, notamment ceux en cours qui deviennent très rentables quand une partie du capital a été remboursée et que le risque de défaut devient peu probable", s'étrangle une source proche du secteur bancaire.

Pour les ménages, cette mesure promet de redonner "entre 500 et 700 euros" de pouvoir d'achat par an sur des contrats dont la durée peut aller jusqu'à 25 ans, avait estimé en début d'année Martial Bourquin (PS), le sénateur à l'origine de cet amendement.

De son côté, le courtier Réassurez-moi chiffre à 2,8 milliards d'euros au total les économies qui pourraient être réalisées l'an prochain par les Français sur la durée de leurs prêts, soit en moyenne 6.310 euros d'économies par emprunteur.

"Les assureurs ne choisissent pas le bon combat", tance pourtant un banquier français, arguant que la baisse généralisée des tarifs, conséquence d'une plus grande concurrence sur ce marché, risque in fine d'aboutir à l'exclusion des emprunteurs les plus à risque.

"Le service que rendent les banques dans l'assurance emprunteur est actuellement le meilleur du monde. Nous regretterons dans dix ans d'avoir collectivement déréglé ce marché", assure ce même banquier.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 15/08/2018

Le président congolais Denis Sassou Nguesso à Paris, le 29 mai 2018 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )Le Congo-Brazzaville "est bien loin de la banqueroute" a affirmé son président Denis Sassou…

Publié le 08/08/2018

Aegon a annoncé hier soir la cession à SCOR Global Life de la quasi-totalité de sa part résiduelle dans la réassurance vie aux Etats-Unis...

Publié le 06/08/2018

Unitedhealth Group Inc constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call F452S…

Publié le 03/08/2018

Crédit Agricole Assurances annonce ce jour avoir publié ses comptes consolidés relatifs au premier semestre 2018. Ce document peut être consulté sur le site Internet de Crédit…

Publié le 03/08/2018

Crédit Agricole Assurances enregistre au premier semestre 2018 un chiffre d'affaires historiquement élevé et une activité de plus en plus diversifiée : en progression de 5,9 %…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

Voluntis annonce le lancement d’une nouvelle version d’Insulia, pour améliorer l’expérience utilisateur et rendre l’application disponible en espagnol. L’ajout de cette langue permettra…

Publié le 16/08/2018

Entre le 6 et le 10 août, Bic a racheté pour près de 6,14 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 80 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré de…

Publié le 16/08/2018

Le titre s'envole après les résultats

Publié le 16/08/2018

RIBERSociété Anonyme au capital de 3 400 483,84 euros Siège social : 31, rue Casimir Perier, 95873 Bezons 343 006 151 R.C.S Pontoise   DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT…

Publié le 16/08/2018

  bilan semestriel du contrat de liquidité contracte avec la société de bourse gilbert dupont   Au titre du contrat de liquidité confié par la…