En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 905.5
-1.30 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-1.36 %
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
-1.75 %
1.137
+0.03 %

L'Assemblée générale de l'ONU appelle à la levée de l'embargo américain contre Cuba

| AFP | 250 | Aucun vote sur cette news
Miguel Díaz-Canel, le président de Cuba, devant l'Assemblée générale de l'ONU le 26 septembre 2018
Miguel Díaz-Canel, le président de Cuba, devant l'Assemblée générale de l'ONU le 26 septembre 2018 ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté jeudi, comme chaque année depuis 1992, une résolution non contraignante appelant à la levée de l'embargo américain contre Cuba, dont les Etats-Unis ont tenté en vain de dénoncer les atteintes aux droits de l'homme.

La résolution a été approuvée par 189 pays. Comme l'an dernier, seuls les Etats-Unis et Israël se sont prononcés contre, tandis que l'Ukraine et la Moldavie n'ont pas participé au vote.

C'est la 27ème fois que l'Assemblée générale de l'ONU appelle ainsi à la levée de l'embargo économique et financier des Etats-Unis contre Cuba, en place depuis 1962. Mais la résolution, présentée chaque année, n'est pas contraignante et n'a qu'une portée politique.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley avait présenté cette fois huit amendements à la résolution cubaine, une tentative de détourner l'attention vers le bilan de La Havane en matière de droits de l'homme.

Ces amendements n'ont pas reçu le soutien espéré par les Etats-Unis. Seuls leurs alliés israélien et ukrainien ont voté en leur faveur, rejoints par les Iles Marshall pour un amendement.

- "Gouvernement de millionnaires" -

Le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a qualifié jeudi l'administration de Donald Trump de "gouvernement de millionnaires imposant des politiques cruelles".

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Nikki Haley, le 24 septembre 2018 à New York
L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Nikki Haley, le 24 septembre 2018 à New York ( Nicholas Kamm / AFP/Archives )

"Le gouvernement américain n'a pas la moindre autorité morale pour critiquer Cuba ou qui que ce soit en matière de droits de l'homme", a-t-il ajouté à la tribune de l'assemblée, dénonçant le traitement réservé il y a quelques mois par Washington aux enfants de migrants séparés de leurs parents à la frontière avec le Mexique et "enfermés dans des cages".

Pour M. Rodriguez, l'embargo américain constitue une "violation systématique, massive et flagrante" des droits de l'homme à Cuba, privant notamment l'île de médicaments et d'appareils médicaux produits aux Etats-Unis.

Nikki Haley a estimé de son côté que ce vote annuel sur l'embargo était "une perte de temps pour tout le monde".

"C'est une occasion de plus pour les pays de pouvoir lancer une pique aux Etats-Unis", a-t-elle regretté. "Mais vous n'affectez pas les Etats-Unis en faisant cela. Vous affectez le peuple cubain en disant au régime que la façon dont il traite sa population est acceptable".

- Refroidissement -

En 2016, Washington s'était abstenu pour la première fois en un quart de siècle, après le rapprochement historique opéré par l'ex-président démocrate Barack Obama avec La Havane.

Mais les relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba se sont refroidies depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Son administration met en avant la répression des opposants politiques et les atteintes aux libertés sur l'île afin de justifier le maintien de l'embargo économique.

Cuba
Cuba ( Paz PIZARRO / AFP )

"Cuba présente chaque année une résolution accusant les Etats-Unis d'être responsables de sa pauvreté, de sa répression et de son manque de libertés", avait dénoncé mercredi dans un tweet la mission américaine à l'ONU.

Et d'ajouter: "Les Nations unies entendront demain (jeudi) ce que nous avons à dire à ce sujet et les pays devront choisir entre Cuba et les Etats-Unis. Qui votera pour nous?"

Israël et l'Ukraine.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

A l'issue de cette cession, la participation d'Axa au capital d'EQH diminue, passant de 72,2% des actions ordinaires d'EQH en circulation à 59,3%...

Publié le 20/11/2018

Son appareil est un dispositif d'épuration d'air dédié aux grands volumes intérieurs...

Publié le 20/11/2018

Statum, co-dirigée notamment par Brice Aquilina (ex I-prospect) vient renforcer l'offre Média du Groupe...

Publié le 20/11/2018

Lagardère acquiert un leader de la Restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord...