5 241.66 PTS
+0.08 %
5 253.50
+0.53 %
SBF 120 PTS
4 192.26
+0.01 %
DAX PTS
12 569.17
+0.06 %
Dowjones PTS
22 374.94
+0.02 %
5 962.89
-0.47 %
Nikkei PTS
20 310.46
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'artisanat afghan, sauvé de l'oubli, veut inspirer en Syrie

| AFP | 197 | Aucun vote sur cette news
Des étudiants afghans apprennent la calligraphie dans une classe de l'Institut Turquoise Mountain dans le plus vieux quartier de Kaboul, Mourad Khani, le 18 juillet 2017
Des étudiants afghans apprennent la calligraphie dans une classe de l'Institut Turquoise Mountain dans le plus vieux quartier de Kaboul, Mourad Khani, le 18 juillet 2017 ( WAKIL KOHSAR / AFP/Archives )

Arraché de justesse aux ruines et à l'amnésie, le savoir-faire des artisans afghans se perpétue aujourd'hui au coeur du vieux Kaboul, dans un caravansérail sauvé du désastre: ce rare succès d'une reconstruction avortée doit être bientôt réédité au profit d'artisans syriens.

Dans un océan de frustrations et de projets humanitaires mal aboutis, 16 ans après la fin du régime taliban, les ateliers de céramiques, menuiserie, calligraphie et d'orfèvrerie de l'institut Turquoise Mountain (TM) perpétuent le meilleur de l'Afghanistan, réputé pour ses artisans depuis la nuit des temps sur la stratégique Route de la Soie.

Il s'en est fallu d'un cheveu pour qu'ils ne disparaissent au fil des conflits qui minent le pays depuis 40 ans. Un sort tristement partagé par les artisans syriens qui fuient leur pays et bénéficieront bientôt de l'expérience afghane en Jordanie et au Liban.

Tout a commencé avec la réhabilitation en 2006 du plus vieux quartier de Kaboul, Mourad Khani, raconte Abdul Wahid Khalili, directeur de l'institut qui forme la relève.

Ce projet, initié par le diplomate britannique Rory Stewart (actuel membre du gouvernement de Theresa May) et son ONG, la Fondation Turquoise Mountain, et parrainé notamment par le prince Charles, le British Council et USAid (coopération américaine), a mobilisé jusqu'à 5.000 artisans.

"Quand nous avons démarré, il restait très peu d'artisans à Kaboul. La plupart avaient fui le pays ou abandonné leur secteur", se souvient M. Khalili. "On a commencé avec ceux qu'on connaissait."

- Retrouver les vieux maîtres -

Des étudiants afghans se forment à la joaillerie dans une classe de l'Institut Turquoise Mountain, à Kaboul, le 18 juillet 2017
Des étudiants afghans se forment à la joaillerie dans une classe de l'Institut Turquoise Mountain, à Kaboul, le 18 juillet 2017 ( WAKIL KOHSAR / AFP/Archives )

Ces pionniers arpentent les villes, frappent aux portes dans les villages pour retrouver les maîtres, leurs élèves et les enrôler sur le chantier. "L'idée était de conduire la réhabilitation du lieu, abandonné aux ordures et de former en même temps la nouvelle génération", reprend M. Khalili.

L'institut emploie aujourd'hui trente maîtres afghans, parfois eux-mêmes formés ici avant de transmettre à leur tour leur art, du jali, les dentelles de bois ajouré, aux tressages d'argent arachnéens des bijoux malela, l'une des six techniques d'orfèvrerie traditionnelles.

Wakil Abdul Aqi Ahmani, 64 ans, vieux maître en blouse et barbe grises, fut l'un de ces pères fondateurs. Les fenêtres ouvertes sur les rosiers, dans la cour, il enseigne aux garçons, penchés sur leurs panneaux de cèdre et de noyer, l'art du jali et des bois sculptés du Nouristan, région perchée au nord-est dans les montagnes de l'Hindu Kush.

Son fils de 35 ans, Massoud, qui fut son premier élève, a succédé au dernier maître de la spécialité, Abdul Hadi.

Pour intégrer l'Institut, la sélection est impitoyable. Plus de 500 candidats chaque année, affirme M. Khalili, une cinquantaine retenus, filles et garçons. Outre des tests de culture générale et des entretiens, ils doivent réaliser un travail dans leur spécialité - céramique, menuiserie, orfèvrerie, calligraphie et miniatures.

"Ils ont appris au bazar, dans les échoppes ou en famille. Mais ils ne sont pas vraiment professionnels", explique Abasin Bahand, chargé des évaluations. "Tout le monde peut tenter sa chance."

Les trois ans de formation sont gratuits, les étudiants sont nourris, logés s'ils viennent de province et perçoivent 20 dollars d'allocation mensuelle pour leurs transports. Et ils sortent avec une double certification, afghane et britannique.

"80% de nos diplômés ont lancé leur propre affaire ou travaillent et vivent de leur spécialité", affirme Nathan Stroupe, le directeur de la Fondation TM pour l'Afghanistan.

- Kaboul, Londres, Amman -

Les menuisiers et les bijoutiers sont ceux qui réussissent le mieux sur le marché. Parmi les premiers, d'anciens élèves ont décoré des palaces à Londres et aux Emirats, et des bijoutiers ont reçu des commandes pour la New York Fashion Week.

"Nous avons un programme d'incubation d'entreprise pour les soutenir et les accompagner pendant trois ans", explique le directeur de la fondation.

Sur les 500 étudiants candidats chaque année, seulement une cinquantaine sont retenus par l'Institut pour suivre une formation gratuite pendant trois ans
Sur les 500 étudiants candidats chaque année, seulement une cinquantaine sont retenus par l'Institut pour suivre une formation gratuite pendant trois ans ( WAKIL KOHSAR / AFP )

"L'objectif initial était de sauver et de préserver cet héritage, reprend Nathan Stroupe.

"On a déjà beaucoup perdu", avoue M. Khalili. "Plus personne ne travaille le cuivre ni le bronze".

La fondation veut aujourd'hui rééditer l'aventure avec la Syrie en guerre.

"On a déjà rencontré des artisans syriens en Jordanie", rapporte Scott Riddle, directeur du projet qui démarrera officiellement en septembre.

Après la Jordanie, TM compte poursuivre dès 2018 avec les artisans réfugiés au Liban.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2017

Le résultat net semestriel d'Adomos s'établit à 1,71 million d'euros en progression de 112%.

Publié le 20/09/2017

Rencontres sectorielles au menu...

Publié le 20/09/2017

Le résultat net ressort à 7,1 ME, soit 4,1% du chiffre d'affaires (12,9 ME en 2016)...

Publié le 20/09/2017

La première phase de déploiement aura lieu en Norvège au second semestre 2017, dans près de 110 magasins...

Publié le 20/09/2017

Aures compte développer l'activité bornes du Groupe...

CONTENUS SPONSORISÉS