En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

L'Argentine reçoit le G20 en pleine crise économique

| AFP | 307 | Aucun vote sur cette news
Un passant photographie une affiche contre le sommet du G20, le 27 novembre 2018 à Buenos Aires, en Argentine
Un passant photographie une affiche contre le sommet du G20, le 27 novembre 2018 à Buenos Aires, en Argentine ( Juan Mabromata / AFP )

Pour la première fois de son histoire, l'Argentine accueille les chefs des plus grandes puissances mondiales lors du G20, vendredi et samedi, alors même qu'elle vit son pire moment économique depuis la crise de 2001.

Arrivé au pouvoir fin 2015 pour un mandat de quatre ans, le président argentin de centre-droit Mauricio Macri, fils d'un Italien ayant fait fortune en Argentine, a vécu en 2018 la pire année de sa vie: la 3e économie d'Amérique latine a été foudroyée par deux crises monétaires et le peso a perdu 50% de sa valeur face au dollar.

L'inflation annuelle dépassera les 45% et la récession s'est installée: à 2,6% en 2018 et 1,6% pour 2019, prévoit le Fonds monétaire international (FMI). Une sécheresse historique a également privé le pays d'une entrée de devises liées aux exportations agricoles, inférieures aux années précédentes.

Le président argentin Mauricio Macri, le 27 septembre 2018 à Buenos Aires
Le président argentin Mauricio Macri, le 27 septembre 2018 à Buenos Aires ( EITAN ABRAMOVICH / AFP/Archives )

Pour stabiliser une économie historiquement fragile, le président a sollicité un prêt au FMI. Le fonds a débloqué 56 milliards de dollars, moyennant de profondes réformes, notamment une réduction du budget de l’État pour atteindre l'équilibre en 2019.

En 2016, "quand la décision d'organiser le sommet du G20 à Buenos Aires a été prise, l'attente était que le gouvernement Macri allait servir de vitrine pour ses réformes (ndlr: après 12 ans de gestion des époux Kirchner, en rupture avec les marchés).

L'Argentine semblait alors une des bonnes nouvelles, de par sa politique réformiste pro-marchés disposant d'un soutien populaire", rappelle Bruno Binetti, spécialiste en relations internationales de l'Université Torcuato di Tella à Buenos Aires.

Le sommet du G20 en Argentine
Le sommet du G20 en Argentine ( Nicolas RAMALLO / AFP )

Le dernier grand rendez-vous international en Argentine avait été le Sommet des Amériques, à Mar del Plata en 2005, où les chefs d'Etat de la gauche latino-américaine, Nestor Kirchner et Hugo Chavez en tête, avaient enterré le projet de zone de libre-échange continentale, infligeant un camouflet au président américain George W. Bush.

Treize ans plus tard, la physionomie de l'Amérique latine a changé: les gouvernements de gauche ont disparu dans les grands pays de la région et ne subsistent qu'au Venezuela, au Nicaragua et en Uruguay.

- Optimisme -

En arrivant au pouvoir, Mauricio Macri a supprimé le contrôle des changes, a considérablement réduit les subventions aux factures d'électricité et gaz, aux transports, ce qui a entamé le pouvoir d'achat des Argentins.

L'avenue du 9 juillet à Buenos Aires avant le sommet du G20, le 28 novembre 2018 en Argentine
L'avenue du 9 juillet à Buenos Aires avant le sommet du G20, le 28 novembre 2018 en Argentine ( Ludovic MARIN / AFP )

En avril, puis en août, le peso a dévissé, victime du manque de confiance des investisseurs et des Argentins, pour lesquels le dollar est la traditionnelle monnaie-refuge dans les moments de doute. Après une longue période de turbulences, deux mois de calme économique sans soubresauts invitent désormais les experts à l'optimisme.

L'année 2018 a été une année de fortes mobilisations, de grèves générales, d'arrêts de travail dans les transports publics et aériens, pour exiger des revalorisation salariales.

Vendredi, une grande manifestation est prévue à Buenos Aires en marge du G20.

"Le G20 va durer un jour. Le second jour, ils vont tous partir à cause des incidents qui vont éclater. Les gens ont faim et ils viennent faire un G20 ici?", se plaint Jesus Olgin, un vendeur ambulant du centre de Buenos Aires.

Candidat à sa réélection l'an prochain mais avec une cote de popularité en chute libre, Mauricio Macri veut capitaliser sur le G20 et le soutien que lui témoignent les grands de ce monde, comme Donald Trump (Etats-Unis), Emmanuel Macron (France), Shinzo Abe (Japon), Angela Merkel (Allemagne), Justin Trudeau (Canada).

"Les leaders les plus importants du monde vont venir, une marque de soutien à l'Argentine", salue le président argentin.

Pour le politologue Rosendo Fraga, la grande opportunité que Macri s'apprête à saisir est la série de rencontres bilatérales, avec les présidents des Etats-Unis, de Chine, de France, de Russie, du Japon et les chefs de gouvernement britannique et allemand.

"Dans ces rencontres, dit-il, l'Argentine aura des appuis et des éloges. Le cadre économique et commercial multilatéral s'affaiblissant, les relations bilatérales se renforcent".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...