5 390.46 PTS
+0.20 %
5 383.50
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'Arabie contrainte à réduire de nouveau sa production de pétrole

| AFP | 201 | Aucun vote sur cette news
Devant le stand de la compagnie pétrolière Aramco, lors d'un forum économique à Ryad, le 25 janvier 2016
Devant le stand de la compagnie pétrolière Aramco, lors d'un forum économique à Ryad, le 25 janvier 2016 ( Fayez Nureldine / AFP/Archives )

Confrontée à des difficultés économiques en raison de la baisse des cours du brut, l'Arabie saoudite se prépare à de nouvelles réductions de sa production avant la vente de parts du géant pétrolier Aramco, selon des analystes.

Ces réductions visent, selon des analystes, à rééquilibrer le marché après la perte de centaines de milliards de dollars de revenus par ce poids lourd de l'Opep, qui affiche d'énormes déficits budgétaires depuis l'effondrement des cours du pétrole en 2014.

L'un des facteurs qui influencent la nouvelle politique du royaume saoudien, premier exportateur mondial de brut, est la vente prévue de 5% des parts d'Aramco via une introduction en Bourse en 2018.

Cette introduction, présentée comme la plus importante de l'histoire, fait partie d'un vaste programme de réformes visant à réduire la dépendance du royaume à l'égard du pétrole.

Une hausse potentielle des prix du pétrole d'ici là devrait valoriser les actions d'Aramco, même si le niveau de cette valorisation divise les analystes.

Amin al-Nasser, le PDG d'Aramco au 18ème Sommet international du pétrole à Paris, le 27 avril 2017
Amin al-Nasser, le PDG d'Aramco au 18ème Sommet international du pétrole à Paris, le 27 avril 2017 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Pour Jean-François Seznec, expert associé à l'Atlantic Council's Global Energy Center, la hausse des prix sera probablement marginale mais pourrait faire grimper la valeur d'Aramco.

"Le marché ne fixera pas le prix des actions sur la base de fluctuations à court terme, mais plutôt sur la base d'anticipations à long terme", souligne-t-il.

La semaine dernière, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle réduirait sa production de 560.000 barils par jour à partir de novembre, la plus forte baisse depuis l'accord historique entre pays membres et non-membres de l'Opep pour réduire la production de 1,8 million de barils par jour.

L'accord, conclu en novembre 2016, est intervenu deux ans après que l'Arabie saoudite a défendu sa stratégie initiale de conserver ses parts de marché coûte que coûte.

"Sans cette réduction (décidée en 2016), les prix auraient pu être aujourd'hui inférieurs à 30 dollars par baril", a affirmé Ibrahim Muhanna, conseiller de l'ex-ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naïmi.

"L'Opep, grâce à son alliance avec des producteurs clés non-membres de l'Opep, a récemment créé un nouveau paradigme pour la gestion des marchés", a-t-il déclaré lors d'une conférence de l'Arab Gulf States Institute à Washington le mois dernier.

L'Arabie saoudite, membre du G20, est la première économie du monde arabe. Elle est soumise à une pression budgétaire extrême depuis l'effondrement du marché pétrolier, avec des déficits de 200 milliards de dollars ces trois dernières années, des prélèvements de 245 milliards de dollars dans ses réserves et un recours à des emprunts internationaux.

Le ministre saodien de l'Energie Khalid al-Falih, lors d'un sommet de l'Opep à Vienne, au siège de l'organisation, le 25 mai 2017
Le ministre saodien de l'Energie Khalid al-Falih, lors d'un sommet de l'Opep à Vienne, au siège de l'organisation, le 25 mai 2017 ( JOE KLAMAR / AFP/Archives )

Le royaume a également annoncé des hausses de prix, imposé des taxes aux expatriés et il se prépare à introduire la TVA en 2018.

- "morte et enterrée" -

Les prix du pétrole, et par ricochet les revenus, ont augmenté après l'accord Opep/non-Opep qui a duré six mois et a été prolongé de neuf mois jusqu'en mars.

L'Arabie et ses partenaires espèrent maintenant le reconduire encore et sont prêts à des réductions encore plus importantes, oubliant la politique de défense des parts de marché.

"La protection des parts de marché ne fonctionne pas vraiment", estime M. Seznec. "Les Saoudiens cherchent maintenant (...) un arrangement avec la Russie pour avoir un certain contrôle sur les prix", dit-il à l'AFP.

Les exportations saoudiennes envisagées de 7,2 millions de barils par jour en novembre seraient les plus basses en cinq ans et la preuve d'une renonciation à la politique des parts de marché.

"Cette politique est morte et enterrée", affirme à l'AFP Kamel al-Harami, spécialiste koweïtien du pétrole. "Nous assistons aujourd'hui à une nouvelle ère basée sur une nouvelle relation entre l'Opep et les non-membres de l'Opep articulée autour d'une entente saoudo-russe".

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev et le secrétaire général de l'Opep, le Nigérian Mohammad Sanusi Barkindo lors d'une rencontre à la résidence Gorki, près de Moscou, le 31 mai 2017
Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev et le secrétaire général de l'Opep, le Nigérian Mohammad Sanusi Barkindo lors d'une rencontre à la résidence Gorki, près de Moscou, le 31 mai 2017 ( Alexander Zemlianichenko / POOL/AFP/Archives )

Selon des analystes, Ryad table sur un prix d'environ 60 dollars le baril. "Nous pourrions atteindre 60 dollars le baril avant la fin de cette année ou le début de l'année prochaine", a déclaré M. Muhanna.

Les prix ont enregistré des gains ces dernières semaines, dépassant les 56 dollars le baril, largement au-dessus du niveau de début 2017.

Des analystes affirment que les réductions ont réussi à rééquilibrer le marché et M. Harami prédit une pénurie d'ici fin 2018 ou début 2019.

Elle serait causée en partie par la baisse des investissements pour développer la production. Selon cet analyste, quelque 1.000 milliards de dollars n'ont pas été injectés ces trois dernières années dans ce secteur.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe...

CONTENUS SPONSORISÉS