En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

L'alliance avec Renault n'est "pas en danger", assure le patron de Nissan à l'AFP

| AFP | 594 | 5 par 1 internautes
Hiroto Saikawa (g) patron de Nissan pendant un entretien avec l'Agence France-Presse en marge d'un événement de la fédération patronale Keidanren à Tokyo le 7 janvier 2019.
Hiroto Saikawa (g) patron de Nissan pendant un entretien avec l'Agence France-Presse en marge d'un événement de la fédération patronale Keidanren à Tokyo le 7 janvier 2019. ( Toshifumi KITAMURA / AFP )

L'alliance automobile Renault-Nissan, qui traverse une crise sans précédent depuis l'arrestation choc de son bâtisseur Carlos Ghosn mi-novembre au Japon, n'est "absolument pas en danger", assure le patron du constructeur japonais lors d'un entretien lundi avec l'AFP.

Hiroto Saikawa n'a, en revanche, pas souhaité s'exprimer sur le sort de son ancien mentor, toujours détenu à Tokyo pour des malversations financières présumées et qui comparaîtra pour la première fois mardi devant un tribunal.

"Le système judiciaire japonais suit son cours, donc je n'ai rien à dire. Je veux simplement me concentrer sur la stabilisation de la compagnie et la faire avancer pas à pas", a commenté Hiroto Saikawa, au cours de sa première entrevue avec un média étranger depuis que l'affaire a éclaté.

Le dirigeant de 65 ans, qui faisait partie avant cette affaire de la garde rapprochée du Franco-Libano-Brésilien, avait surpris par la violence de ses propos au soir de l'interpellation du "suspect" Ghosn le 19 novembre à Tokyo, limogé dans la foulée de la présidence du conseil d'administration de Nissan.

M. Saikawa assure être "en contact quasi quotidien" avec Renault, malgré les tensions et frustrations qui ont éclaté au grand jour chez Nissan, qui serait las d'être sous la coupe d'un constructeur français plus petit que lui.

La discorde a paru grandir ces dernières semaines entre les deux directions. La marque au losange, invoquant la présomption d'innocence, a ainsi pour l'instant choisi de maintenir M. Ghosn à son poste de PDG, tout en confiant la direction intérimaire au numéro deux du groupe, Thierry Bolloré.

Les dirigeants de Renault ne cessent en outre de réclamer l'organisation d'une assemblée générale des actionnaires de Nissan, en vain.

Revoir le système

Loin de ces bisbilles, "la valeur de l'alliance en elle-même vient du travail au jour le jour, basé sur le respect de l'autonomie de chacun des groupes", souligne Hiroto Saikawa qui s'exprimait en marge d'un événement de la fédération patronale Keidanren. "Et ce travail, cette énergie, cette direction ne sont en rien affectés (...), même dans la situation actuelle".

"Dans ce sens, que ce soit chez Renault, Nissan ou Mitsubishi Motors", qui, en rejoignant le duo en 2016, lui a permis de se hisser au premier rang des constructeurs mondiaux, "rien n'a changé et je ne pense pas que (l'alliance) soit en danger", dit-il. "Personne ne veut arrêter ou ralentir les choses, nous devons au contraire les accélérer".

Après une fin d'année placée sous le signe de la défiance entre les partenaires français et japonais, chacun regrettant les difficultés de communication avec l'autre, le responsable de Nissan semble vouloir débuter 2019 sur un ton plus apaisé.

Au menu des discussions cette année, le rééquilibrage de l'alliance, dont les participations croisées datent de la création de l'union en 1999 quand le constructeur nippon était au bord de la faillite.

Aujourd'hui dominant, Nissan détient seulement 15% de Renault sans droits de vote ainsi que 34% de Mitsubishi Motors, tandis que le groupe français possède 43% de son partenaire et aucune part de MMC.

"Dans l'immédiat, nous n'avons rien à changer, mais peut-être à l'avenir, pour les futurs dirigeants, il faut s'interroger sur la pérennité du système actuel. Nous devrions peut-être le revoir", a estimé M. Saikawa. "C'est le genre de questions sur lesquelles nous, les dirigeants actuels, devons plancher", ensemble.

En attendant, Nissan, qui a été mis en examen dans l'affaire Ghosn, pour avoir remis les documents financiers incriminés aux autorités boursières, s'est engagé à revoir sa gouvernance.

"J'attends des recommandations significatives du comité" récemment mis en place à cette fin, "et je suis prêt à accepter des changements radicaux", a promis son patron.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…