En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 380.98 PTS
+0.67 %
5 378.0
+0.67 %
SBF 120 PTS
4 316.95
+0.67 %
DAX PTS
12 329.25
+0.97 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.00 %
1.140
-0.30 %

L'Allemagne envisage la gratuité des transports en commun en ville

| AFP | 456 | 5 par 1 internautes
Un tramway à Berlin, en décembre 2013
Un tramway à Berlin, en décembre 2013 ( JOHN MACDOUGALL / AFP/Archives )

Le gouvernement allemand propose la gratuité des transports en commun afin de réduire la pollution dans les villes, sous la menace d'amendes de l'UE et alors que la justice pourrait bientôt interdire les véhicules diesel dans certaines métropoles.

Dans un courrier de plusieurs ministres allemands, dont celle de l'Environnement, adressé le 11 février à Bruxelles, Berlin dit envisager d'instaurer "la gratuité des transports publics afin de réduire le nombre des voitures particulières" en circulation, en concertation avec les Etats régionaux et les communes.

Cette lettre à la Commission européenne, dont l'AFP a eu copie, devra être testée dans cinq villes du pays, dont l'ancienne capitale Bonn (300.000 habitants environ) et Essen, métropole industrielle de la Ruhr qui compte près de 600.000 habitants.

Elle est néanmoins dévoilée alors que la chancelière Angela Merkel n'a pas encore finalisé son nouveau gouvernement. Ce qui en limite la portée. Parmi les trois ministres signataires de la lettre, seule celle de l'Environnement, la social-démocrate Barbara Hendricks, devrait être reconduite dans ses fonctions.

Le gouvernement envisage aussi de "fixer des règles contraignantes" aux bus et aux taxis pour qu'ils respectent des seuils de pollution.

Si le projet se concrétise, "au plus tard à la fin de l'année", Bonn, Essen, Herrenberg, Reutlingen et Mannheim devraient donc proposer aux usagers de voyager gratuitement à bord des bus, trams et autres transports en commun utilisés par des centaines de milliers de personnes chaque jour.

Une mesure qui si elle est mise en place devrait ravir les utilisateurs qui déboursent dans certaines villes comme Berlin 2,80 euros ou Munich 2,90 euros pour un ticket à l'unité.

- Voiture reine -

En Allemagne, pays où la voiture est reine, le nombre d'usagers des transports en commun connaît une croissance sans interruption depuis vingt ans.

L'an dernier, la Fédération des entreprises de transports allemands a ainsi enregistré 10,3 milliards de déplacements.

Embouteillage sur une autoroute à Berlin, en mai 2013
Embouteillage sur une autoroute à Berlin, en mai 2013 ( JOHANNES EISELE / AFP/Archives )

Mais d'ores et déjà le projet inquiète les communes qui risquent de devoir gérer un flot soudain et considérable de nouveaux voyageurs.

Elles s'interrogent en outre sur l'épineuse question du financement: "Le gouvernement fédéral doit dire comment il veut financer cela", a prévenu Michael Ebling, président d'une fédération de régies communales (VKU).

La part de financement de l'Etat fédéral pour appliquer la gratuité des transports et acquérir de nouveaux véhicules, tout en embauchant du personnel supplémentaire dans les régies de transport, n'est encore nullement définie.

Le maire de Bonn, Ashok Sridharan, avertit aussi qu'il va devoir subitement accroître le parc de bus et de tramways écologiques dans sa cité. Or, "je ne connais pas de constructeur qui puisse livrer en un si court laps de temps les bus électriques dont nous aurions besoin", a-t-il averti.

- Emissions polluantes -

L'ONG Greenpeace réclame de son côté de diminuer les possibilités de parking ou d'augmenter les "péages" dans les villes pour limiter la circulation automobile.

Avec ce paquet de mesures, Berlin espère convaincre Bruxelles de ne pas saisir la Cour européenne de justice à son encontre, comme il menace de le faire pour neuf pays au total, dont la France.

Le métro de Berlin dans le quartier de Kreuzberg, en juillet 2010
Le métro de Berlin dans le quartier de Kreuzberg, en juillet 2010 ( DAVID GANNON / AFP/Archives )

Bruxelles est exaspéré devant l'absence de propositions de ces Etats pour réduire la pollution de l'air dans les villes, en dépit de nombreuses mises en demeure adressées aux pays par le passé.

Les neuf pays avaient été sommés fin janvier de s'expliquer alors qu'ils dépassent régulièrement les limites d'émissions destinées à protéger la santé des Européens pour deux polluants clés: les particules fines (PM10) et le dioxyde d'azote (NO2).

Les dernières propositions de Berlin interviennent aussi à un moment où les autorités sont sous pression au sujet du diesel, avec le risque de voir certaines villes interdire les véhicules roulant au gazole pour réduire les émissions polluantes. Un jugement clé dans ce domaine est prochainement attendu en Allemagne.

Les tentatives ponctuelles d'instaurer la gratuité des transports en commun se sont avérées jusqu'ici plutôt infructueuses. Aux Etats-Unis, la grande métropole de Seattle a ainsi abandonné une telle la mesure.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/08/2018

Vinci (+0,49% à 82,32 euros) évolue dans le vert à la Bourse de Paris, alors sa filiale Eurovia, spécialisée dans la construction d’infrastructures, vient de réaliser une acquisition aux Etats…

Publié le 20/08/2018

D'après le Ministre iranien du pétrole, cité aujourd'hui par l'agence 'Reuters'...

Publié le 20/08/2018

Le gouvernement italien a décidé de lancer le processus de révocation de toutes les concessions d'Autostrade, concessionnaire du tronçon d'autoroute qui s'est effondré à Gênes la semaine…

Publié le 20/08/2018

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…

Publié le 20/08/2018

Le titre s'est posé sur sa moyenne mobile à 20 jours et se retourne à la hausse. Le RSI journalier reste au-dessus des 50%. Une reprise de la tendance haussière est attendue vers 69.34 et 70.41…