En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

L'Allemagne sabre à nouveau sa prévision de croissance mais promet un sursaut

| AFP | 638 | 1 par 2 internautes
La chancelière Angela Merkel et le ministre des Finances Olaf Scholz arrivent au conseil des ministres à Berlin, le 17 avril 2019
La chancelière Angela Merkel et le ministre des Finances Olaf Scholz arrivent au conseil des ministres à Berlin, le 17 avril 2019 ( Tobias SCHWARZ / AFP )

L'Allemagne a abaissé mercredi un peu plus ses prévisions de croissance pour 2019, un "signal d'alarme" pour le gouvernement d'Angela Merkel, pressé par ses partenaires d'arrêter de se reposer sur les acquis de sa décennie dorée.

Berlin table désormais sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 0,5% cette année, de moitié inférieure au 1,0% encore attendu pour 2019 en janvier.

Néanmoins, l'économie allemande devrait augmenter de 1,5% en 2020 et la phase de ralentissement "sera de nouveau surmontée", tempère le ministre de l'Economie, Peter Altmaier.

Comme ses voisins, l'Allemagne dit pâtir du "ralentissement mondial dû aux conflits commerciaux et à l'impact négatif du processus du Brexit".

Sur le plan local, malgré une solide demande intérieure qui porte la croissance, Berlin dit avoir "raté une rampe de lancement" en 2019 : entre autres, la sécheresse de 2018 a affecté le secteur stratégique de la chimie, quand l'entrée en vigueur de nouvelles normes européennes antipollution a désorganisé celui de l'automobile.

Sous-investissement chronique

Mais, en toile de fond, l'Allemagne est rattrapée par ses vieux démons: sa main d'œuvre vieillissante et son sous-investissement chronique dans les infrastructures ou l'innovation, qui creuse son retard technologique et menace durablement son attractivité.

La première économie européenne a peut-être échappé de justesse à la récession technique, mais sa décennie dorée post-crise de 2008 est terminée: la hausse du PIB allemand est passée de 2,2% en 2017 à 1,4% en 2018.

"La phase de faiblesse que traverse actuellement l'économie allemande doit servir de signal d'alarme", a reconnu le ministre de l'Economie.

Un sursaut est d'ailleurs réclamé de plus en plus ouvertement par le Fonds monétaire international qui, comme les partenaires européens, redoute que l'accès de faiblesse allemand ne contamine durablement le reste de la zone euro.

Le FMI presse donc l'Allemagne de lancer un plan de relance et d'investissements, ce dont Berlin a les moyens compte tenu de son confortable excédent budgétaire.

"Je crois que nous n'avons pas besoin de programmes de relance économique, comme ceux des années 1970 et 1980 (...) mais nous avons besoin d'incitations et d'aménagement structurels en matière d'impôts, de taxes et de bureaucratie", a déclaré le ministre en conférence de presse.

Duel de ministres

Mais, sur ce sujet, deux ministres et deux approches s'opposent de plus en plus ouvertement.

Aux finances, le social-démocrate Olaf Scholz refuse de céder aux pressions et met en avant des investissements déjà en nette hausse, dans les infrastructures, l'énergie ou l'innovation.

"Nous ne sommes pas en récession, notre croissance ralentit", a-t-il martelé la semaine dernière lors d'une réunion des pays du G20 à Washington, assurant que l'Allemagne "avait déjà fait ce qu'on lui a demandé de faire".

A l'inverse, le ministre conservateur de l'Economie reconnaît lui depuis janvier que le coup de froid actuel nécessitera des mesures plus ambitieuses et des incitations pour les entreprises.

Dans une critique voilée inhabituelle lors de telles annonces macroéconomiques, Peter Altmaier, un proche de la chancelière mais très critiqué au sein du gouvernement, a appelé les "autres ministères à participer de manière significative" à un effort de relance.

Sur ses tablettes, une réforme qu'il tente d'imposer depuis des mois, un "crédit impôt recherche" pour les entreprises, destiné à la fois à soutenir l'innovation et à répondre à la concurrence fiscale étrangère.

Le ministère des Finances allemand a indiqué au journal WirtschaftsWoche mercredi après-midi, qu'après des mois de négociations, il avait finalisé ce projet de loi sur un premier crédit d’impôt pour les entreprises innovantes.

Selon le journal, cet effort devrait lui couter cinq milliards d'euros sur cinq ans.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…