En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

L'Aléna met plus de fruits et légumes dans les assiettes américaines

| AFP | 426 | Aucun vote sur cette news
L'Aléna met plus de fruits et légumes dans les assiettes américaines
L'Aléna met plus de fruits et légumes dans les assiettes américaines ( ROBYN BECK / AFP/Archives )

Des pyramides d'avocats, de mangues, de papayes ou de poivrons, estampillés "Mexico", inondent les étals des supermarchés. Vertement critiqué par Donald Trump, l'accord commercial Aléna a pourtant changé la composition des assiettes des Américains.

En une vingtaine d'années, les rayons des magasins se sont radicalement transformés avec une profusion de fruits et légumes frais quelle que soit la saison grâce au traité de libre-échange nord-américain (Aléna), actuellement renégocié entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

"J'ai 49 ans et je me souviens quand j'étais petit et que je demandais à ma mère en hiver +où sont les fraises?+, elle me répondait que ce n'était pas la saison", raconte Jaime Chamberlain, qui dirige l'entreprise familiale J-C Distributing, spécialisée dans l'importation et la distribution des fruits et légumes en provenance du Mexique.

"Il y a désormais toute une nouvelle génération qui ne connaîtra jamais ce manque", dit-il.

L'Aléna n'avait pas pour vocation de modifier le régime alimentaire aux Etats-Unis, souligne Steven Zahniser, économiste et chercheur au ministère américain de l'agriculture.

Pourtant, il y a une corrélation entre cet accord et un accroissement de la consommation de fruits et légumes frais. Car "l'Aléna a éliminé tous les droits de douanes entre les trois pays", ajoute-t-il.

- Moins chers -

Avant l'entrée en vigueur de l'Aléna en 1994, les taxes étaient "astronomiques", rappelle Jaime Chamberlain. Les melons étaient par exemple taxés à 30%, les tomates à environ 20%. Difficile dans ces conditions de les exporter vers les Etats-Unis et pour les consommateurs d'acheter des produits frais à la fois variés et à prix abordables.

Seuls trois ou quatre Etats du Mexique exportaient alors vers les Etats-Unis. Aujourd'hui, tous les Etats expédient leurs produits frais vers leur voisin, explique M. Chamberlain qui a repris les rênes de la société en 1987.

En une vingtaine d'années, les rayons des magasins américains se sont radicalement transformés avec une profusion de fruits et légumes frais grâce au traité de libre-échange nord-américain (Aléna)
En une vingtaine d'années, les rayons des magasins américains se sont radicalement transformés avec une profusion de fruits et légumes frais grâce au traité de libre-échange nord-américain (Aléna) ( JEWEL SAMAD / AFP/Archives )

"Il y a eu une augmentation fantastique de la croissance de l'agriculture mexicaine qui, in fine, a bénéficié aux consommateurs américains mais aussi canadiens", dit-il.

L'exemple de l'avocat mexicain est à cet égard des plus éloquents. Pour ainsi dire banni des Etats-Unis jusqu'en 1993 pour des questions phytosanitaires, l'Aléna a ouvert les vannes à ce fruit aujourd'hui massivement consommé à travers l'Amérique.

Sa consommation a en effet triplé depuis ce traité, selon le ministère de l'agriculture. Les Etats-Unis sont même devenus les plus gros importateurs d'avocats au monde pour satisfaire une demande en constante progression. Il y a 25 ans, les importations d'avocats étaient nulles. Elles s'élèvent désormais à un milliard de dollars par an, précise M. Zahniser.

- Guacamole pour le Super Bowl -

La présence d'une importante communauté mexicaine aux Etats-Unis a en outre contribué à populariser son utilisation dans les sandwiches, les salades mais aussi sous forme de guacamole, cette crème d'avocats agrémentés d'ail et de citron consommée avec des nachos, devenu l'encas le plus populaire du Super Bowl, sommet sportif et télévisuel de l'année aux Etats-Unis.

"On trouve du guacamole dans tous les restaurants", renchérit M. Chamberlain. "C'est un encas équilibré".

"Les gens sont davantage conscients des bonnes graisses dans les aliments comme les graisses mono-insaturées que l'on trouve (précisément) dans les avocats", note de son côté Agnès Perez, économiste au ministère de l'agriculture dans une étude récente sur l'avocat et l'Aléna.

En outre, à la faveur de campagnes d'information pour impulser une alimentation équilibrée, les fruits rouges connaissent eux aussi un appétit grandissant des Américains.

Les importations en provenance du Mexique de "fraises, framboises, myrtilles et mûres sont une des plus belles histoires à côté de celle des avocats", estime Jaime Chamberlain. "La demande est extraordinaire". Parce que, avance-t-il, depuis une dizaine voire une quinzaine d'années, ils sont considérés comme "un puissant carburant du cerveau".

L'Aléna est aussi, selon lui, un formidable laboratoire d'expérimentation de nouvelles variétés de produits frais à l'instar des mini poivrons qui colorent les étals.

"Pour un chef, l'Aléna offre la garantie de trouver 365 jours par an tous les ingrédients dont ils ont besoin", souligne M. Chamberlain.

Dans un pays où près d'un adulte sur trois est obèse, l'enjeu, dit-il, est de fournir aux Américains de beaux fruits et légumes qui donnent envie d'être mangés, mais qui sont surtout encore plus savoureux. "L'Aléna a rendu les choses plus abordables mais libre à chacun de les acheter et de les consommer".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...