En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

L'agriculture en 2030: L'enseignement agricole va devoir se "verdir"

| AFP | 382 | Aucun vote sur cette news
L'enseignement agricole va devoir s'adapter aux mutations à venir d'ici 2030
L'enseignement agricole va devoir s'adapter aux mutations à venir d'ici 2030 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

L'enseignement agricole, qui compte plus de 450.000 élèves, étudiants, stagiaires et apprentis, va devoir s'adapter aux mutations à venir d'ici 2030, en prenant en compte le développement des métiers "verts", malgré de sérieuses inconnues sur l'évolution de l'agriculture, indique une étude gouvernementale.

"Le soutien au verdissement de l'économie influera sur les métiers et le marché de l'emploi (...) Le développement des métiers +verts+ ou +verdissants+ aura des conséquences sur l'intégration du thème de l'environnement dans les formations initiales", indique l'étude prospective réalisée par le ministère de l'Agriculture qui présente "quatre scénarios" très contrastés d'évolution de l'agriculture et de la ruralité d'ici 2030.

Deux d'entre eux plantent un décor "optimiste" en matière d'emploi pour l'avenir des zones rurales.

Le premier table sur un accompagnement des "transitions" autour d'une "nouvelle économie" générée par une alimentation durable.

Il parie sur le développement de l'agriculture de proximité, ou biologique, l'agro-écologie, le recyclage, la bio-industrie, et les énergies renouvelables" autour d'un tissu dense "d'industries petites et moyennes, structuré par l'écologie industrielle et l'économie circulaire".

Dans ce scénario, les emplois dans le secteur agricole et forestier "résistent d'autant plus que les modes de production intensifs en main d’œuvre gagnent du terrain", souligne l'étude.

Le deuxième scénario, également favorable à l'emploi, parie sur des villes ayant absorbé "le tissu péri-urbain et intégrant les espaces agricoles" avec l'émergence de "pôles de compétitivité" centrés autour d'"agiles" entreprises "de tailles moyennes".

Dans ce cas, collaboration, partage, mutualisation des compétences sont mises en avant, avec des exploitants "de plus en plus diplômés" qui deviendront de véritables "experts", alliant compétences techniques, agronomiques, écologiques, électroniques et économiques autour d'exploitations qui s'agrandissent.

Dans ce scénario, "les conflits d'usage entre groupes sociaux (urbains/ruraux, agriculteurs/touristes, forestiers/Protecteurs de l'environnement etc.) sont fréquents, mobilisant des compétences en médiation et en droit". Les enjeux autour de l'environnement sont "omniprésents", induisant un "verdissement des activités et des métiers".

- Deux scénarios pessimistes -

Les deux autres scénarios sont plus pessimistes pour l'emploi agricole et en zone rurale.

Le premier d'entre eux table sur un marché de l'emploi régionalisé et "ubérisé" où les industries agroalimentaires de transformation et les plateformes numériques pèsent sur les producteurs agricoles.

Dans ce scénario, deux types d'exploitations coexistent: des grandes, pluri-spécialisées, avec des apports externes de main d’œuvre, et des exploitations "à taille humaine" en circuits courts.

"Les compétences liées à l'automatisation, la robotique, l'intelligence artificielle et l'analyse des données sont valorisées", mais "l'agriculture et l'agroalimentaire continuent de perdre des effectifs", indique l'étude.

Le dernier scénario mise sur le "réinvestissement du rural" par les urbains, aidés par "la tertiarisation de l'économie et le télétravail", mais passe par "la robotisation, la spécialisation des régions, et des inégalités territoriales croissantes".

"Face au coût élevé du foncier, les capitaux extérieurs prennent le relais des capitaux familiaux, les exploitations sous statut sociétaire "s'imposent" (SA SARL). Et "la baisse des emplois agricoles et industriels s'amplifie sous la pression de la mondialisation", note l'étude. "Partout les compétences en numérique, robotique et intelligence artificielle sont en tension".

Les deux premiers scénarios "constituent un cadre positif pour réfléchir aux transformations à conduire sur l'enseignement agricole dans les prochaines années".

Les deux derniers "décrivent des futurs" que le groupe de travail d'une trentaine d'experts qui a planché avec le ministère, "a jugé non souhaitables", a précisé Muriel Mahé, du Centre d'études et de prospective du ministère.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…