En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 169.47 PTS
+0.17 %
5 166.00
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 100.50
+0.17 %
DAX PTS
11 332.65
+0.21 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.00 %
1.133
-0.02 %

L'Afrique du Sud face au déclin constant du secteur minier

| AFP | 247 | Aucun vote sur cette news
La mine de diamant de Venetia du géant De Beers, la plus grande d'Afrique du Sud, le 8 mai 2016
La mine de diamant de Venetia du géant De Beers, la plus grande d'Afrique du Sud, le 8 mai 2016 ( MUJAHID SAFODIEN / AFP/Archives )

L'Afrique du Sud doit une grande partie de ses richesses aux mines mais le secteur dégraisse à tour de bras et pose un défi au gouvernement du président Cyril Ramaphosa qui doit combattre un chômage record en cette année électorale.

La conférence mondiale annuelle Mining Indaba, qui réunit cette semaine au Cap (sud) entreprises, investisseurs, syndicats et dirigeants politiques, se focalise sur les moyens de trouver de nouveaux gisements et de créer des emplois.

"Il faut comprendre que les ressources minières sont des ressources qui s'épuisent", explique le ministre sud-africain des Mines, Gwede Mantashe, "ce n'est pas comme du Coca-Cola où il suffit de mélanger de l'eau et du sirop".

"Dans les mines, le gisement est limité. Vous l'exploitez jusqu'au bout et c'est fini. Il n'y a pas moyen de créer d'autres emplois au même endroit", ajoute-t-il.

A leur apogée dans les années 1980, les mines sud-africaines employaient 760.000 personnes et contribuaient à 21% du produit intérieur brut (PIB) du pays. Aujourd'hui, elles ne comptent plus que 450.000 employés et rapportent à peine 7% de la richesse nationale.

Le chômage affiche lui un taux record de près de 28%.

"Nous ne pourrons pas réduire le chômage et la pauvreté de manière significative sans augmenter les investissements, en particulier dans le secteur minier", a estimé mardi le président Cyril Ramaphosa lors de la conférence.

Son ministre des Mines se veut cependant optimiste. Il a accordé l'an dernier 11 nouveaux permis d'exploitation et table, sans entrer dans le détail, sur la découverte de nouveaux gisements qui "pourront absorber des emplois perdus ailleurs".

Grèves à répétition

M. Mantashe se félicite aussi d'"un environnement favorable aux investissements" depuis l'arrivée au pouvoir, il y a un an, de Cyril Ramaphosa.

Le nouveau président, fondateur du Syndicat national des mineurs (NUM) et homme d'affaires à succès, ne compte pas ses efforts pour rassurer les investisseurs. Il a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, après les nombreux scandales du règne de Jacob Zuma.

Des mineurs manifestant contre des suppressions de postes, à Pretoria le 20 mars 2018
Des mineurs manifestant contre des suppressions de postes, à Pretoria le 20 mars 2018 ( PHILL MAGAKOE / AFP/Archives )

Il joue gros à l'approche des élections législatives de mai, même si son parti, le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis 1994, est donné pour l'instant gagnant.

Les experts dressent cependant un portrait très noir du secteur minier (diamant, or, platine, charbon...), touché de plein fouet par la baisse des cours et l'augmentation constante des coûts opérationnels et de main d'oeuvre.

A l'origine du déclin, l'analyste Johann Pretorius, du cabinet Renaissance Capital, cite "la complexité croissante" de l'exploitation des mines, notamment la profondeur des gisements, et "les revendications des syndicats".

Les grèves sont fréquentes dans le secteur. La plus grande centrale syndicale (Cosatu) a appelé ses 1,6 million d'adhérents à cesser le travail le 13 février pour dénoncer "les suppressions d'emplois dans tous les secteurs de l'économie".

"L'Afrique du Sud possède des ressources inexploitées significatives mais le coût du travail n'est pas compétitif", note encore Johann Pretorius à l'AFP.

Automatisation

Dans ce contexte, les plans de dégraissages se succèdent. L'an dernier, le producteur de platine Impala Platinum a annoncé vouloir supprimer 13.000 emplois. Le producteur d'or Gold Fields veut faire de même avec plus de 1.000 postes, soit un tiers de ses effectifs.

"L'Afrique du Sud semble avoir préféré un fort taux de chômage à des salaires bas. Conséquence, nous estimons que notre secteur des métaux précieux va se réduire dans la prochaine décennie", ajoute Johann Pretorius.

Mais d'autres facteurs limitent les investissements, selon lui, notamment les incertitudes qui planent sur la régulation du secteur et une réforme foncière qui autoriserait des expropriations sans indemnisation des propriétaires.

Avec ce projet controversé, le gouvernement entend "corriger les inégalités" du passé entre la majorité noire et la minorité blanche, héritées du régime de l'apartheid.

Des mineurs illégaux sur une mine d'or abandonnée à Springs, le 1er novembre 2015
Des mineurs illégaux sur une mine d'or abandonnée à Springs, le 1er novembre 2015 ( JOHN WESSELS / AFP/Archives )

L'Afrique du Sud se lance aussi progressivement dans l'automatisation de ses mines, laissant craindre chez les syndicats de nouvelles suppressions de postes.

Mais le président de la société australienne Resolute Mining, John Welborn, rejette ses inquiétudes.

Sa compagnie d'or est en train d'automatiser entièrement une mine au Ghana. Et selon lui, ce projet va contredire "l'idée selon laquelle si on a des robots, personne n'a d'emploi".

"Je suis absolument convaincu", assure-t-il, "que la technologie nous permet d'intégrer et d'employer des travailleurs locaux à des postes plus qualifiés pour qu'ils puissent gérer la mine."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

Les marchés européens progressent légèrement alors que Wall Street est pour le moment attendu inchangé. Après avoir été rassurés récemment par des commentaires positifs aussi bien du côté…

Publié le 20/02/2019

Mal embarqué en début de séance, Air France KLM grimpe désormais de près de 4% à 4,8 euros...

Publié le 20/02/2019

Mais un problème de taille critique

Publié le 20/02/2019

Bloc négocié

Publié le 20/02/2019

Bouygues grimpe de 2,30% à 31,50 euros en Bourse et signe la plus forte hausse du CAC 40, tiré par une note d’Oddo BHF, qui juge que le groupe diversifié est en "promotion". Le bureau…