En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

L'AFP réduit son déficit en 2018, s'attend à une année 2019 difficile

| AFP | 191 | Aucun vote sur cette news
Le siège de l'Agence France Presse, le 27 septembre 2015 à Paris
Le siège de l'Agence France Presse, le 27 septembre 2015 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

L'Agence France-Presse a accusé une perte nette de 2,6 millions d'euros en 2018, réduite par rapport à 2017 grâce à une croissance de ses recettes commerciales, et se montre prudente pour 2019 en raison d'une détérioration du marché de la presse.

L'an dernier, les recettes commerciales de l'AFP ont progressé, une première depuis 2014, avec une hausse de 3,1% à 170 millions d'euros, soutenue par la photo (+6,2%) qui a tiré parti des JO et de la lutte anti-piratage, et la vidéo (+11,1%), a indiqué l'agence à l'issue d'un conseil d’administration.

"L'AFP est désormais solidement ancrée dans le trio de tête mondial des producteurs de vidéo et son offre, parfaitement compétitive en volume, en nombre d'heures de direct, en rapidité d'édition, est devenue une offre de substitution, et non plus de complément pour les télévisions", salue la direction dans un communiqué.

L'image représente désormais 41% du chiffre d'affaires commercial. L'objectif est de porter cette part à 50% en 2023.

Les charges ont légèrement augmenté l'an dernier (+1,5%), à 278,8 millions d'euros, ce qui, combiné à la hausse des recettes, a permis une hausse de la marge d'exploitation (+3,8 millions d'euros), à 21,2 millions d'euros.

La perte de 2,6 millions en 2018 (contre 4,8 millions en 2017) s'explique notamment par des éléments comptables, des régularisations fiscales et sociales dans le réseau ainsi qu'un contentieux juridique à solder.

Si la progression des recettes est jugée "encourageante" par le PDG Fabrice Fries, il estime qu'il faut rester "prudent" pour 2019, car "la crise de la presse s'accélère et va peser sur les comptes" d'autant que l'agence va supporter de nouvelles charges.

"Nous sommes dans un scénario de transition où la vidéo connaît une croissance à deux chiffres mais sur un volume plus faible que le texte qui lui recule. Il faut voir quand les courbes vont se croiser", a-t-il indiqué.

Arrivé l'an dernier à la tête de l'AFP, Fabrice Fries a lancé "un plan de transformation" qui prévoit une hausse des recettes de 25 millions grâce à la vidéo et une baisse des dépenses de 19 millions d'ici à 2023, via notamment un plan de départs volontaires qui prévoit la suppression de 95 postes nets.

La direction souhaite ouvrir ce plan au 1er juillet pour de premiers départs début 2020.

Les représentants du personnel au conseil d'administration ont indiqué dans un communiqué avoir demandé à ce que le nombre de départs non remplacés soit revu à la baisse, ce à quoi le PDG a répondu, selon eux, qu'il était "ouvert au dialogue" mais qu'il n'y avait "pas beaucoup de marge".

"Avec la suppression nette d'une centaine de postes, c'est la capacité d'une des trois grandes agences de presse mondiales à assurer sa mission d'intérêt général qui risque d'être compromise, alors qu'elle est plus attendue que jamais pour défendre le journalisme de terrain et lutter contre la désinformation", a déploré de son côté l'intersyndicale de l'AFP.

Les syndicats avaient appelé à une grève de 12 heures fin mars, au jour de l'ouverture de la période d'information-consultation.

Pour réduire les dépenses, l'Agence étudie également la possibilité d'un déménagement. Si le regroupement des équipes parisiennes au sein du siège historique actuel, place de la Bourse, est privilégié par la direction, les représentants de l'Etat au CA ont demandé à ce qu'une nouvelle étude fiscale sur la vente de l'immeuble leur soit présentée, ont rapporté les représentants des salariés.

La décision sur ce point a été reportée au prochain conseil d'administration en juin.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…