5 372.27 PTS
+0.07 %
5 375.50
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 291.15
+0.20 %
DAX PTS
13 018.91
+0.22 %
Dowjones PTS
23 163.04
+0.02 %
6 092.62
+0.00 %
Nikkei PTS
21 457.64
+0.04 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: Johnson salue le maintien des investissements japonais

| AFP | 720 | Aucun vote sur cette news
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson (G) et son homologue japonais Fumio Kishida le 21 juillet 2017 à Tokyo
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson (G) et son homologue japonais Fumio Kishida le 21 juillet 2017 à Tokyo ( Toru YAMANAKA / AFP )

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson en visite à Tokyo, a salué vendredi le maintien des investissements japonais dans son pays un an après le choc du vote sur le Brexit.

"Nous sommes ravis de voir que depuis la décision l'an dernier de quitter l'Union européenne, les investissements japonais continuent à un rythme soutenu", a déclaré M. Johnson, à l'issue d'une rencontre avec son homologue Fumio Kishida.

"Et je n'ai aucun doute sur le fait que nous allons construire une relation fantastique avec nos amis et partenaires de l'Union européenne", a affirmé le ministre, qui a été l'un des plus fervents défenseurs du Brexit. "Nous quittons l'UE, mais nous ne sortons pas de l'Europe, ce qui va nous permettre de continuer à bâtir notre relation commerciale et économique avec le Japon".

D'après des données publiées par le ministère britannique du Commerce extérieur début juillet, les investisseurs et entreprises japonais ont réalisé 116 investissements directs au Royaume-Uni pendant l'année budgétaire 2016-2017, un chiffre peu ou prou stable sur un an.

Ces projets ont permis de créer ou sauvegarder un peu plus de 9.600 emplois, contre environ 7.650 l'année précédente, a précisé le ministère. Le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE a eu lieu le 23 juin 2016.

De son côté, M. Kishida s'est dit rassuré par son entrevue avec le chef de la diplomatie britannique. "J'ai demandé à Boris Johnson de faire en sorte de réduire l'impact du Brexit sur nos entreprises", en garantissant "une meilleure transparence et visibilité", a-t-il dit. "Il en a fait la promesse, ce qui est très encourageant".

De nombreuses entreprises appellent les autorités britanniques à clarifier leurs intentions, alors que s'est achevée jeudi une deuxième série de négociations avec l'UE, sans qu'aucune avancée n'ait été annoncée.

Plus de 1.000 sociétés japonaises - dont le conglomérat industriel Hitachi et les groupes automobiles Toyota, Nissan et Honda - sont implantées au Royaume Uni, où elles emploient 140.000 personnes. Elles utilisent souvent ce pays comme base pour fournir leurs clients européens ou superviser leurs activités dans l'UE.

Les deux ministres ont également abordé le dossier nord-coréen, dans un contexte de tensions croissantes sur la péninsule.

Londres "est au côté du Japon" dans ses efforts pour contrer les ambitions militaires de Pyongyang, a assuré M. Johnson, qualifiant le tir d'un missile intercontinental, début juillet, de "provocation imprudente".

"Nous devons tous augmenter la pression sur Pyongyang via la diplomatie et des sanctions, et cela doit inclure la Chine qui doit user de son influence pour ramener la Corée du Nord à la table des négociations", a-t-il ajouté. Il a réitéré ces propos lors d'une entrevue avec le Premier ministre Shinzo Abe.

Boris Johnson avait rencontré un peu plus tôt la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, afin de partager son "expertise" olympique à trois ans des jeux de Tokyo. Lui-même était maire de Londres quand la ville a accueilli les JO en 2012.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Dans de gros volumes, Riber se distingue une nouvelle fois avec un gain de 4,3% à 2,89 euros...

Publié le 20/10/2017

Eiffage grimpe de 1,4% ce vendredi à 89,32 euros, alors que le chiffre d'affaires consolidé de sa filiale autoroutière APRR hors Construction s'est...

Publié le 20/10/2017

Honeywell a annoncé pour son troisième trimestre, clos fin septembre 2017, un bénéfice net part du groupe de 1,35 Md$ soit 1,75$ par titre, contre...

Publié le 20/10/2017

Louis Capital Markets Midcap Partners réitère son conseil 'achat' et son objectif de 107 euros sur Voyageurs du Monde après une réunion investisseurs...

Publié le 20/10/2017

Kering termine fermement la semaine sur les 357,60 euros ce vendredi, au plus haut historique...

CONTENUS SPONSORISÉS