En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Jerome Powell est-il devenu le jouet de Donald Trump ?

| Boursier | 311 | Aucun vote sur cette news

Le président américain maintient la pression sur le leader de la Fed

Jerome Powell est-il devenu le jouet de Donald Trump ?
Credits Reuters

Le président américain Donald Trump a indiqué hier sur le réseau social média Twitter qu'il avait rencontré le président de la Fed Jerome Powell. Le locataire de la Maison blanche s'est entretenu avec Powell en présence du Secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. "Je viens de terminer une réunion très bonne & cordiale à la Maison blanche avec Jay Powell de la Réserve Fédérale. Tout a été abordé y compris les taux d'intérêt, les taux d'intérêt négatifs, l'inflation basse, l'assouplissement, la solidité du Dollar & son impact sur l'industrie manufacturière, le commerce avec la Chine, l'UE & avec d'autres", a tweeté Trump.

Tard dans la soirée, Donald Trump a ajouté : "Lors de ma rencontre avec Jay Powell ce matin, j'ai protesté contre le fait que notre Taux de la Fed était fixé à un niveau trop élevé en comparaison des taux d'intérêt d'autres pays concurrents. En fait, nos taux devraient être plus bas que tous les autres (nous sommes les USA). Un Dollar trop fort affecte les industriels & la croissance !", a rabâché Trump sur Twitter.

Rappelons que Trump n'a cessé ces derniers mois de critiquer la Fed et sa politique jugée trop dure. Le président américain réclame désormais des taux négatifs. Powell, pour sa part, a confirmé il y a quelques jours la pause monétaire, intervenant devant le Joint Economic Committee du Congrès américain à Washington. Powell a expliqué à cette occasion que son scénario de base pour l'économie américaine demeurait favorable. Le scénario privilégié par le dirigeant de la Banque centrale américaine est celui d'une expansion soutenue de l'activité économique aux États-Unis, d'un marché de l'emploi dynamique et d'une inflation proche de l'objectif de 2% de la Fed. Ces commentaires de Powell plaidaient donc plutôt pour une pause.

La Fed a précisé dans un communiqué que Trump et Powell s'étaient entretenus à propos de l'économie, de la croissance, de l'emploi et de l'inflation. "Les commentaires du Président Powell ont été cohérents avec ses remarques fournies lors des auditions de la semaine dernière. Il n'a pas discuté de ses anticipations en matière de politique monétaire, à part pour souligner le fait que la trajectoire de la politique dépendra entièrement des informations nouvelles influant sur les perspectives de l'économie", a tenté de rassurer maladroitement la Banque centrale américaine. Enfin, a ajouté la Fed, le président Powell a déclaré que lui et ses collègues, membres du comité de politique monétaire, établiraient leur politique conformément à la loi, autrement dit pour soutenir le plein emploi et la stabilité des prix, et en se fondant seulement sur une analyste prudente, objective et... non-politique !

Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité actuelle d'un statu quo à l'issue de la réunion des 10 et 11 décembre 2019 - dernière réunion monétaire de l'année - est de 99,3%, contre 0,7% pour la probabilité d'une baisse d'un quart de point. Les tweets de Trump ont donc influencé au moins... les marchés, puisque FedWatch indiquait hier encore une probabilité... de relèvement des taux de quelques pourcents, réduite à zéro désormais. Autrement dit, les marchés jugent que Powell va se laisser influencer par Trump en menant une politique plus souple que prévu...

Après trois assouplissements d'un quart de point cette année, la fourchette du taux des fed funds se situe entre 1,50 et 1,75%. Cela reste trop élevé pour Trump, qui juge que la croissance serait encore plus forte sans la relative retenue de la Banque centrale américaine.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…