5 256.18 PTS
-
5 252.0
-0.49 %
SBF 120 PTS
4 213.66
-
DAX PTS
12 385.60
-
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
21 961.32
-0.85 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le gouvernement donne le coup d'envoi de la sensible réforme des retraites

| AFP | 316 | Aucun vote sur cette news
L'ancien ministre Jean-Paul Delevoye, le 11 mai 2017 à Paris
L'ancien ministre Jean-Paul Delevoye, le 11 mai 2017 à Paris ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Le gouvernement a confié jeudi à Jean-Paul Delevoye les rênes pour mener la réforme les retraites promise par le président Emmanuel Macron, donnant le coup d'envoi d'un chantier au long cours particulièrement sensible.

Nommé en conseil des ministres au poste de haut-commissaire, M. Delevoye, proche d'Emmanuel Macron, exercera sa mission au côté de la ministère des Solidarités, Agnès Buzyn.

Charge à lui d'"organiser la concertation avec les principaux acteurs" du domaine et de "coordonner, au niveau interministériel, les travaux de préparation de la réforme des retraites, de rédaction des projets de textes législatifs et réglementaires et de suivi de leur mise en œuvre", selon un décret publié mardi.

La réforme est ambitieuse: instaurer un "système universel par répartition (…) qui garantisse l'égalité de tous devant le risque vieillesse pour faire en sorte qu'un euro cotisé donne à tous les mêmes droits à pension" au lieu des 37 obligatoires existants, a rappelé le porte parole du gouvernement Christophe Castaner.

L'objectif est d'engager "rapidement les discussions avec les partenaires sociaux pour aboutir à une loi cadre qui sera préparée (...) au premier semestre 2018", a-t-il poursuivi.

La réforme ne sera toutefois pas applicable avant "la fin du quinquennat" et devrait se poursuivre sur le suivant, avait expliqué en été Mme Buzyn.

M. Macron a assuré que cette réforme "en profondeur", "ne touchera pas à l'âge légal de départ à la retraite à 62 ans, ni au niveau des pensions", mais qu'elle sera menée dans un objectif "d'équité" entre salariés du privé et fonctionnaires.

Pendant la campagne l'ancien ministre de l’Économie assurait alors que "le problème des retraites n'était plus financier" et souhaitait avant tout "rétablir la confiance des Français en leur système de retraites".

- 'Problème de soutenabilité' -

Les dernières prévisions du Conseil d'orientation des retraites (COR) compliquent cependant l'ambition du gouvernement. En juillet, le comité de suivi des retraites lui a recommandé de prendre les "mesures nécessaires" pour "ramener le système sur une trajectoire d'équilibre".

En effet, selon les projections du COR le retour à l'équilibre, jusqu'alors envisageable au milieu des années 2020, n'interviendra pas au mieux avant le début des années 2040.

A la réforme globale se rajoute "un problème de soutenabilité des retraites" qui n'avait pas été perçu "lorsqu'elle a été "proposée par le président de la République", a reconnu cet été la ministre des Solidarités.

Le gouvernement souhaite néanmoins avancer "de manière dépassionnée" sur ce sujet sensible qui remet en cause les régimes spéciaux.

Il y a une semaine le gouvernement a dû nuancer les propos tenus par le chef de l’État dans une revue interne de la SNCF dans laquelle il évoquait son intention de supprimer à partir de l'an prochain les régimes spéciaux, dont celui des cheminots, en échange d'un effacement de la dette du groupe.

Alors que les syndicats dénonçaient une tentative de "culpabilisation" Christophe Castaner indiquait qu'il ne s'agissait que "de pistes de réflexions".

En 1995, le premier ministre de l'époque, Alain Juppé, qui prévoyait notamment un alignement des régimes spéciaux sur le régime général, avait cédé face à une mobilisation jamais vue depuis mai 68.

Cela n'a pas empêché à d'autres réformes d'aligner la durée de cotisation des fonctionnaires, puis des régimes spéciaux comme ceux de la SNCF, RATP, EDF... (réformes Fillon de 2003 et 2007) sur celle des salariés, à 40 ans, puis à 43 ans (Ayrault 2014), même si les règles de calcul des pensions restent différentes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

  Démission de Madame Nicole LOWE de son mandat d'administrateur   Suresnes - 19 février 2018 Madame Nicole Tinkham LOWE, qui travaillait à la direction…

Publié le 19/02/2018

Biocorp reprend la main sur ses systèmes Newseal et Carpseal

Publié le 19/02/2018

Le nouveau design de référence IoT basse consommation s'inscrit dans la stratégie de Kerlink d'accompagner les fabricants d'équipements, les fabricants d'objets électroniques et...

Publié le 19/02/2018

Gaussin Manugistique a signé deux contrats avec le Groupe Bolloré...

Publié le 19/02/2018

BURELLE SA Siège social : 19 boulevard Jules Carteret 69007 LYON Société anonyme au capital social de 27 799 725…

CONTENUS SPONSORISÉS