5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.5
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 669.89
+0.66 %
6 462.12
+1.13 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Japon: Toray touché à son tour par une affaire de données falsifiées

| AFP | 78 | Aucun vote sur cette news
Le PDG de Toray, Akihiro Nikaku lors d'une conférence de presse à Tokyo le 28 novembre 2017
Le PDG de Toray, Akihiro Nikaku lors d'une conférence de presse à Tokyo le 28 novembre 2017 ( Toru Yamanaka / AFP )

La réputation vacillante de l'industrie japonaise a pris mardi un nouveau coup sur la tête après un énième scandale de produits aux données falsifiées, touchant cette fois-ci le groupe de textiles techniques et de fibres de carbone Toray.

"Il s'est avéré que des données concernant le contrôle qualité de produits ont été incorrectement réécrites" dans la filiale Toray Hybrid Cord entre avril 2008 et juillet 2016, a annoncé le groupe dans un communiqué.

Les produits en question sont des fils spéciaux, utilisés notamment pour la trame textile de pneus. Treize sociétés clientes sont concernées, parmi lesquelles des fabricants de pneumatiques et des équipementiers automobiles, a ajouté le groupe, sans donner de noms.

Au total, 149 cas de falsifications chez Toray Hybrid Cord ont été identifiés entre avril 2008 et juillet 2016. La qualité et la sécurité des produits n'est toutefois pas remise en cause, a assuré le groupe, affirmant par ailleurs n'avoir pas détecté d'autres mauvaises pratiques dans ses autres activités.

Ainsi les tissus techniques destinés à son important client Fast Retailing, la maison mère de la marque japonaise de prêt-à-porter Uniqlo, ainsi que les fibres de carbone pour ses clients dans l'aéronautique (dont l'américain Boeing) ne sont pas concernés par cette affaire, selon le groupe.

"Nous nous excusons profondément d'avoir causé du tort et des inquiétudes", a déclaré le PDG de Toray, Akihiro Nikkaku, lors d'une conférence de presse à Tokyo annoncée en dernière minute, en s'inclinant bas devant les médias présents.

Le titre du groupe à la Bourse de Tokyo a chuté à la suite de ces révélations, perdant jusqu'à 8,5% en milieu de matinée. Il a finalement terminé la séance en baisse de 5,29% à 1.046 yens, tandis que l'indice vedette Nikkei a stagné (-0,04%).

Akihiro Nikkaku, PDG du groupe de textiles techniques et de fibres de carbone Toray,  répond aux questions de la presse lors d'une conférence à Tokyo, le 28 novembre 2017
Akihiro Nikkaku, PDG du groupe de textiles techniques et de fibres de carbone Toray, répond aux questions de la presse lors d'une conférence à Tokyo, le 28 novembre 2017 ( Toru Yamanaka / AFP )

Plusieurs groupes nippons ont déjà été éclaboussés par des scandales similaires ces derniers mois, dont Mitsubishi Materials la semaine dernière et le sidérurgiste Kobe Steel en octobre, qui a reconnu avoir embelli les propriétés techniques de nombreux de ses produits, affectant quelque 500 clients dans le monde.

Les constructeurs automobiles japonais Nissan et Subaru ont aussi révélé ces derniers mois des irrégularités de procédures dans l'inspection finale de leurs véhicules produits au Japon et destinés au marché national.

Nissan a décidé fin septembre de rappeler plus d'un million de véhicules vendus au Japon depuis 2014 en raison de cette affaire, puis a suspendu pendant environ deux semaines sa production dans ses usines japonaises, pour mettre un terme à ces mauvaises pratiques. Subaru a pour sa part décidé mi-novembre de rappeler près de 400.000 voitures au Japon en raison d'irrégularités similaires.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS