En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 487.10 PTS
+0.20 %
5 478.00
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 392.02
+0.18 %
DAX PTS
12 356.45
+0.05 %
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.00 %
1.176
+0.11 %

Jambon: des éleveurs pointent du doigt un étiquetage trompeur pour le consommateur

| AFP | 567 | Aucun vote sur cette news
Des éleveurs pointent du doigt un étiquetage sur le jambon trompeur pour le consommateur
Des éleveurs pointent du doigt un étiquetage sur le jambon trompeur pour le consommateur ( SYLVAIN THOMAS / AFP/Archives )

Des éleveurs pointent du doigt certains jambons commercialisés par des industriels agroalimentaires installés en France, qu'ils accusent de "contourner" la législation en matière d'étiquetage, une manière de faire pression pour une meilleure information des consommateurs avant le vote de la loi Alimentation.

La FDSEA de la Mayenne et la FRSEA des Pays-de-Loire ont ainsi reproché ces dernières semaines, dans plusieurs publications sur Twitter, au groupe Fleury Michon d'avoir apposé un autocollant avec une photo d'éleveurs français sur des emballages de jambon d'origine espagnole, ou au groupe Herta de ne pas préciser l'origine de sa viande de porc sur du jambon fabriqué en France.

Concernant la campagne de Fleury Michon, les éleveurs français qui ont participé au lancement d'une gamme de jambon d'origine France sans OGM et sans antibiotiques ont eu la désagréable surprise de trouver leur photo de groupe sur l'étiquette d'un sachet qui renfermait du jambon venant d'Espagne, précise Philippe Jehan, éleveur et président de la FDSEA de Mayenne et administrateur de la FNSEA.

Une rencontre a eu lieu juste avant l'été avec le groupe Fleury Michon, auquel le syndicat a fait part de ses griefs.

"On a eu une concertation avec la répression des fraudes qui diligente une enquête, dont on n'a pas les conclusions encore", a aussi affirmé M. Jehan. Contactée par l'AFP, la DGCCRF n'était pas en mesure dans l'immédiat de confirmer cette enquête.

"On peut comprendre que ça ait été mal compris ou mal interprété par les éleveurs qui sont à fleur de peau par rapport aux cours des matières premières", a répondu à l'AFP David Garbous, directeur stratégie innovation du groupe Fleury Michon, qui évoque une "action pour faire la promotion de la filière".

"Ce n'est pas un sticker d'origine, mais qui indique +venez découvrir une nouvelle gamme+", ajoute-t-il: "On s'est accordé avec eux pour dire que l'année prochaine, on ne le mettrait que sur les emballages des produits +J'aime+", soit les produits directement concernés.

Selon le groupe, les sachets de jambon incriminés ne représentaient que 1% de la production hebdomadaire de l'usine concernée, soit 6.900 sachets.

Pour la FDSEA, la publication de ces griefs vise aussi à "peser sur l'importance de l'étiquetage", dans une "période de décision" avant le vote de la loi Alimentation prévu à la rentrée.

"Le texte, tel qu'il se présente, n'est pas suffisant", a souligné M. Jehan, pour qui "fabriqué en France, ne veut pas dire produit en France": il cite d'autres produits que le jambon, comme l'aubergine ou le melon charentais.

Il souhaite permettre aux consommateurs "d'identifier le produit français, pas de dire qu'il est meilleur mais permettre aux consommateurs de choisir".

Même chose pour l'enquête réclamée à la DGCCRF, qui doit "faire réfléchir les parlementaires sur l'opportunité de renforcer l'étiquetage", selon M. Jehan.

Le projet de loi Agriculture et Alimentation doit être à nouveau examiné à l'Assemblée nationale à compter du 12 septembre.

"Nous indiquons la provenance de nos viandes sur tous nos emballages de jambons, et notre étiquetage est conforme à la réglementation", a réagi de son côté Herta, soulignant qu'il utilisait le logo viande porcine française (VPF) sur ses références approvisionnées uniquement avec de la viande française, et, pour ses autres jambons, l'étiquetage "fabriqué avec de la viande de porcs d'origine: UE (France, Espagne) issus d'élevages rigoureusement sélectionnés".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Par courrier reçu le 24 septembre par l'AMF, complété par un courrier reçu le 25 septembre 2018, la société anonyme Sunny Asset Management, agissant...

Publié le 25/09/2018

Sur PlayStation 4, Xbox One et PC...

Publié le 25/09/2018

Les deux co-fondateurs d’Instagram, Kevin Systrom et Mike Krieger, qui étaient aussi respectivement Directeur général et Directeur technologique de la société, ont quitté Facebook. Sur son…

Publié le 25/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre poursuit sa progression et vient de dépasser le niveau de résistance majeur des 5.16 euros. Du côtés des indicateurs techniques, le RSI journalier n'est pas…

Publié le 25/09/2018

Date : 9/25/2018Sous-jacent : Schneider Electric Produit : Turbo put D805T (ISIN : DE000HV1WS72).Echéance : OuverteBarrière désactivante : 78,0000Stratégie : Achat à 1,116 euros.Le titre bute…