En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 299.65 PTS
-1.47 %
5 287.00
-1.52 %
SBF 120 PTS
4 195.32
-1.47 %
DAX PTS
11 441.62
-0.94 %
Dowjones PTS
25 716.40
-0.95 %
7 424.66
-0.92 %
1.129
-0.74 %

Lyon-Turin: les appels d'offres pourraient être reportés, la tension retombe en Italie

| AFP | 547 | 2.50 par 2 internautes
Les appels d'offres pour la poursuite des travaux de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin (LGV) pourraient être reportés
Les appels d'offres pour la poursuite des travaux de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin (LGV) pourraient être reportés ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

La publication des appels d'offres pour la poursuite des travaux de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin (LGV) pourrait être reportée, un sursis qui désamorcerait la crise qui secoue le gouvernement italien sur cet épineux dossier.

"J'ai envoyé une lettre à la TELT, société chargée de la réalisation du Lyon-Turin, l'invitant à s'abstenir, avec effet immédiat, de toute activité pouvant entraîner des blocages juridiques et économiques pour l'Etat italien en rapport aux appels d'offres", a indiqué samedi le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, sur Facebook.

"Ce gouvernement et les forces politiques qui le soutiennent se sont engagées à rediscuter intégralement le projet Lyon-Turin", a ajouté Giuseppe Conte en précisant que Rome avait "l'intention de parler avec la France et l'Union européenne à la lumière des plus récentes analyses coûts-bénéfices".

Selon des informations de presse, la lettre envoyée par le gouvernement italien à la TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin) sera examinée lundi par le conseil d'administration.

Dans un courrier adressé à M. Conte et à son homologue français Edouard Philippe, le directeur général de la TELT, Mario Virano, a averti qu'un nouveau renvoi des appels d'offres "au-delà du mois de mars entraînerait la réduction de la subvention européenne de 300 millions d'euros".

"Une telle perte risque de mettre en cause notre responsabilité civile et administrative, ce qui serait le résultat d'une inertie décisionnelle", a expliqué M. Virano dans sa lettre, citée par les médias italiens.

Mario Virano a, par ailleurs, indiqué que la TELT autorisera lundi la publication des "avis de marchés" (étape préliminaire aux appels d'offres) pour les travaux relatifs à la partie française du tunnel transfrontalier du Lyon-Turin.

Les forces de la majorité au pouvoir à Rome ont multiplié ces dernières semaines les tractations sur ce dossier, qui les oppose, afin d'éviter la chute du premier gouvernement populiste dans un pays fondateur de l'UE.

Les deux hommes forts de l'exécutif, Matteo Salvini, vice-Premier ministre et patron de la Ligue (extrême droite), et son homologue Luigi Di Maio, chef de file du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème), sont à couteaux tirés sur le sujet.

Vieux de plusieurs décennies, le projet de LGV Lyon-Turin vise à réduire les transports de marchandises en camions au profit du rail et à diviser par deux le temps de trajet pour les passagers, en mettant Turin à deux heures de Lyon.

La Ligue, ancrée dans le nord de l'Italie et proche de ses entreprises, est très favorable à cette nouvelle infrastructure, estimant qu'elle est une source de développement et d'emplois, tandis que le M5S, pour qui elle représente un formidable gaspillage d'argent public, y est opposé.

Réviser le financement

"Sur la LGV, la situation est en train de se résoudre positivement Donc, désormais, parlons d'autre chose et avançons", a déclaré samedi sur Facebook Luigi Di Maio.

Luigi Di Maio, Giuseppe Conte et Matteo Salvini à Rome le 17 janvier 2019
Luigi Di Maio, Giuseppe Conte et Matteo Salvini à Rome le 17 janvier 2019 ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )

"Je suis disponible pour tout. S'il n'y a pas d'accord de gouvernement, le Parlement peut se prononcer, les Italiens peuvent se prononcer par un référendum consultatif", a expliqué de son côté Matteo Salvini.

Les deux hommes ont signé en juin un "contrat de gouvernement" dans lequel il est stipulé que la liaison ferroviaire Lyon-Turin devrait être "intégralement rediscutée".

M. Conte l'a rappelé jeudi en demandant à la France et à l'UE, partenaires du projet, de s'asseoir à la table des négociations. L'Italie souhaite, en particulier, que soit revue la répartition du financement du Lyon-Turin, dont le coût est supporté à 40% par l'UE, 35% par l'Italie et 25% par la France.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement italien est en difficulté sur les sujets qui le divisent, du décret controversé sur la sécurité et l'immigration à la loi sur la légitime défense en passant par le budget.

A chaque fois, un accord avait pu être trouvé, MM. Di Maio et Salvini ayant à coeur de sauver leur "mariage" politique, conclu il y a un an après les bons scores de leurs partis aux législatives du 4 mars.

Mais cette fois, les choses s'annoncent plus compliquées. Vendredi, la presse italienne titrait sur "l'affrontement final" sur le TGV Lyon-Turin, tout en restant prudente sur les chances ou non de survie du gouvernement

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Stallergenes Greer signe la hausse de la semaine sur le SBF120...

Publié le 22/03/2019

Le plongeon continue pour Cellnovo...

Publié le 22/03/2019

Nike a publié jeudi soir ses résultats du troisième trimestre (clos fin février). Le bénéfice net du géant américain est ressorti à 1,1 milliard de dollars, ou 68 cents par action, contre une…

Publié le 22/03/2019

Suez NWS a décroché trois contrats de gestion de l'eau et de valorisation des déchets dans la région de la Grande Baie, en Chine, pour un montant...

Publié le 22/03/2019

Nokia décroche de 7,37% à 5,10 euros à la Bourse de Paris, l’équipementier finlandais ayant révélé dans un document déposé auprès de la SEC avoir ouvert une enquête interne sur de…