5 390.02 PTS
-0.17 %
5 399.50
+0.00 %
SBF 120 PTS
4 302.05
-0.03 %
DAX PTS
13 175.61
+0.17 %
Dowjones PTS
24 329.16
+0.49 %
6 344.57
+0.00 %
Nikkei PTS
22 938.73
+0.56 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Italie: feu vert de Bruxelles à un effort budgétaire réduit

| AFP | 154 | Aucun vote sur cette news
Le  ministre italien de l'Economie Pier Carlo Padoan, à Rome, le 8 avril 2014
Le ministre italien de l'Economie Pier Carlo Padoan, à Rome, le 8 avril 2014 ( FILIPPO MONTEFORTE / AFP/Archives )

La Commission européenne a donné son feu vert à la demande de Rome de limiter son effort de réduction du déficit en 2018, à condition qu'elle poursuive son objectif de réduction du rapport dette/PIB, selon une lettre publiée sur le site du ministère italien de l'Economie.

Le 30 mai, le ministre italien de l'Economie Pier Carlo Padoan avait demandé à Bruxelles un ajustement du déficit de 0,3% en 2018, soit moitié moins que réclamé par l'UE.

Dans une lettre adressée mercredi à M. Padoan, la Commission valide "un ajustement budgétaire inférieur à ce qui est prescrit", mais demande à l'Italie de poursuivre "la baisse du ratio dette/PIB".

"Nous avons essayé de tracer un chemin constructif entre les marges possibles dans les règles et les déviations non autorisées", avait souligné mercredi le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, à Bruxelles, sans dévoiler le contenu de la lettre. "Il faut respecter les règles" et en même temps ne "rien (faire) d'hostile à la croissance", avait-il dit.

Après deux années de récession, la péninsule connaît depuis 2014 une croissance exsangue, avec une hausse du PIB de 1% prévue par exemple cette année. La priorité du gouvernement italien est de soutenir cette fragile croissance.

Mais dans le même temps Bruxelles presse Rome de réduire son déficit public afin de favoriser une baisse de sa dette.

En 2016, la dette italienne a encore augmenté, atteignant un niveau record de 132,6% du PIB, contre 132% en 2015, et 123,3% en 2012. Il s'agit du niveau le plus élevé de la zone euro derrière la Grèce. Ce chiffre est bien au-delà des règles européennes qui stipulent que la dette publique doit être inférieure à 60% du PIB.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2017

Les marchés actions européens évoluent proches de l’équilibre à la mi-séance. La prudence est de rigueur en raison d’une semaine chargée sur le plan macroéconomique avec les réunions de…

Publié le 11/12/2017

 Communiqué de presse Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social établie conformément aux dispositions de…

Publié le 11/12/2017

Eurazeo (+1,72% à 76,79 euros) affiche l’une des plus fortes hausses de l’indice SBF 120, bénéficiant des annonces de sa journée investisseurs de vendredi. Celle-ci était centrée sur…

Publié le 11/12/2017

Une cotation directe...

Publié le 11/12/2017

Natixis voit plus bas

CONTENUS SPONSORISÉS