5 270.77 PTS
+0.56 %
5 250.00
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 192.26
+0.00 %
DAX PTS
12 569.17
+0.00 %
Dowjones PTS
22 412.59
+0.21 %
5 973.60
+0.00 %
Nikkei PTS
20 347.48
+0.18 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Irma, une des catastrophes naturelles les plus coûteuses en France

| AFP | 120 | Aucun vote sur cette news
Le port de Marigot sur l'île de Saint-Martin le 8 septembre 2017
Le port de Marigot sur l'île de Saint-Martin le 8 septembre 2017 ( Martin BUREAU / AFP )

Avec des dommages estimés à 1,2 milliard d'euros sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, l'ouragan Irma s'annonce comme une des plus coûteuses catastrophes naturelles que la France ait connue, mais les assureurs prévoient bien pire pour l'avenir.

La Caisse centrale de réassurance (CCR), établissement de réassurance détenu à 100% par l'Etat, a annoncé samedi qu'elle avait évalué à 1,2 milliard d'euros le coût des dommages assurés de l'ouragan Irma sur les deux îles françaises.

Cette évaluation ne prend toutefois en compte que "les dommages aux habitations, aux véhicules et aux entreprises (dont leurs pertes d'exploitation) qui sont couverts par le régime d'indemnisation des catastrophes naturelles", a précisé la CCR, spécialisée dans les catastrophes naturelles.

Les véhicules assurés au tiers, les marchandises transportées ou les dommages causés aux récoltes non engrangées ou aux sols ne sont par exemple pas couverts par ce régime.

Le passage de l'ouragan José, attendu dans la nuit de samedi à dimanche (heure de Paris) "va sans doute nous demander de réévaluer le chiffre à la hausse", prévient déjà David Moncoulon, responsable de la modélisation à la CCR.

Pour évaluer ces dégâts la CCR utilise des modèles numériques d'impact, compilant des données météorologiques (intensité des pluies, vitesse de vent, hauteur de vagues, submersion marine) croisées avec une base de données de la localisation des biens assurés sur les îles et l'expérience tirée d'évènements passés, explique-t-il à l'AFP.

La Caisse dispose "des réserves suffisantes pour couvrir ce sinistre quel qu'en soit le coût", a rassuré vendredi son président Bertrand Labilloy, alors que l'ouragan Irma qui doit toucher ce week-end la Floride pourrait secouer les assureurs de cet Etat américain si les dégâts sont trop importants, selon des experts américains.

Pour la CCR, le sinistre lié à l'ouragan Irma est déjà "l'un des plus importants survenus en France depuis 35 ans".

- un coût doublé d'ici 2050 -

Les inondations de mai-juin 2016 qui avaient touché l'Hexagone, surtout en Ile-de-France et dans le Centre, ont coûté par exemple plus d'1,4 milliard d'euros aux assurances, autant que la sécheresse de 2003, selon la Fédération française de l'assurance (FFA).

Si l'ouragan Irma est un évènement climatique beaucoup plus puissant que ces inondations, il concerne un territoire moins étendu et une population moins importante, avec environ 35.000 habitants à Saint-Martin (partie française) et 10.000 à Saint-Barthélemy.

"La crue de la Seine est un évènement d'intensité moyenne, ce n'était pas la crue de 1910, mais sur une zone avec des valeurs assurées très élevées, alors qu'Irma est un évènement d'intensité extrême mais au final sur des îles de tailles relativement réduites donc avec une valeur assurée exposée moins importante", explique M. Moncoulon.

L'évènement naturel le plus coûteux en France reste le couple de tempêtes Lothar et Martin de décembre 1999 avec 6,8 milliards d'euros d'indemnisations versées par les assureurs, devant les tempêtes Klaus et Quinten de 2009 (1,9 milliard d'euros), selon la FFA.

Sur les 25 dernières années, le coût total des aléas climatiques a atteint près de 50 milliards d'euros en France, toujours selon la FFA.

Et les professionnels estiment que l'impact financier de ces évènements va gonfler à l'avenir.

La CCR voit doubler le coût annuel des catastrophes naturelles (hors tempêtes en France métropolitaine qui font l'objet d'une garantie spécifique) d'ici 2050.

Ce sera "non pas principalement à cause de l'augmentation de la fréquence ou de l'intensité des catastrophes, mais plutôt pour 80% à cause de l'augmentation de la vulnérabilité, c'est-à-dire de l'augmentation de la population et de la valeur des biens assurés qui ne fait que croître chaque année", explique M. Moncoulon.

L'an dernier, les catastrophes naturelles et désastres causés par l'homme (feux de forêts, etc.) ont coûté 175 milliards de dollars (environ 145 milliards d'euros) dans le monde.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 12/07/2016

Communiqué de presse12 juillet 2016 - N° 13 SCOR salue la décision du tribunal administratif de Paris en faveur de l'ouverture du marché de la réassurance des catastrophes…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

Le conseil d'administration de Total, réuni le 20 septembre 2017, a décidé la mise en distribution d'un premier acompte au titre de l'exercice 2017, d'un montant de 0,62 euro par action,…

Publié le 21/09/2017

Coheris a réalisé au premier semestre 2017 un résultat net de 0,35 million d'euros, en repli de 18,6% en raison d'un attentisme fort des clients et d'un effet de base défavorable. Le résultat…

Publié le 21/09/2017

JCDecaux, qui sera présent au Tribunal de grande instance de Nanterre le 3 octobre dans le dossier Vélib', a assuré à AOF que "le transfert automatique des contrats de travail des salariés est…

Publié le 21/09/2017

Abivax a accusé au premier semestre 2017 une perte nette de 5,5 millions d'euros, contre une perte nette de 8,3 millions au premier semestre 2016. La biotech spécialisée dans le traitement contre…

Publié le 21/09/2017

Ecoslops, entreprise technologique innovante produisant du carburant et du bitume léger à partir de résidus d'hydrocarbures issus du transport maritime, a déposé le dossier de demande…

CONTENUS SPONSORISÉS