5 352.76 PTS
-
5 345.50
-
SBF 120 PTS
4 261.05
-
DAX PTS
13 015.04
-1.16 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.12 %
Nikkei PTS
22 523.15
+0.48 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Irma: une catastrophe économique pour des zones vivant surtout du tourisme

| AFP | 224 | Aucun vote sur cette news
Le cyclone de catégorie 5 a laissé derrière lui des paysages dévastés notamment sur les destinations touristiques de Saint-Barthélemy et Saint-Martin
Le cyclone de catégorie 5 a laissé derrière lui des paysages dévastés notamment sur les destinations touristiques de Saint-Barthélemy et Saint-Martin ( Lionel CHAMOISEAU / AFP/Archives )

Les dégâts causés par l'ouragan Irma représentent une catastrophe économique pour les îles des Caraïbes les plus touchées qui vont être boudées par les touristes, selon des professionnels français du secteur interrogés jeudi par l'AFP.

Alors que les bilans humain et matériel ne sont pas encore déterminés, il apparaît déjà que le cyclone de catégorie 5 a laissé derrière lui des paysages dévastés notamment sur les destinations touristiques de Saint-Barthélemy et Saint-Martin.

"Ça fait 30 ans que je fais ce métier, nous avons connu d'autres procédures cyclones avec quelques arbres cassés, mais jamais on a eu ce niveau de dégâts", a indiqué à l'AFP Gilbert Cisneros, président du voyagiste Exotismes, spécialiste des destinations tropicales.

Il a souligné avoir "très peu d'informations en provenance de Saint-Barthélemy ou Saint-Martin, mais une chose est certaine, il y a de gros dégâts". Il a donné l'exemple d'un hôtel à Saint-Martin, "Le Beach", dans lequel "la mer est littéralement entrée à l'intérieur" du bâtiment.

Ce tour-opérateur a souligné que ses "quelques dizaines de clients" sur place avaient été rapatriés avant l'arrivée de l'ouragan, en rappelant que c'est actuellement la basse saison pour le tourisme dans la région.

"Pour ces îles, ça va être une catastrophe, elles vivent essentiellement du tourisme", a estimé auprès de l'AFP Didier Arino, directeur du cabinet d'études Protourisme. Or, la première réaction du vacancier, c'est +on change de destination+". C'est d'autant plus vrai que les touristes qui fréquentent ces endroits sont souvent "des gens riches qui ont largement la possibilité d'aller ailleurs".

- "double peine" -

Pour Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du monde, les zones sinistrées vont subir une "double peine". Non seulement il va falloir réparer les dégâts, mais en plus "les gens vont éviter ces destinations parce que ça va leur faire peur" au moment où justement ces territoires auraient le plus besoin de recettes touristiques.

La plage dévastée de l'hôtel Mercure à Marigot, sur l'île de Saint-Martin, le 7 septembre 2017
La plage dévastée de l'hôtel Mercure à Marigot, sur l'île de Saint-Martin, le 7 septembre 2017 ( Lionel CHAMOISEAU / AFP/Archives )

"Chaque fois que vous avez une catastrophe naturelle à un endroit, vous avez une double peine (...) Quelqu'un qui a la possibilité de choisir entre 30 destinations, il ne va pas aller dans celle où il pense que tout est dévasté", a expliqué M. Rial.

"C'est un vrai cauchemar pour ces deux îles (Saint-Barthélemy et Saint-Martin) qui sont l'emblème du tourisme en Outre-mer", a confirmé Roland Héguy, président de la Confédération des acteurs du tourisme, réunissant quatorze organisations professionnelles et associations du secteur.

"On peut imaginer qu'il faudra des mois avant que la vie ne reprenne vraiment mais il est certain que l'ensemble de la profession fera le maximum pour que dans trois ou quatre mois, ces deux îles puissent de nouveau accueillir les touristes", a-t-il dit.

Saint-Martin a accueilli 2,5 millions de visiteurs en 2014, selon l'Insee, essentiellement des croisiéristes américains qui fréquentent la partie néerlandaise de l'île.

Saint-Barthélemy, repaire de riches célébrités comme Johnny Hallyday, Steven Spielberg ou Beyoncé, vit du tourisme de luxe et a accueilli 334.000 visiteurs en 2013, selon le Comité territorial du tourisme.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2017

Genfit a annoncé que le Data Safety Monitoring Board (DSMB), un comité de surveillance et de suivi indépendant, avait formulé une recommandation positive pour la poursuite de l'essai clinique de…

Publié le 22/11/2017

Spineway a annoncé qu'il ne souhaitait plus communiquer sur l'atteinte de l'équilibre financier pour l'exercice 2018. Cet objectif demeure toutefois clé dans la stratégie du groupe. Fort de la…

Publié le 22/11/2017

Les deux premiers véhicules ATM Full Elec ont été réceptionnés le 16 novembre dernier par BLYYD

Publié le 22/11/2017

Conformément à l'annonce faite le 17 octobre 2017, les actionnaires d'Assystem S.A. se sont réunis en assemblée générale extraordinaire le 22 novembre 2017 et ont approuvé la résolution…

Publié le 22/11/2017

L'actif est situé à Toulouse Blagnac et sera achevé mi-2019

CONTENUS SPONSORISÉS