En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 836.00
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.03 %

Iran: Rohani présente un budget adapté aux "cruelles" sanctions américaines

| AFP | 386 | Aucun vote sur cette news
Le président iranien Hassan Rohani lors de la présentation du budget 2019-2020, au Parlement à Téhéran, le 25 décembre 2018
Le président iranien Hassan Rohani lors de la présentation du budget 2019-2020, au Parlement à Téhéran, le 25 décembre 2018 ( ATTA KENARE / AFP )

Le président iranien Hassan Rohani a dévoilé mardi au Parlement le budget annuel, le premier depuis le rétablissement des sanctions américaines, et assuré qu'il avait été ajusté afin de prendre en compte les mesures "cruelles" de Washington.

Malgré les défis économiques imposés à l'Iran depuis l'annonce, en mai, du retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire de 2015, M. Rohani a tout de même annoncé une hausse de 20% des salaires dans le secteur public.

Le rétablissement de sanctions par Washington contre les secteurs pétrolier et financier iraniens, en novembre, ont encore aggravé la difficile situation économique du pays.

"Le budget pour 1398 (prochaine année du calendrier iranien) a été élaboré proportionnellement aux cruelles sanctions américaines", a affirmé M. Rohani lors de son discours, télévisé, au Parlement.

Ce budget ne fait pas mention du nombre de barils de pétrole que l'Iran espère vendre lors de la prochaine année fiscale, qui débute fin mars, alors que son secteur énergétique, vital à l'économie du pays, est sous embargo.

Selon des analystes, les ventes pourraient dégringoler par rapport aux 2,5 millions de barils vendus quotidiennement avant le retrait américain de l'accord nucléaire.

Washington a autorisé huit des principaux pays importateurs de pétrole iranien --dont la Chine, l'Inde et la Turquie-- à continuer d'en acheter temporairement, une mesure néanmoins à double tranchant pour Téhéran puisque cela a contribué à faire baisser les prix du brut.

Lors de son discours, M. Rohani s'est contenté de présenter en quelques points le budget --qui doit désormais être examiné par le Parlement et soumis au vote des députés-- mais a reconnu que son pays était sous pression.

"A un moment en début d'année, nos réserves de devises étaient pratiquement nulles, forçant le gouvernement à prendre des décisions difficiles pour sauver le pays", a-t-il dit.

Téhéran a fait pression sur les exportateurs pour qu'ils rapatrient leurs dollars en Iran et M. Rohani a prévenu mardi qu'il reviendrait sur leurs incitations fiscales s'ils n'agissaient pas ainsi.

La Banque centrale iranienne utilise ces dollars pour consolider le rial, qui a perdu environ la moitié de sa valeur depuis mai, alors que le prix des denrées alimentaires a augmenté de près de 56% entre novembre 2017 et novembre 2018.

Mais certains de ces maux économiques sont bien antérieurs aux sanctions, le secteur bancaire iranien étant criblé d'actifs fictifs et des industries stratégiques entretenant des liens opaques avec l'Etat ou l'armée, selon des experts.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…