En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Interdiction du glyphosate: "le gagnant" sera l'industrie phytosanitaire

| AFP | 332 | Aucun vote sur cette news
La Commission européenne propose de renouveler la licence du glyphosate pour 10 ans après avis de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments qui a classé l'herbicide comme non cancérogène, une proposition à laquelle la France va s'opposer
La Commission européenne propose de renouveler la licence du glyphosate pour 10 ans après avis de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments qui a classé l'herbicide comme non cancérogène, une proposition à laquelle la France va s'opposer ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

L'industrie des produits phytosanitaires sera "le grand gagnant" en cas d'interdiction d'utilisation de l'herbicide glyphosate, a estimé jeudi Philippe Pinta, président de l'AGPB, le syndicat des producteurs de blé.

"Le grand gagnant d'une suppression du glyphosate, ce sera les boîtes phyto", a déclaré à l'AFP M. Pinta, expliquant: "Le glyphosate, depuis 20 ans, est tombé dans le domaine public. Un litre de glyphosate de base, ça vaut 3 euros, 1,50 euro. Demain, si c'est un produit nouveau, avec le brevet pendant 20 ans, on s'en prend plein la figure sur le prix."

Il a cependant salué l'intervention d'Emmanuel Macron à ce sujet, mercredi, à mi-parcours des états généraux de l'Alimentation, qui "a calmé le jeu", après "toutes les hypothèses et les contradictions, les démentis, sur le glyphosate: depuis deux mois, plus personne ne savait où on en était".

Il s'est en revanche montré "plus inquiet" sur la perspective d'aide financière proposée par Emmanuel Macron, si celle-ci devait être utilisée pour de la main-d'œuvre supplémentaire chargée de désherber ou soigner les plantes: "J'espère que ce n'est pas pour tenir une binette, parce que moi je ne le fais pas", a déclaré M. Pinta.

"Aider financièrement, ce n'est pas ce qu'on demande, nous ce qu'on demande c'est d'avoir des solutions et pas des interdictions", a-t-il dit.

M. Pinta a rappelé les effets néfastes selon lui d'une interdiction du produit, au premier rang desquels la reprise des labours, et donc la remise en cause de l'engagement de la France dans le processus "4 pour 1.000" (lancé lors de la COP 21, qui promeut des techniques agronomiques comme l'abandon du labour pour séquestrer du carbone dans les sols).

Il a également évoqué des problèmes "de santé publique", comme celui de "la prolifération de l'ambroisie", que poserait selon lui la fin de l'utilisation du glyphosate, sans solution alternative économiquement et agronomiquement viable.

La Commission européenne a proposé mi-juillet de renouveler la licence du glyphosate pour 10 ans après avis de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), qui a classé l'herbicide comme non cancérogène, une proposition à laquelle la France a prévu de s'opposer.

L'exécutif européen prévoit de soumettre le dossier à un vote auprès des experts des Etats membres représentés au sein d'un comité technique en charge de ce type de décision.

Ce vote aura lieu le 25 octobre, avant que l'autorisation dans l'UE de cet herbicide controversé expire à la fin de l'année.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…