5 547.76 PTS
+0.10 %
5 549.5
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 441.77
+0.22 %
DAX PTS
13 579.13
+0.86 %
Dowjones PTS
26 214.60
+0.55 %
6 906.28
+0.00 %
Nikkei PTS
24 124.15
+1.29 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Instruction terminée dans l'affaire d'espionnage chez Ikea France

| AFP | 151 | Aucun vote sur cette news
Le logo IKEA sur un magasin de Kungens Kurva, à Stockholm le 30 mars 2016
Le logo IKEA sur un magasin de Kungens Kurva, à Stockholm le 30 mars 2016 ( JONATHAN NACKSTRAND / AFP/Archives )

L'instruction est terminée dans l'affaire de l'espionnage de salariés et de clients par le géant suédois de l'ameublement Ikea, a-t-on appris vendredi de sources concordantes, cinq ans après l'ouverture du dossier.

Les parties disposent désormais d'un délai d'un mois pour faire leurs observations au juge d'instruction, avant les réquisitions du parquet puis la décision des juges.

Ces derniers pourront alors ordonner un non-lieu ou le renvoi des protagonistes devant le tribunal correctionnel.

Le groupe suédois fait l'objet depuis début 2012 en France d'une vaste enquête. Il est soupçonné d'avoir "fliqué" des salariés et des clients en se procurant des renseignements sur leurs antécédents judiciaires, policiers ou sur leurs comptes en banque.

Plus d'une dizaine de personnes ont été mises en examen dans ce dossier, dont le PDG France de 2010 à 2015 Stefan Vanoverbeke, son prédécesseur, Jean-Louis Baillot, et Dariusz Rychert, directeur financier de 2009 à 2014. Ikea France, en tant que personne morale, a également été mis en examen.

Quatre fonctionnaires de police l'ont également été, soupçonnés d'avoir été rémunérés par Ikea en échange d'informations provenant de fichiers de police.

C'est le Canard Enchaîné qui avait le premier sorti cette affaire en février 2012. Les syndicats FO et CGT avaient alors déposé plusieurs plaintes, amenant le parquet de Versailles à ouvrir une information judiciaire en avril 2012.

Ikea avait annoncé dans la foulée une série de mesures éthiques visant à redorer le blason de l'entreprise et à tirer les leçons de ce scandale.

L'entreprise compte 33 magasins et 10.000 salariés en France.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

Le titre se maintient au-dessus de l'ancienne zone de résistance des 65 euros. Il est soutenu par sa moyenne mobile à 20 séances tandis que le RSI est bien orienté sans être en zone de surachat.…

Publié le 23/01/2018

  Paris, 23 janvier 2018 - Atos, leader international de la transformation digitale, annonce aujourd'hui que sa solution de gestion des identités et accès « Evidian IAM » a…

Publié le 23/01/2018

D'après les chiffres de Médiamétrie...

Publié le 23/01/2018

Louis Capital Markets Midcap Partners estime qu'il est encore trop tôt pour se positionner sur ID Logistics en dépit d'une année 2017 blanche...

Publié le 23/01/2018

Plus perfectionné que son frère jumeau...

CONTENUS SPONSORISÉS