Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 612.76 PTS
-0.32 %
6 615.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
5 172.87
-0.25 %
DAX PTS
15 544.39
-0.61 %
Dow Jones PTS
34 935.47
-0.42 %
14 959.90
-0.59 %
1.187
+0. %

Inflation : l'Europe "pas dans la même situation" que les USA (Lagarde)

| Boursier | 542 | 4 par 2 internautes

Lors d'une audition au Parlement européen, Christine Lagarde a minimisé le risque de forte inflation dans la zone euro, expliquant que la reprise était bien plus avancée aux Etats-Unis. Les effets sur l'inflation en zone euro devraient être modérés.

Inflation : l'Europe "pas dans la même situation" que les USA (Lagarde)
Credits Reuters

La zone euro et les Etats-Unis sont "clairement dans des situations différentes" en matière de perspectives d'inflation, a déclaré lundi Christine Lagarde, la présidente de la BCE, en minimisant le risque d'un impact de l'évolution des prix américains sur celle des prix européens.

Les responsables de la Réserve fédérale américaine ont désagréablement surpris les marchés financiers la semaine dernière en annonçant avoir commencé à discuter de l'arrêt futur des achats d'obligations de la Fed ("tapering"). La Fed a aussi fait savoir qu'elle envisageait de relever ses taux directeurs en 2023 (et non en 2024 comme attendu jusqu'ici), voire à la fin 2022, compte-tenu de la vigueur de la reprise économique outre-Atlantique après la crise du coronavirus.

A l'occasion d'une audition trimestrielle virtuelle devant le Parlement européen, Christine Lagarde a cependant mis en garde contre une comparaison simpliste entre les deux rives de l'Atlantique, en expliquant que la reprise aux Etats-Unis était bien plus avancée que dans la zone euro.

"Les Etats-Unis et l'Europe sont clairement dans des situations différentes", a-t-elle dit aux députés européens. "Il est tentant de les comparer mais cela n'est pas très judicieux au vu des différences nombreuses entre les deux économies."

Pas encore l'heure de relever les taux dans la zone euro

Elle a reconnu que l'accélération de l'inflation aux Etats-Unis pourrait avoir des "retombées" par le biais des prix à l'importation ou des anticipations d'inflation des consommateurs dans la zone euro. "Globalement, cependant, les effets sur l'inflation IPCH de la zone euro devraient être modérés", a-t-elle dit.

Christine Lagarde a aussi répété qu'il n'était pas encore temps de permettre une remontée des taux d'intérêt de marché, ce qui justifiait le maintien par la BCE de conditions de financement favorables.

"Une hausse soutenue des taux de marché pourrait se traduire plus largement par un resserrement des conditions de financement pour l'ensemble de l'économie", a-t-elle expliqué en reprenant des propos tenus à l'issue de la réunion de politique monétaire du 10 juin.

"Un tel resserrement serait prématuré et constituerait un risque pour la reprise économique en cours et les perspectives d'inflation."

Plus de flexibilité requise pour le pacte de stabilité européen

Par ailleurs, la patronne de la BCE a plaidé pour donner plus de "flexibilité" au pacte de stabilité européen une fois que sa suspension pour cause de pandémie aura été levée. "L'Europe a besoin d'un cadre modernisé avec des règles budgétaires transparentes, flexibles et crédibles qui permettront des politiques budgétaires contracycliques et durables", a déclaré Mme Lagarde.

Trop souvent, "les politiques budgétaires nationales ont limité la possibilité" de stimuler l'économie et la banque centrale s'est alors retrouvée "le seul joueur en ville", a-t-elle expliqué.

En raison de la pandémie de coronavirus, qui a conduit les pays de la zone euro à accroître leur endettement pour soutenir leurs économies, le Pacte de stabilité a été suspendu jusqu'en 2023.

Au-delà de cet horizon, la Commission européenne s'est montrée favorable à une réforme de ce mécanisme, qui limite les déficits publics nationaux à 3% du PIB par an, et de la dette publique à 60% du PIB. Une des pistes à l'étude dans le cadre de cette réforme serait de relever les plafonds de déficit et de dette, une idée soutenue par la France, mais à laquelle l'Allemagne est opposée.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 septembre 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/07/2021

La Bourse de Paris clôture dans le rouge ce soir après une journée en dents de scie.Le CAC termine à -0.32% Pour s’établir à 6 613 pts.Les…

Publié le 30/07/2021

Le groupe ABC arbitrage procède à la distribution du solde sur dividende 2020 d'un montant de 0,18 euro par action ordinaire...

Publié le 30/07/2021

Le chiffre d'affaires ressort à 12...

Publié le 30/07/2021

Les casinos du groupe ont pu réouvrir à partir du 19 mai 2021

Publié le 30/07/2021

Après un premier semestre 2020 marqué par sa grande résilience, le Groupe Bolloré affiche au premier semestre 2021 une progression à périmètre et taux...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne