En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 438.84 PTS
+0.84 %
5 441.5
+0.89 %
SBF 120 PTS
4 361.22
+0.79 %
DAX PTS
12 296.49
+0.63 %
Dowjones PTS
26 405.76
+0.61 %
7 490.32
+0.00 %
1.177
+0.85 %

Impôt à la source: un choix "politique", pas un problème technique, selon Eckert

| AFP | 235 | Aucun vote sur cette news
Christian Eckert, à l'Elysée, le 8 mars 2017
Christian Eckert, à l'Elysée, le 8 mars 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

L'ancien secrétaire d'Etat en charge du Budget, Christian Eckert, estime samedi dans une interview à Libération que les hésitations de l'exécutif sur le prélèvement à la source s'expliquent avant tout pour des raisons "politiques".

"Il y aurait maintenant des problèmes techniques ? Je n'y crois pas une seconde (...) Sinon la DGFIP (Direction générale des finances publiques, NDLR) aurait, depuis longtemps, alerté sur d’éventuelles difficultés (...) Toute cette histoire n'est donc qu'une affaire politique", estime l'ancien ministre de François Hollande.

Pour M. Eckert "la majorité craint de payer dans les urnes aux prochaines européennes des fiches de paie et des bulletins de pensions avec des montants en baisse". Il relève aussi que le Medef a "toujours été contre" la réforme.

M. Eckert s'étonne par ailleurs que l'exécutif remette en cause aujourd'hui la réforme, alors qu'elle est depuis deux ans sur le métier.

"Permettez-moi de me montrer perplexe sur ce sujet... Emmanuel Macron était ministre de l'Economie lorsque nous avons décidé de lancer le prélèvement à la source. Donc on ne peut pas dire qu'il découvre le sujet !".

Interrogé vendredi par la presse en marge d'un déplacement à Cherbourg (Manche), l'ancien président de la République, François Hollande, a aussi pointé en premier lieu un choix politique.

"Je ne veux pas compliquer la tâche de ceux qui hésitent encore, mais cette réforme était prête... Les fonctionnaires du ministère à Bercy ont fait tout le travail, après c'est une affaire de choix politique", a-t-il taclé.

A un moment "il faut sauter le pas, il faut le faire", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Le SmartVision2 Premium de Kapsys

Publié le 20/09/2018

Visiativ reste entouré pour la deuxième séance consécutive, toujours pénalisé par une publication intermédiaire jugée décevante par le marché...

Publié le 20/09/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/09/2018

Jean-Claude Biver, le président de la division montres de LVMH, a affirmé ce jour à l'agence Reuters qu'il renonçait, pour raisons de santé, à ses...

Publié le 20/09/2018

Avec des semestriels de mauvaise qualité...