En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 129.77 PTS
-0.84 %
5 135.00
-0.71 %
SBF 120 PTS
4 116.23
-0.60 %
DAX PTS
11 701.59
-0.64 %
Dowjones PTS
25 586.09
-0.82 %
7 239.97
-0.50 %
1.154
-0.25 %

Immobilier ancien: les Britanniques, principaux acquéreurs étrangers non résidents en France (notaires)

| AFP | 365 | 3 par 1 internautes
Des affiches d'une maison à vendre à Calais (Nord), le 29 novembre 2013
Des affiches d'une maison à vendre à Calais (Nord), le 29 novembre 2013 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Les Britanniques, suivis par les Italiens et les Belges, ont été les acquéreurs étrangers non résidents les plus présents sur le marché immobilier ancien en France, de 2006 à 2016, selon une étude des notaires de France publiée mardi.

En moyenne, sur la période 2006-2016, la part des transactions réalisées sur le marché des logements anciens par des acquéreurs étrangers en France métropolitaine représente 6%, et celle des étrangers non résidents 2,1%.

Et trois nationalités - Britanniques (32%), Italiens (14%) et Belges (12%) - ont représenté à elles seules près de 60% des ventes à des étrangers non résidents.

Viennent ensuite les Suisses (6%), les Néerlandais (5%), les Scandinaves (5%), les Allemands (4%), les Espagnols/Portugais (3%), les Américains (2%) et les Irlandais (2%), précise l'étude. Enfin, "d'autres nationalités" sont à l'origine de 10% de ces ventes.

En Ile-de-France, le trio de tête est un peu différent: Italiens (21%), Américains (8%) et Britanniques (7%).

Mais si "les Britanniques conservent la première place du classement sur les dix dernières années, ils se distinguent des autres nationalités par une chute brutale pendant la crise", perdant 20 points entre 2007, date à laquelle ils réalisaient 42% des transactions, et 2009.

En 2011, ils n'étaient plus à l'origine que de 21% des transactions faites par des étrangers non résidents dans l'Hexagone, mais cette proportion est remontée à partir de 2012, pour atteindre 33% en 2016.

Les Britanniques sont les plus représentés dans toutes les zones, à l'exception du Nord-Est, de la Provence-Côte d'Azur-Corse et de l'Ile-de-France.

Les Britanniques sont les principaux acquéreurs étrangers non résidents sur le marché de l'immobilier ancien
Les Britanniques sont les principaux acquéreurs étrangers non résidents sur le marché de l'immobilier ancien ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Et depuis 2011, leur retour "s'est principalement opéré dans le Massif central, les Alpes et le Centre-Ouest, où leur part a progressé de plus de 10 points", tandis qu'elle restait stable en Ile-de-France, précise l'étude.

À l'inverse, "malgré une légère baisse en 2013, la part des Belges" a régulièrement augmenté et même doublé, passant de 7% en 2006 à 15% en 2016.

Par types de biens, les Italiens sont "plus présents en 2016 sur le marché des biens les "moins chers": 48% contre 8% pour les biens les "plus chers", à 80% des studios et 2 pièces, précisent les notaires.

Les Britanniques et les Scandinaves, eux, achètent davantage de biens "plus chers", respectivement 40% et 30% de maisons anciennes, en majorité de 6 pièces et plus.

Cette étude, qui exploite la base de données des notaires, porte sur les achats de maisons et d'appartements anciens (résidences principales ou secondaires mêlées) effectués par des particuliers (soit 90% des acquéreurs).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Les deux organisations collaboreront de manière rapprochée pour lutter contre les menaces de cybersécurité Mons, 17 octobre, 2018 - Atos, leader international de la transformation…

Publié le 17/10/2018

(La reprise de cotation a été demandée à Euronext pour l'ouverture de la séance du jeudi 18 octobre 2018.) Après sept années de travail en commun,…

Publié le 17/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 17/10/2018

Air France KLM grimpe de 1,9% à 8,1 euros en milieu d'après-midi à Paris...

Publié le 17/10/2018

Activité commerciale soutenue