En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-0.34 %
4 812.00
+0.03 %
SBF 120 PTS
3 821.84
-0.29 %
DAX PTS
10 918.62
-0.12 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.75 %
1.139
-0.06 %

Huawei: un juge canadien se prononce sur la libération de la directrice financière

| AFP | 491 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience par Jane Wolsak montrant Meng Wanzhou (à gauche) aux côtés de son traducteur dans le tribunal à Vancouver le 10 décembre 2018
Croquis d'audience par Jane Wolsak montrant Meng Wanzhou (à gauche) aux côtés de son traducteur dans le tribunal à Vancouver le 10 décembre 2018 ( Courtroom sketch by Jane WOLSAK / Jane Wolsak/AFP )

La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei est attendue mardi au tribunal de Vancouver pour une troisième journée d'audience, à l'issue de laquelle le juge se prononcera sur sa demande de remise en liberté pendant la procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

Meng Wanzhou, 46 ans, avait été arrêtée le 1er décembre lors d'une escale à l'aéroport de cette ville de l'Ouest canadien à la demande de la justice américaine, qui la soupçonne d'avoir fraudé pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran.

Appuyée par Pékin qui ne décolère pas et menace le Canada de représailles, Mme Meng a demandé sa remise en liberté conditionnelle, invoquant notamment des problèmes de santé et un traitement à l'hôpital pour hypertension.

Première mesure de représailles ou pas? Un ancien diplomate canadien a été arrêté en Chine et l'organisation pour laquelle il travaille, International Crisis Group (ICG), a demandé mardi sa "libération rapide".

L'ICG, une organisation de prévention des conflits, a dit être au courant d'informations faisant état de l'arrestation de Michael Kovrig, un expert canadien de l'Asie du Nord-Est qui a par le passé été diplomate à Pékin, Hong Kong et aux Nations unies. Pékin n'avait pas réagi mardi.

Surveillance électronique

A Vancouver, la fille du fondateur du numéro deux mondial des smartphones s'est engagée à se soumettre à une surveillance électronique stricte, à ses frais, pendant toute la durée de la procédure. En raison de nombreuses possibilités d'appel, une procédure d'extradition peut durer plusieurs mois, voire plusieurs années.

Le juge de Vancouver qui doit trancher sur cette demande pourrait annoncer sa décision dans la journée de mardi. Mais en raison de la complexité du dossier et des enjeux internationaux, il pourrait également prendre le temps de la réflexion et mettre sa décision en délibéré.

Le représentant du procureur est opposé à toute remise en liberté, en raison des risques de voir Mme Meng et son mari échapper à leur surveillance et s'enfuir en Chine.

"Etant donné sa situation particulière de représentante d'une société nationale phare en Chine, si elle devait s'enfuir ou ne pas respecter les conditions de sa libération, il n'est pas exagéré de dire qu'elle ferait honte à la Chine tout entière", a plaidé mardi son avocat, David Martin, devant une salle comble.

L'audience de mardi devrait être centrée sur le mari de la femme d'affaires, Liu Xiaozong, qui est prêt à se porter caution à hauteur de 15 millions de dollars (près de 10 millions d'euros), soit le prix estimé de leurs deux propriétés à Vancouver et un dépôt d'un million de dollars.

Mais le juge s'est interrogé mardi sur la validité de cette caution alors que le mari, qui ne réside pas au Canada, est arrivé à Vancouver avec un visa de touriste de six mois.

Boycott de doudounes

La femme d'affaires dément les accusations portées contre elle par les Etats-Unis, où elle est accusée de "complot d'escroquerie au détriment de plusieurs institutions financières".

Elle leur aurait caché les liens entre Huawei et l'une de ses filiales, qui cherchait à vendre des équipements à l'Iran malgré les sanctions américaines. Ces chefs d'accusation sont passibles de 30 ans de prison chacun aux Etats-Unis.

Piquées au vif par l'arrestation de Mme Meng, les autorités chinoises ont multiplié les pressions sur Ottawa et Washington ces derniers jours.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a notamment dénoncé un traitement "inhumain" de sa ressortissante et affirmé que le Canada n'avait pas informé immédiatement les autorités consulaires chinoises de l'arrestation de la dirigeante, en violation d'un traité bilatéral.

"La Chine ne restera jamais les bras croisés face aux mauvais traitements qui portent arbitrairement atteinte aux droits et intérêts légitimes des citoyens chinois", a déclaré mardi le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi, apparemment en référence indirecte à la détention de Mme Meng.

En Chine, les appels au boycott des doudounes de luxe de la marque Canada Goose se sont multipliés, provoquant une chute de 11% du cours de ses actions à New York entre jeudi et lundi soir. Le cours a repris quelques forces mardi.

La crise diplomatique ne semble en revanche pas affecter la récente trêve dans la guerre commerciale sino-américaine: le ministère chinois du Commerce a évoqué un calendrier de négociations et Donald Trump de son côté a parlé mardi de "discussions fructueuses" susceptibles de déboucher sur de "grosses annonces".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…