En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 168.54 PTS
+0.30 %
5 168.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 100.41
+0.39 %
DAX PTS
11 299.20
-0.01 %
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.00 %
1.131
+0.03 %

Homéopathie: dans son fief de Messimy, Boiron peaufine sa défense

| AFP | 281 | 4.80 par 5 internautes
Préparation de flacons de
Préparation de flacons de "teintures mères" dans l'usine Boiron de Messimy, dans le Rhône, le 5 février 2019 ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

Dans l'usine Boiron de Messimy (Rhône), des équipements dernier cri côtoient des ingrédients semblant sortir de l'arrière-boutique d'un apothicaire. Redoutant l'éventuel déremboursement de l'homéopathie en France, le géant français du secteur ouvre ses portes, dans un souci nouveau de transparence.

Alignés sur des étagères, des flacons de verre brun contiennent les "teintures mère", les principes actifs des dilutions homéopathiques, dont l'efficacité est très controversée.

Les teintures mère de Boiron proviennent de quelque 2.500 souches naturelles différentes, parfois surprenantes, bien que toutes inscrites à la pharmacopée française.

Ainsi si 53% des souches sont d'origine végétale, comme l'arnica ou la belladone, et 33% d'origine minéralo-chimique, 14% proviennent directement d'animaux: venins de serpent, mygales, fourmis rouges, glandes salivaires de lapin, cœur et foie de canard de Barbarie...

Les teintures mère de Boiron proviennent de quelque 2.500 souches naturelles différentes, parfois surprenantes, bien que toutes inscrites à la pharmacopée française
Les teintures mère de Boiron proviennent de quelque 2.500 souches naturelles différentes, parfois surprenantes, bien que toutes inscrites à la pharmacopée française ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

Car l'homéopathie prétend combattre le mal par le mal. "On va utiliser des substances toxiques qui, en quantités infinitésimales, vont avoir un effet inverse", explique à l'AFP Jean-Christophe Bayssat, directeur général délégué et pharmacien responsable de Boiron.

La dilution est effectuée à l'aide d'un "dynamiseur", une machine qui secoue bruyamment un petit flacon contenant un centième de teinture mère pour 99 centièmes d'eau et d'alcool, à raison de 150 fois en sept secondes.

Enigme du "mécanisme d'action"

Cette opération permet d'obtenir une dilution d'une centésimale hahnemannienne (1CH), du nom de l'inventeur de l'homéopathie, le médecin allemand Samuel Hahnemann (1755-1843). Selon les produits voulus, l'opération est répétée 5, 9, 15 ou 30 fois, en prélevant à chaque fois un centième de la dilution précédente.

Ce qui donne des niveaux de dilution dépassant l'entendement: un produit à 5CH équivaut déjà à un élément de teinture mère sur... 10 milliards !

L'opération permet d'obtenir une dilution d'une centésimale hahnemannienne (1CH), du nom de l'inventeur de l'homéopathie, le médecin allemand Samuel Hahnemann
L'opération permet d'obtenir une dilution d'une centésimale hahnemannienne (1CH), du nom de l'inventeur de l'homéopathie, le médecin allemand Samuel Hahnemann ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

Dans de telles quantités infinitésimales, reste-t-il encore une trace de la teinture mère, et si oui, peut-elle avoir une quelconque efficacité thérapeutique? La question est au cœur du lancinant débat sur l'homéopathie, ravivé avec force depuis près d'un an en France.

C'est aussi le principal point faible du système de défense de ses partisans. "Le mécanisme d'action, avec les moyens actuels de la science, on n'est pas capable de l'expliquer. Il y a des hypothèses, mais pas de certitudes", reconnaît auprès de l'AFP Bénédicte Sagnimorte, directrice des relations professionnelles de Boiron.

Le groupe a contourné le problème en menant des études observationnelles comparant des soins homéopathiques par rapport à des médicaments conventionnels dans trois indications: infections des voies aériennes supérieures, douleurs musculo-squelettiques et troubles de l'anxiété et du sommeil.

53% des souches sont d'origine végétale, comme l'arnica ou la belladone, et 33% d'origine minéralo-chimique, 14% proviennent directement d'animaux
53% des souches sont d'origine végétale, comme l'arnica ou la belladone, et 33% d'origine minéralo-chimique, 14% proviennent directement d'animaux ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

Cette série d'études, appelée "EPI3", a conclu que pour des résultats quasi-similaires pour des patients soignés avec des médicaments conventionnels, ceux traités par homéopathie avaient consommé nettement moins d'antibiotiques, d'anti-inflammatoires, d'antalgiques et autres psychotropes, dégageant ainsi des économies pour l'assurance maladie.

La fiabilité de ces données ne fait cependant pas l'unanimité. Le collectif de médecins anti-homéopathie Fakemed a notamment dénoncé des "biais méthodologiques importants", comme la comparaison de patients présentant des niveaux différents de sévérité de maladie au début de certaines études.

La grogne sociale, appui inattendu

Les résultats d'EPI3 composent néanmoins le cœur du discours bien rodé de Valérie Poinsot, la nouvelle directrice générale de Boiron, qui reçoit l'AFP dans son bureau de Messimy aux couleurs chaudes, quasi identiques à celles du logo du groupe.

Le déremboursement de l'homéopathie serait, selon elle, "un non sens d'un point de vue de santé publique" et un "non sens sur le plan économique", en raison du report de patients vers des médicaments conventionnels plus coûteux.

Vue extérieure de l'usine Boiron à Messimy, dans le Rhône
Vue extérieure de l'usine Boiron à Messimy, dans le Rhône ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

A mots couverts, Boiron espère que la crise actuelle autour du pouvoir d'achat sur fond des "gilets jaunes" enterreront l'idée de dérembourser l'homéopathie, alors qu'un avis de la Haute Autorité de Santé (HAS) est attendu ce printemps.

"Je sens monter un ras-le-bol des patients", affirme Mme Poinsot. "Les pouvoirs publics doivent avoir ça dans leur scope (champ de vision, NDLR)", estime-t-elle en faisant allusion au pouvoir d'achat.

Avant de dégainer un dernier argument en forme d'artillerie lourde: le déremboursement de l'homéopathie en France menacerait 1.300 emplois sur les 2.500 de Boiron en France, selon elle.

Car bien que le groupe soit engagé dans une accélération de ses activités à l'étranger, en Amérique du Nord et en Asie notamment, la France pesait toujours près de 60% de ses ventes mondiales l'an dernier. Et 66% de ses ventes dans l'Hexagone dépendent de produits remboursables.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.80
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/02/2019

L'étude clinique FASST n'a pas atteint son critère d'évaluation principal...

Publié le 18/02/2019

Le partenariat signé fin octobre avec Naturalia devrait porter ses fruits en 2019...

Publié le 18/02/2019

Georges Chodron de Courcel est atteint la limite d'âge...

Publié le 18/02/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE proposition à l'Assemblée Générale du 15 mai 2019 D'ELIRE Jean Mouton en qualité d'administrateur, dans la perspective de sa…

Publié le 18/02/2019

Orapi recentre ses activités sur son 'core business'...