5 501.88 PTS
-
5 514.00
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 405.23
-
DAX PTS
13 010.55
-
Dowjones PTS
25 090.48
-0.34 %
7 255.76
-0.33 %
Nikkei PTS
22 721.90
-0.57 %

"Histoires de la plaine", ou l'agonie d'un village victime des pesticides

| AFP | 293 | Aucun vote sur cette news
Un champ de soja transgénique près de Galvez, Santa Fe, à quelque 470 kms au nord-ouest de Buenos Aires le 11 avril 2012
Un champ de soja transgénique près de Galvez, Santa Fe, à quelque 470 kms au nord-ouest de Buenos Aires le 11 avril 2012 ( JUAN MABROMATA / AFP/Archives )

C'était "le jardin de l'Argentine". Puis le soja est arrivé et tout a changé : monoculture, pesticides, maladies, désertification... "Histoires de la plaine", en salles mercredi, raconte cette révolution vue d'un hameau de la pampa qui se meurt doucement, victime de cet implacable bouleversement.

La réalisatrice du film, Christine Seghezzi, auteure de plusieurs courts et moyens métrages ("Chair de ta chair", "Stéphane Hessel, une histoire d'engagement", "Avenue Rivadavia"), a planté sa caméra à Colonia Hansen, une petite localité désolée de la province de Santa Fe (centre-est).

Il y a une vingtaine d'années encore, le village produisait blé, maïs, tournesol, orge, avoine... Et les troupeaux de vaches qui ont fait la réputation de la viande argentine, considérée comme la meilleure du monde, paissaient alentour.

Mais "aujourd'hui, il n'y a plus de gauchos ni de vaches dans ces plaines. Les vaches sont presque toutes élevées dans des parcs d'engraissement (...). La bonne viande argentine est en train de disparaître. Le soja transgénique a pris la place de l'élevage et de toutes les autres cultures" pour "nourrir le bétail et les cochons européens ou chinois", explique, en voix off, Christine Seghezzi, née au Liechtenstein.

- Faire sentir l'angoisse -

La réalisatrice donne la parole aux rares villageois qui ont accepté de témoigner du désastre écologique, sanitaire et culturel en cours. Elle-même restitue les récits que lui ont confiés des habitants de la région. Ils ont préféré ne pas apparaître à l'écran, même anonymement.

Le film fait la part belle aux longs plans fixes: de témoins interrogés dans un triste café-épicerie-pompe à essence, de maisons délabrées, de vaches dans une prairie desséchée...

Un champ de soja transgénique en Argentine
Un champ de soja transgénique en Argentine ( JUAN MABROMATA / AFP )

En fond sonore, des ronflements de moteur rappellent que des avions tournoient pour épandre des pesticides, notamment, selon la réalisatrice, du glyphosate, une substance classée "cancérogène probable" par l'Organisation mondiale de la santé.

À intervalles réguliers, comme un leitmotiv, d'immenses champs de soja s'étalent sur l'écran.

"Il y avait beaucoup d'habitations, de laiteries, d'emplois ici", raconte un habitant. "Mais avec les progrès de la technologie, ils ont commencé à semer du soja et à réduire les coûts, si bien que les gens ont perdu leur travail et ont dû partir".

Maintenant, "à cause des pesticides, de l'air qui a changé, tu retrouves une poule morte, subitement. (...) Des cochons naissent avec des malformations et meurent au bout d'un ou deux jours. Ou bien ils naissent aveugles ou sans oreilles", dit-il.

"Pourquoi tant de soja ? Pourquoi a-t-on arrêté d'élever des animaux ? (...) Parce que le soja rapporte beaucoup", souligne l'institutrice du village.

Celle-ci mentionne des "malformations chez les nouveau-nés", des "tumeurs", des "gens qui meurent jeunes" et se demande comment sensibiliser enfants et parents au danger des pesticides, dont trop souvent ils n'ont pas conscience.

Manifestation contre le glyphosate et les OGM devant la Commission européenne à Bruxelles le 7 novembre 2012
Manifestation contre le glyphosate et les OGM devant la Commission européenne à Bruxelles le 7 novembre 2012 ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )

Christine Seghezzi évoque aussi des événements tragiques liés à la colonisation ou aux dictatures, voyant dans la révolution du soja comme un écho à ces violences passées.

À la différence des documentaires classiques, aucun spécialiste n'est interrogé, aucune donnée chiffrée n'est communiquée.

"J'oppose (...) à l'information un regard qui fait sentir les problèmes, les enjeux, la menace, l'angoisse, d'une manière non rationnelle, qui fait appel aux sens", explique Christine Seghezzi dans les notes de production.

"C'est comme si on pouvait écouter les dernières respirations du hameau avant sa disparition".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/06/2018

Le contrat de Délégation de service public prévoit dans cette situation le paiement des pertes supportées par le concessionnaire soit 150 ME à fin 2017...

Publié le 15/06/2018

De nouveaux administrateurs...

Publié le 15/06/2018

Retour d'assemblée générale ABC arbitrage...

Publié le 15/06/2018

Le géants des concessions et du BTP aurait d'ores et déjà contacté des investisseurs en vue de la privatisation d'ADP, selon des sources citées par l'agence 'Reuters'.

Publié le 15/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles a été fixé à 108,58 euros...