En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 655.46 PTS
+0.22 %
5 645.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 461.53
+0.24 %
DAX PTS
12 468.53
+0.47 %
Dowjones PTS
27 219.52
+0.14 %
7 892.95
-0.31 %
1.107
+0.09 %

Hayange fait partie des actifs de British Steel convoités par le fonds turc

| AFP | 198 | 1 par 1 internautes
Une barre d'acier sort d'un fourneau de l'usine de British Steel à Hayange, dans l'est de la France le 12 octobre 2016
Une barre d'acier sort d'un fourneau de l'usine de British Steel à Hayange, dans l'est de la France le 12 octobre 2016 ( PATRICK HERTZOG / AFP/Archives )

L'usine d'Hayange en Moselle est incluse dans les actifs de l'entreprise de sidérurgie British Steel qui sont en passe d'être rachetés par le fonds de pension de l'armée turque, a indiqué jeudi l'administrateur judiciaire britannique.

British Steel France Rail, nom de l'usine d'Hayange, qui produit des rails, "est incluse dans les discussions avec le repreneur Ataer Holdings", bras financier du fonds de pension Oyak, a précisé à l'AFP l'administrateur, confirmant une information du quotidien Les Echos.

C'est le cas également de l'usine d'acier long FN Steel aux Pays-Bas.

En revanche, l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) ne fait pas partie des négociations et ne sera donc pas rachetée par le groupe turc.

Ascoval appartient à la holding Olympus du fonds Greybull, qui était la maison mère de British Steel mais n'a pas fait faillite.

Le syndicat CFDT (majoritaire) de l'usine d'Hayange, qui fabrique des rails, n'était pas surpris par la perspective d'être racheté par Oyak.

"Depuis le départ, on était sûr qu'on était turc", a confié à l'AFP son délégué syndical Djamal Hamdani, alors que Greybull avait pour projet d'intégrer sous une seule bannière Ascoval et les actifs étrangers de British Steel, à savoir Hayange et FN Steel.

De son côté, le ministère français de l'Economie a affirmé être "en contact avec le fonds turc Oyak pour sonder leurs intentions concernant le site British Steel d'Hayange".

Oyak a été choisi pour mener des négociations exclusives afin de racheter l'entreprise de sidérurgie britannique en faillite British Steel. Les discussions doivent durer deux mois et, si tout se passe bien, le rachat sera conclu avant la fin de l'année.

Cette annonce a représenté un soulagement pour les syndicats britanniques qui craignaient pour l'avenir des 4.000 salariés de British Steel, dont la grande majorité travaille dans le complexe sidérurgique géant de Scunthorpe dans le nord-est de l'Angleterre.

Le futur propriétaire turc juge toutefois la productivité du groupe trop faible et pourrait de ce fait supprimer plusieurs centaines d'emplois, révélait en début de semaine le Financial Times.

Créé en 1961 un an après un coup d'Etat militaire, Oyak est un puissant conglomérat en Turquie, notamment actif dans le secteur de la sidérurgie avec 49% du capital du groupe turc Erdemir, dont l'activité serait complémentaire avec celle de British Steel.

"A priori, ce ne sont pas des gens qui achètent uniquement pour revendre le lendemain. Ils possèdent Erdemir depuis la nuit des temps", a souligné auprès de l'AFP Gérard Glas, président de British Steel France Rail, relevant qu'Oyak est "extrêmement rentable".

"(A Hayange) on n'a pas un problème de marché ou de client mais d'approvisionnement en acier. On est dans un marché qui est porteur, qui a de la croissance. Ce qui est vital pour nous, c'est qu'on nous garantisse nos approvisionnements en acier", a-t-il insisté.

British Steel avait racheté en 2016 l'usine d'Hayange au géant indien Tata Steel.

burs-jbo-bra/jlc/nas

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/09/2019

Orby TV s'appuie sur la couverture en bande Ku d'Eutelsat 117 West A sur les Etats-Unis pour la diffusion de son service de télévision par satellite...

Publié le 13/09/2019

La bourse de Paris a enchaîné ce vendredi une quatrième séance de hausse consécutive, en progression de 0,22% à 5...

Publié le 13/09/2019

Immobilière Dassault a publié au titre de son premier semestre un résultat net de 11,85 millions d’euros contre 10,68 millions un an plus tôt. Le cash-flow courant (hors variation du BFR)…

Publié le 13/09/2019

Les revenus locatifs du 1er semestre 2019 d'Immobilière Dassault se sont élevés à 10,3 ME, en hausse de 55,2% parrapport au 1er semestre 2018...

Publié le 13/09/2019

Alstom se redresse de 2,2% à 38,29 euros ce vendredi dans un marché actif, après avoir trébuché hier de 4,9% à 37,45 euros à l'annonce des conditions...