En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
-0.02 %
1.140
+0.02 %

Habillement: moins d'importations "made in China" en France en 2017, au profit du reste de l'Asie (étude)

| AFP | 455 | Aucun vote sur cette news
Pour la première fois depuis dix ans, la Chine n'a pas été l'an dernier la principale région exportatrice de vêtements pour la France
Pour la première fois depuis dix ans, la Chine n'a pas été l'an dernier la principale région exportatrice de vêtements pour la France ( Noam Galai / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

Pour la première fois depuis dix ans, la Chine n'a pas été l'an dernier la principale région exportatrice de vêtements pour la France, dépassée par le total du reste de l'Asie, selon une étude publiée mardi.

La part en valeur des vêtements produits en Chine et à Hong Hong s'est établie à 29% des importations françaises du secteur l'an dernier (-1 point sur un an), contre 30% pour l'ensemble des autres pays asiatiques (+1 point), selon cette étude de l'Institut français de la mode (IFM).

La part de la Chine dans les importations françaises du secteur a atteint son apogée entre 2010 et 2012, quand elle se situait à 34%. Depuis, elle décroît progressivement, alors que la part des autres pays d'Asie est passée de 21% à 30% sur la même période, selon les données de l'IFM.

Pour l'Union européenne dans son ensemble, cette tendance s'observe déjà depuis 2015 et l'écart est encore plus net: la Chine représentait l'an dernier 33,7% des importations européennes de vêtements, soit 27,7 milliards d'euros, contre 42,6% pour le total des autres pays asiatiques.

La Chine "reste un fournisseur incontournable" de textile, mais "recentre son modèle de croissance, en essayant de moins dépendre de ses exportations", et tend à investir dans des ateliers de confection dans des pays voisins, mais aussi en Afrique, explique à l'AFP Gildas Minvielle, directeur de l'Observatoire économique de l'IFM.

Depuis la catastrophe du Rana Plaza en 2013, l'atelier de confection géant au Bangladesh dont l'effondrement avait fait plus d'un millier de morts, "il est certain que les consommateurs sont en attente de plus de transparence, d'un respect des conditions sociales dans les régions de production, d'un meilleur respect de l'environnement", rappelle M. Minvielle.

"Tous ces éléments conduisent les distributeurs à mettre en place des stratégies qui vont dans ce sens là, comme du sourcing (approvisionnement, NDLR) de proximité", ajoute-t-il.

Toutefois la confection textile en Europe occidentale (Italie, Espagne, Portugal...) n'en profite pas massivement pour le moment: en 2017, sa part dans les importations françaises de vêtements est restée stable sur un an, à 18%. Tout comme la part des vêtements pour le marché hexagonal provenant de pays voisins de l'UE (Turquie, Maroc, Tunisie...), qui s'est maintenue à 15%, selon les données de l'IFM.

L'étude a été publiée à l'occasion du salon international des tissus d'habillement Première Vision, qui se tient à Villepinte (Seine-Saint-Denis) de mardi à jeudi.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…