En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 490.20 PTS
-0.19 %
5 482.50
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 323.93
-0.18 %
DAX PTS
12 268.64
+0.19 %
Dowjones PTS
26 536.82
-0.04 %
7 627.05
+0.00 %
1.137
-0.03 %

Guerres commerciales et fioul: le transport aérien va souffrir en 2019

| AFP | 434 | 1 par 1 internautes
Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac, à l'ouverture de l'assemblée générale annuelle à Séoul, le 2 juin 2019
Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac, à l'ouverture de l'assemblée générale annuelle à Séoul, le 2 juin 2019 ( Jung Yeon-je / AFP )

Le secteur du transport aérien a revu à la baisse de 21% ses prévisions de bénéfices pour 2019, en raison d'un ralentissement marqué du fret aérien dû aux guerres commerciales et du prix élevé du fioul qui représente un quart des dépenses de fonctionnement.

Les compagnies aériennes, réunies dimanche et lundi à Séoul pour leur assemblée générale annuelle, doivent également faire face aux conséquences pour leur image des accidents d'Ethiopian Airlines le 10 mars (157 morts) et de Lion Air le 29 octobre en Indonésie (189 morts) qui ont entraîné l'interdiction provisoire de vol du Boeing 737 MAX.

"En 2018, il y a eu un accident majeur pour 5,4 millions de vols", a déclaré le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata). Alexandre de Juniac s'est voulu rassurant tout en appelant les constructeurs et les autorités de régulation de l'aviation civile à "restaurer la confiance sur la certification des avions".

Il a plaidé en faveur du maintien du système actuel de certification réciproque, en vertu duquel les régulateurs aériens des autres pays s'alignaient sur l'évaluation de l'autorité d'origine du constructeur.

"Il faut un processus qui soit extrêmement sûr et qui s'appuie sur une autorité de certification leader, reconnue unanimement et sans réserve par les autres autorités, pour éviter la multiplication des autorités de certification ce qui complexifierait et alourdirait de manière considérable et inutile le système", a estimé M. de Juniac.

Le dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS mis en place sur le Boeing 737 MAX, le dernier-né du constructeur américain, est mis en cause dans les deux accidents et des critiques ont été émises sur les procédures de certification de l'agence fédérale américaine de l'aviation (FAA).

L'assemblée générale de l'Association internationale du transport aérien (IATA) s'est ouverte à Séoul le 2 juin 2019
L'assemblée générale de l'Association internationale du transport aérien (IATA) s'est ouverte à Séoul le 2 juin 2019 ( Jung Yeon-je / AFP )

Sur le plan financier, le secteur devrait en 2019 générer 28 milliards de dollars de bénéfice, selon l'Iata qui a révisé ses prévisions à la baisse de 7,5 milliards, soit 21%, par rapport à celles de décembre.

Malgré un contexte peu favorable, l'industrie devrait toutefois rester dans le vert pour la 10ème année consécutive, selon l'Iata.

Le fret aérien, segment le plus touché

Si la demande côté passagers reste "robuste", le secteur du fret aérien souffre de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine et d'un fioul qui continue à être cher. Le prix du baril a augmenté de 27,5% par rapport à 2017, selon l'Iata.

"L'affaiblissement des échanges devrait se poursuivre alors que la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine s'intensifie. Le cargo est la première activité touchée", note Iata.

La région Asie-Pacifique, qui représente environ 40% du transport de fret aérien dans le monde, est particulièrement affectée et les effets des tensions commerciales, combinés à la hausse du prix du kérosène, y font baisser les prévisions de bénéfice net du secteur d'1,7 milliard de dollars (de 7,7 à 6 milliards).

L'environnement est l'autre grand défi de l'industrie du transport aérien alors que depuis quelque mois un mouvement né en Suède le "flight shaming" (la honte de prendre l'avion) incite les voyageurs à privilégier tout autre moyen de transport que l'avion, accusé d'être l'un des grands responsables du réchauffement de la planète.

Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata), Alexandre de Juniac, s'exprime à l'ouverture de l'assemblée générale de l'organisation, à Séoul le 2 juin 2019
Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata), Alexandre de Juniac, s'exprime à l'ouverture de l'assemblée générale de l'organisation, à Séoul le 2 juin 2019 ( Jung Yeon-je / AFP )

"Si on ne lui apporte pas de réponse, ce sentiment (d'inquiétude par rapport aux émissions de l'aviation, NDLR) va grandir et s'étendre", s'est inquiété M. de Juniac, après avoir énuméré les diverses mesures prises depuis 2009 par l'aviation pour faire baisser ses émissions. Le secteur représente environ 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Arrêter de prendre l'avion ou réduire les déplacements "aurait de graves conséquences pour l'emploi et l'économie partout dans le monde. Ce serait un recul vers une société isolée qui serait diminuée, plus pauvre et avec plus de contraintes", redoute M. de Juniac.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/06/2019

L’équipe de TradingSat.com entrevoit un potentiel baissier sur l'action NETFLIX qui constituera le sous-jacent d’un turbo Put parfaitement adapté (0218S). Ce produit dérivé extrêmement…

Publié le 27/06/2019

Vieux serpent de mer dans les salles de marché, la "nationalisation" du parc nucléaire d'EDF a été clairement évoquée par le ministre de l'Ecologie...

Publié le 27/06/2019

L'administration américaine de l'aviation civile (FAA) a décelé un nouveau dysfonctionnement potentiel affectant les avions 737 MAX de Boeing. Selon plusieurs médias, celui-ci aurait été…

Publié le 27/06/2019

Alliance Ventures, le fonds de capital-risque de Renault-Nissan-Mitsubishi, a annoncé jeudi un investissement dans « The Mobility House », une entreprise technologique qui propose une plateforme…

Publié le 27/06/2019

Du grain à moudre pour les investisseurs...