En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.140
+0.11 %

Grève salariale à Air France: la direction fait un pas, encore loin pour les syndicats

| AFP | 311 | Aucun vote sur cette news
Pour le huitième jour de grève, Air France prévoit d'assurer 70% de ses vols
Pour le huitième jour de grève, Air France prévoit d'assurer 70% de ses vols ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

A la veille d'une huitième journée de grève pour les salaires, Air France a proposé lundi un projet d'accord final prévoyant une augmentation de 2% immédiatement et une hausse de 5% sur trois ans, encore loin des revendications syndicales.

Cet accord mis sur la table à l'issue d'une nouvelle journée de négociations, après deux jours de discussions jeudi et vendredi, est soumis à signature jusqu'à vendredi 12h00, a-t-on précisé de mêmes sources.

Il s'agit de propositions "fortes et économiquement soutenables", souligne la direction de la compagnie aérienne dans un communiqué. L'intersyndicale réclamait initialement 6% en 2018 au titre des efforts passés et des bons résultats de l'entreprise, une revendication qu'elle a ramenée lundi à 5,1%.

Ce pas de la direction pour tenter de trouver une issue au conflit en cours depuis février intervient à la veille de deux nouvelles journées de grève, mardi et mercredi, deux autres étant déjà programmées la semaine prochaine, les 23 et 24 avril.

La compagnie prévoit d'assurer mardi globalement 70% de ses vols, mais seulement 55% de ses long-courriers. Seul le premier jour de grève, le 22 février, avait vu les long-courriers plus impactés, avec 50% des vols assurés.

Air France anticipe le maintien de 65% de ses vols moyen-courriers au départ et vers Paris-Charles de Gaulle, ainsi que 80% de ses vols court-courriers à Paris-Orly et en province.

- "Pacte" sous conditions -

Pour sortir du conflit, la direction avait proposé vendredi une augmentation générale de 2% en 2018, contre 1% initialement prévu, ainsi qu'une hausse de 3,6% sur la période 2019-2021.

Pour 2018, l'augmentation de 2% serait effective immédiatement, au 1er avril, et non plus en deux temps.

Quant à la hausse des grilles salariales de 5% sur trois ans (2019-2021), elle se déclinerait à hauteur de 1,65% par an, avec un plancher de 40 euros mensuel.

"Avec cet accord, les salaires seraient augmentés, en moyenne sur la période, de 12,5%", souligne Air France, en comptant une augmentation générale de 7% pour toutes les catégories de personnel et des augmentations individuelles (ancienneté, promotions...).

Mais ce "pacte de croissance pour l'avenir" est soumis à condition. Les augmentations prévues seraient adaptées "dans le cas où le résultat d’exploitation d’Air France serait inférieur à 200 millions d’euros" et une clause de revoyure appliquée "en cas d’inflation plus élevée ou de résultat négatif", précise la compagnie aérienne.

La direction "a rejeté notre main tendue de 5,1% pour 2018", a réagi Karim Taïbi de FO. "Elle veut imposer un accord de modération salariale sur trois ans", a abondé Jérôme Beaurain (SUD Aérien).

Plus tôt dans la journée, l'intersyndicale avait fait, "dans une recherche d’équilibre et d’écoute", une proposition de 5,1% en deux temps (+3,8% en avril et +1,3% en octobre), basée sur l'inflation reconnue par la direction, précisait-elle dans un communiqué.

Pour l'intersyndicale de pilotes (SNPL, Spaf, Alter), d'hôtesses et stewards (SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF) et de personnels au sol (CGT, FO et SUD), cette proposition permettait une "sortie de conflit". "La refuser serait parfaitement irresponsable de la part de la direction", ajoutait-elle.

L'intersyndicale devrait se réunir au plus tard jeudi.

La direction "a monté ce projet d'accord toute seule dans son coin", a ajouté M. Beaurain lundi soir, en dénonçant un "dialogue de sourds".

Selon la compagnie, en incluant les journées de mardi et mercredi, le coût des grèves, qui "mettent en péril l’avenir de la compagnie", s'élève à 220 millions d'euros.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…