En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 307.38 PTS
-
5 297.50
-
SBF 120 PTS
4 195.84
-
DAX PTS
11 419.48
+0.64 %
Dowjones PTS
25 657.73
+0.55 %
7 351.15
+0.47 %
1.125
-0.15 %

Google veut restaurer la confiance en luttant contre les "mauvaises" publicités

| AFP | 332 | Aucun vote sur cette news
Google a retiré 2,3 milliards de publicités contraires à ses règles en 2018, soit 6 millions de
Google a retiré 2,3 milliards de publicités contraires à ses règles en 2018, soit 6 millions de "mauvaises publicités" par jour ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Google a retiré 2,3 milliards de publicités contraires à ses règles en 2018, soit 6 millions de "mauvaises publicités" par jour, avec une attention particulière pour les publicités politiques, dans un contexte de perte de confiance envers les grands acteurs du numérique, d'après des statistiques publiées par le groupe jeudi.

"La confiance est fondamentale pour construire un écosystème sain, et nous savons que la confiance envers la publicité, dans le monde, est probablement à son niveau le plus bas", a admis Mark Howe, responsable chez Google de l'industrie de la publicité en ligne en Europe, lors d'une conférence de presse.

En 2017, le géant américain avait retiré 3,2 milliards d'annonces contraires à ses principes (contrefaçon, contenus inappropriés ou dangereux, etc), soit 28% de plus qu'en 2018.

L'année dernière, "nous avons fourni un effort concerté pour nous attaquer aux +mauvais acteurs+ qui sont à l'origine de nombreuses mauvaises publicités, et pas seulement aux publicités en soi", précise Scott Spencer, directeur de la Publicité durable chez Google, dans un communiqué en ligne.

"L'intelligence artificielle fait le gros du travail", explique Mark Howe. Elle "est capable de repérer les tendances, et d'appliquer des modèles à grande échelle, tandis que les équipes humaines définissent les paramètres et examinent les nuances".

Près d'un million de comptes de "mauvais annonceurs" ont ainsi été identifiés et fermés, le double de 2017.

"Nous recevons des questions de tous les côtés, des utilisateurs sur les +fake news+ aux clients qui veulent s'assurer que ce sont bien des personnes réelles qui voient leurs publicités" et non des robots, raconte Mark Howe.

Les géants du web comme Google ou Facebook ont entrepris de durcir leurs conditions d'utilisation, en réaction à la prise de conscience croissante des risques de manipulation des élections par des campagnes ciblées en ligne.

En 2018, Google a ainsi mis en place des mesures portant sur les annonces électorales aux Etats-Unis, pour les élections de mi-mandat. Près de 143.000 publicités politiques ont été vérifiées, et la société a publié un rapport sur les financements de ces annonces.

Des mesures similaires sont prévues pour les élections européennes et indiennes en 2019.

Google, à travers sa plateforme de vidéos YouTube, a par ailleurs été mis en cause dans plusieurs scandales liés à la "brand safety", c'est-à-dire l'environnement dans lequel sont diffusés les publicités.

En 2017, plusieurs grands annonceurs, dont Procter & Gamble et AT&T, avaient retiré leurs campagnes de YouTube quand il était apparu que des annonces étaient adossées à des contenus antisémites, incitant à la haine ou faisant l'apologie du terrorisme.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/03/2019

La société communiquera dès que possible sur les avancées de ses démarches.

Publié le 26/03/2019

La conciergerie téléphonique est à disposition du lundi au samedi, pour répondre à toutes les attentes, besoins et questions des utilisateurs...

Publié le 26/03/2019

Didier Chabassieu sera principalement en charge de la stratégie du Groupe, des opérations de croissance externe et de la vision humaine...

Publié le 26/03/2019

La croissance est toujours tirée par le Digital...

Publié le 26/03/2019

Nutricia Cuijk fait partie des principaux sites de production de Danone en Europe. Ses produits seront exportés vers plus de 90 pays...