5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

GM&S: quelques avancées après une réunion cruciale à Bercy

| AFP | 367 | Aucun vote sur cette news
Première réunion à Bercy de l'ensemble des acteurs du dossier de l'équipementier automobile creusois GM&S, en liquidation judiciaire, présidée par le ministre des Finances Bruno Le Maire, le 11 juillet 2017
Première réunion à Bercy de l'ensemble des acteurs du dossier de l'équipementier automobile creusois GM&S, en liquidation judiciaire, présidée par le ministre des Finances Bruno Le Maire, le 11 juillet 2017 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

La première réunion, mardi à Bercy, de l'ensemble des acteurs du dossier de l'équipementier automobile creusois GM&S, en liquidation judiciaire, a permis quelques avancées notamment sur les commandes des constructeurs Renault et PSA, mais pas sur le nombre de salariés repris ni sur les primes de licenciement.

Après cinq heures de discussions, le gouvernement, la CGT et le repreneur potentiel, l'entreprise stéphanoise GMD, ont chacun salué "des avancées".

Le ministère de l'Economie a surtout mis en avant l'engagement de PSA et Renault "de porter leurs engagements de commandes de 3 à 5 ans", pour un montant inchangé de 22 millions d'euros par an (12 millions pour PSA, 10 millions pour Renault). Les deux constructeurs avaient déjà fortement relevé ces engagements fin mai.

PSA a même "fourni le détail des commandes de pièces envisagées", Renault devant à son tour "préciser la composition et la vitesse de montée en charge de ses commandes d'ici au 13 juillet au soir", a indiqué Bercy dans un communiqué.

Le gouvernement a par ailleurs assuré que "le paiement des salaries (sera) garanti jusqu'à la fin du mois d'août" et ce "quelle que soit la décision du tribunal de commerce de Poitiers" qui examinera le 19 juillet l'unique offre de reprise.

- "encore des désaccords" -

Le patron de GMD, Alain Martineau, a estimé que "la réunion a été constructive", même s'il y a "encore des désaccords".

Le patron de GMD, Alain Martineau arrive pour la réunion à Bercy à Paris, le 11 juillet 2017
Le patron de GMD, Alain Martineau arrive pour la réunion à Bercy à Paris, le 11 juillet 2017 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

Le candidat à la reprise n'a en effet pas modifié le nombre de salariés qu'il propose de conserver, soit 120 sur 277. "Je préfère partir bas pour arriver haut", a-t-il déclaré.

Le gouvernement a pour sa part promis de "financer des mesures d'activité partielle jusqu'à l'atteinte d'un niveau d'activité suffisante sur le site".

L'Etat et la région Nouvelle-Aquitaine proposeront aux salariés licenciés "des mesures d'accompagnement exceptionnelles" et les constructeurs "examineront les possibilités de reprises", a ajouté Bercy.

Deux réunions sont prévues d'ici lundi "pour étudier dans le détail la nature des emplois repris ou non".

"Ce n'est pas encore suffisant pour nous", a réagi le délégué CGT Vincent Labrousse, jugeant nécessaire "que le nombre d'emplois augmente".

Son camarade Patrick Brun avait prévenu avant le début de la réunion que le syndicat demanderait "le maintien de 180 emplois, voire plus".

- PSA toujours attendu -

La CGT dénonce aussi le blocage sur sa demande d'indemnité supra-légale pour ceux qui seront licenciés. "Pour l'instant, il n'est pas question d'avoir des mesures de ce type, on le regrette", a ajouté M. Labrousse.

Des pneus et des palettes de bois placés par les salariés, bloquent l'entrée du site de l'équipementier automobile GM&S Industry à La Souterraine (Creuse), le 21 juin 2017
Des pneus et des palettes de bois placés par les salariés, bloquent l'entrée du site de l'équipementier automobile GM&S Industry à La Souterraine (Creuse), le 21 juin 2017 ( PASCAL LACHENAUD / AFP )

Ce refus signifie que "la porte de la part des constructeurs est fermée pour l'instant", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.

Ces deux sujets avaient pourtant été inscrits à l'ordre du jour de la réunion à la demande des salariés de GM&S, qui avaient accepté à cette condition de lever jeudi dernier le blocage d'un site de PSA dans l'Allier.

La vaste table ronde organisée au ministère de l'Economie n'a pas non plus abouti à de nouveaux engagements d'investissements sur le site de GM&S.

L'Etat et Renault ont confirmé qu'ils injecteraient chacun 5 millions d'euros pour moderniser le site, mais "PSA doit encore préciser ses intentions", selon Bercy.

Or "l'offre de GMD nécessite que les deux constructeurs apportent 10 millions d'euros en tout" pour renouveler des machines parfois obsolètes, d'après une source proche des négociateurs.

GM&S Industry, basé à La Souterraine (Creuse) et deuxième employeur privé de la Creuse, a été placé le 30 juin en liquidation judiciaire et l'offre de reprise de GMD doit être examinée le 19 juillet par le Tribunal de Commerce de Poitiers.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS