En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 850.58 PTS
-0.95 %
4 836.0
-1.08 %
SBF 120 PTS
3 848.30
-1.13 %
DAX PTS
10 811.78
-1.03 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.128
-0.65 %

"Gilets jaunes" : la mobilisation se poursuit, le gouvernement "tient le cap"

| AFP | 459 | Aucun vote sur cette news
Des
Des "gilets jaunes" devant la préfecture du Puy-de-Velay le 17 novembre 2018 ( Thierry Zoccolan / AFP )

Des "gilets jaunes", bien moins nombreux que la veille, ont à nouveau ralenti dimanche la circulation automobile sur de nombreux axes routiers en France pour protester contre la hausse des taxes sur le carburant, le gouvernement assurant de son côté vouloir "tenir le cap".

"Le cap que nous avons fixé, il est bon et nous allons le tenir", a martelé le Premier ministre Édouard Philippe en début de soirée sur la chaîne de télévision publique France 2, après cette mobilisation inédite pendant tout le week-end.

Et ce même si, a-t-il concédé, dans les rassemblements de manifestants, "on a entendu de la colère mais on a aussi entendu de la souffrance, l'absence de perspectives, l'idée que les pouvoirs publics depuis longtemps ne répondaient pas aux inquiétudes et au sentiment de déclassement, d'abandon ressenti par une partie de la population".

Les manifestants se sont mobilisés contre la hausse du prix des carburants avant de se lancer dans une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement en matière de taxation et de la baisse du pouvoir d'achat.

Des blocages mais surtout des barrages filtrants et des opérations escargot ont été à nouveau observés dimanche par l'AFP dans de nombreuses régions, toujours à l'initiative de membres de la société civile organisés via des réseaux sociaux et en dehors des partis politiques et des syndicats.

"Gilets jaunes" : le bilan de la journée du 17 novembre ( / AFP )

Dans plusieurs endroits, les "gilets jaunes" ont affirmé qu'ils poursuivraient le mouvement lundi, comme par exemple à Brioude (centre). Dans le Morbihan (Bretagne, ouest), "les routiers nous rejoignent demain", a lancé un porte-parole des manifestants. Même son de cloche au Mans (ouest).

Sur environ 150 sites, les manifestants, dont le nombre a été évalué à environ 40.000 par des médias, avaient appelé à reconduire le mouvement pour le deuxième jour consécutif.

La veille, selon le ministère de l'Intérieur, près de 290.000 personnes avaient manifesté sur 2.034 sites.

Quant au bilan humain du week-end, il est particulièrement lourd avec un mort, une manifestante de 63 ans percutée par une conductrice prise de panique, et plus de 400 blessés - dont 14 grièvement y compris parmi les forces de l'ordre -, tandis que les dégradations ont été nombreuses. 282 personnes ont été interpellées.

Un manifestant a ainsi été grièvement blessé dimanche près de Saint-Quentin (nord) lorsqu'un automobiliste a forcé un barrage de "gilets jaunes" sur un rond-point. Mais ses jours ne sont pas en danger, a précisé la gendarmerie, selon laquelle l'automobiliste a pris la fuite.

Des manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène par les gendarmes à Caen, le 18 novembre 2018
Des manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène par les gendarmes à Caen, le 18 novembre 2018 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP )

Dans l'après-midi, les forces de l'ordre ont par ailleurs dispersé, notamment au moyen de gaz lacrymogène, un millier de "gilets jaunes" qui avaient installé un barrage filtrant au sud de Caen (ouest).

Dans la matinée, elles étaient intervenues pour lever deux points de blocage sur le périphérique sud de cette ville, un radar ainsi que des palettes disposées sur la chaussée y ayant été incendiées pendant la nuit.

Une agression à caractère homophobe présumée samedi d'un conseiller municipal de Bourg-en-Bresse (centre-est) par des "gilets jaunes" suscitait en outre l'indignation, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner condamnant des "actes odieux".

- "Beaucoup de jeunes" -

Des manifestants à Saint-Herblain près de Nantes le 18, novembre 2018
Des manifestants à Saint-Herblain près de Nantes le 18, novembre 2018 ( SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP )

En dehors des axes autoroutiers, plusieurs abords de zones commerciales ont été bloqués. Le groupe de distribution Auchan a ainsi évoqué une vingtaine de sites touchés.

"Nous constatons un essoufflement du mouvement (...) Ce sont cependant les éléments les plus motivés, parfois les plus durs qui sont restés mobilisés", a expliqué un porte-parole d'Auchan qui a évoqué des "rixes violentes" aux abords de centres commerciaux.

Dans le sud-est, à l'entrée de Cavaillon, quelques dizaines de manifestants qui avaient déployé un drapeau français, filtraient les voitures. "On est beaucoup de jeunes parce qu'on ne s'en sort plus. On travaille comme des forcenés et à un moment donné c'est stop. On ne vit plus, on fait de la survie", dénonçait Emilie, une commerciale âgée de 27 ans.

"Macron desserre l'étau, on étouffe", pouvait-on lire sur une banderole dans la banlieue de Nantes, à proximité de la principale zone commerciale de cette ville de l'ouest. Environ 150 "gilets jaunes" y occupaient un rond-point, arrêtaient les voitures et demandaient aux conducteurs de mettre un gilet jaune pour les laisser passer.

Un barrage filtrant a également été mis en place sur l'autoroute A6, dans le sens Lyon-Paris.

Dans les Pyrénées orientales (sud-ouest), des actions se poursuivaient au péage du Boulou sur l'A9, dernier péage avant l'Espagne tandis que la circulation sur l'A16 était fortement perturbée à Calais, près du tunnel sous la Manche, sans toutefois avoir d'impact sur le trafic du port ou du tunnel, selon la préfecture.

A Eurodisney, près de Paris, des "gilets jaunes" ont déclenché une opération parking gratuit. "Nous, on veut prolonger le mouvement aujourd'hui, demain. On est plusieurs à avoir posé une semaine de vacances pour continuer", a déclaré à l'AFP Arnaud, un fonctionnaire de 47 ans.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Les marchés actions se replient nettement en raison de craintes sur la croissance mondiale. En Chine, la croissance de la consommation en novembre est au plus bas depuis 15 ans à +8,1% et la…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…

Publié le 14/12/2018

LVMH a frappé un grand coup. Le groupe français a conclu un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels haut de gamme Belmond. La transaction valorise les fonds propres de Belmond 2,6 milliards de…

Publié le 14/12/2018

Bernin, le 14 décembre 2018       INFORMATION RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL SOCIAL       (Article L. 233-8 II du Code…