En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 195.95 PTS
+0.69 %
5 200.50
+0.82 %
SBF 120 PTS
4 120.48
+0.66 %
DAX PTS
11 401.97
+0.82 %
Dowjones PTS
25 938.67
+0.18 %
7 062.70
-0.06 %
1.135
+0.15 %

"Gilets jaunes" à Bordeaux: les commerçants désespérés ne voient pas "le bout du tunnel"

| AFP | 325 | Aucun vote sur cette news
Manifestation de
Manifestation de "gilets jaunes" à Bordeaux, le 9 février 2019 ( MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives )

"On ne voit pas le bout du tunnel", soupire un commerçant. A Bordeaux, bastion "gilets jaunes", chaque samedi se ressemble avec sa manifestation et ses violences, une situation "catastrophique" pour le commerce et l'image touristique de la ville.

"On a vécu des inondations, mais c'est temporaire", dit à l'AFP Philippe Loiseau, vice-président de la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) Bordeaux-Gironde, "on a vécu des grèves, mais c'est temporaire. Mais la vie qui s'arrête tous les samedis, nous ne l'avions jamais vécu", dit-il.

Et "ce qui est dramatique", poursuit M. Loiseau, "c'est qu'on ne sait pas quand cela va cesser, on ne sait pas quand on va pouvoir reconstruire".

"On ne voit pas le bout du tunnel", renchérit Laurent Tournier, qui préside l'Union départementale des métiers et des industries de l'hôtellerie, des cafés et de la restauration, "les week-ends se suivent et se ressemblent".

Les élus locaux, le maire Alain Juppé en tête, et les responsables économiques de la capitale girondine lancent depuis des semaines des cris d'alarme sur la situation du commerce, demain du tourisme, touchés par une mobilisation sociale qui ne faiblit pas.

Les initiatives s'enchaînent : réunions multipartites, conseils du tribunal de commerce, mise en place d'un fonds d'aide, "task force" CCI-CMA, jusqu'à une rencontre à Bercy ce jeudi.

Si l'heure n'est pas aux comptes définitifs, on commence à tenter une évaluation.

La CCI associée à la Chambre des métiers et de l'Artisanat (CMA), parle de quelque 50% de perte d'activité pour ceux directement touchés en centre-ville, terrain des manifestations.

Les situations sont "disparates" mais certaines sont "catastrophiques", ajoute M. Tournier, dont ce restaurant sur une place centrale où se regroupent toujours des milliers de "gilets jaunes" et pour qui "c'est 85% de perte chaque samedi".

Risque qu'un commerçant "sorte le fusil"

"En décembre, j'ai eu 50% de clientèle en moins; depuis le 1er février moins 35% mais moins 50% en chiffre d'affaires", affirme Anne-Lucile Guine en ouvrant le registre de son magasin qui vend des bijoux fantaisie haut de gamme.

"Je suis à la fois bloquée par la manifestation et par les forces de l'ordre", résume-t-elle. Sa boutique, taggée "sous mes yeux", se trouve à la croisée du parcours de la manifestation et d'une barrière policière qui filtre l'accès à une petite avenue et ses boutiques de luxe. Les clients potentiels "ne flânent plus", déplore-t-elle.

"Des manifestants insultent les commerçants, les clients, ça fait peur à tout le monde", ajoute Christian Baulme, président de la Ronde des Quartiers qui regroupe 1.200 commerces. "Maintenant, +gilet jaune+ est confondu avec violence", ajoute ce commerçant qui craint "que l'un d'entre nous ne sorte le fusil et tire, c'est ça le plus grand risque".

Côté tourisme, les chiffres 2018 sont bons mais "j'ai des inquiétudes pour les semaines et les mois qui viennent", dit Stephan Delaux, président de l'Office de Tourisme de Bordeaux qui relève "une certaine mollesse" dans les chiffres de réservations "au moins pour fin février et mars".

L'hôtellerie haut de gamme a déjà enregistré une baisse de 18,5% en décembre. A l'heure des envies de balades de printemps, des +city breaks+, "on voit bien que si ça continue, notre destination ne sera pas programmée", ajoute cet adjoint au maire au Tourisme en pointant l'"image très négative" des violences retransmises dans tous les médias.

Les "+gilets jaunes+ cherchent à améliorer leur sort mais, en l'occurrence, ça dégrade le sort de certains autres", dit-il et "pour mettre en place des opérations de sortie de crise, il faut arriver au bout du tunnel. On n'en est malheureusement pas là".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

Paris, le mercredi 20 février 2019.       DATE DE PAIEMENT DU DIVIDENDE   Le Groupe BNP Paribas informe que la date proposée par le Conseil d'administration à…

Publié le 20/02/2019

Le chiffre d'affaires de Fnac Darty s'établit à 7...

Publié le 20/02/2019

Vallourec a réalisé au quatrième trimestre 2018 une perte de 103 millions d'euros, contre une perte de 164 millions d'euros au quatrième trimestre 2017. Le résultat brut d'exploitation s'est…

Publié le 20/02/2019

Le résultat net part du Groupe 2018 s'est élevé à 100,5 millions d'euros

Publié le 20/02/2019

L'exercice 2018 de Microwave s'est clôturé sur un bon 4ème trimestre, avec un chiffre d'affaires de 22 ME en croissance organique de +10%...